Œuvres restituées au Bénin par la France: une « restauration de la dignité »

Par Epoch Times avec AFP
10 novembre 2021
Mis à jour: 10 novembre 2021

Le Bénin doit accueillir mercredi à Cotonou 26 œuvres « sacrées » restituées la veille par la France et pillées par les troupes coloniales au XIXe siècle, « un événement très attendu » qui représente une « restauration de la dignité » pour les Béninois, se réjouit le professeur en histoire de l’art Didier Marcel Houénoudé.

Mise à sac du palais d’Abomey

Parmi les œuvres attendues à Cotonou et qui étaient exposées au musée parisien du Quai Branly, figurent des statues totem de l’ancien royaume d’Abomey ainsi que le trône du roi Béhanzin, pillés lors de la mise à sac du palais d’Abomey par les troupes coloniales françaises en 1892.

« Certaines de ces œuvres, fortement imprégnées du vaudou, sont sacrées » dans le pays ouest-africain où est né cette religion basée sur les forces de la nature et le culte des ancêtres, explique M. Houénoudé, également directeur de l’Institut national des métiers d’art, d’archéologie et de la culture (INMAAC) de l’université d’Abomey-Calavi.

« Tous les objets n’ont pas été obtenus dans un contexte de pillage »

« On ne peut pas construire en faisant table rase du passé », lâche-t-il tout en écartant la restitution systématique des œuvres : « Tous les objets n’ont pas été obtenus dans un contexte de pillage ».

QUESTION: Que représentent ces œuvres au Bénin ?

REPONSE: « Ces œuvres sont des symboles de la souveraineté emportés par la France dans sa conquête coloniale. Pour le Bénin, ce sont des éléments forts de créativité qui reviennent sur le territoire. Certaines, fortement imprégnées du vaudou, sont sacrées.

Elles ne sont pas connues de tous les Béninois car elles ont été effacées de la mémoire collective mais elles sont restées dans la mémoire de la tradition. Les anciens, par exemple, les connaissent grâce aux épopées racontées par leurs grands-parents.

« Découvrir les éléments matériels de sa civilisation. » 

C’est un événement très attendu aussi bien pour les chercheurs et les étudiants que pour le grand public qui est impatient de découvrir les éléments matériels de sa civilisation. » 

Q: Pourquoi cette restitution est-elle importante ?

R: « Cela représente avant tout la restauration de la dignité. Les Béninois récupèrent une partie de leur patrimoine. Ce sont des éléments forts de leur histoire. Ils n’auront plus à aller les voir dans des musées étrangers mais pourront les contempler chez eux. 

Le Bénin demande la restitution de ses trésors nationaux qui avaient été emmenés par l’ancienne colonie française Dahomey (actuel Bénin) en France et qui sont actuellement exposés au Quai Branly, un musée présentant l’art et les cultures indigènes d’Afrique. Photo de GERARD JULIEN / AFP via Getty Images.

Cela sert également à la reconstruction de la mémoire. Ce ne sont pas seulement le peuple et les objets qui ont été spoliés, mais aussi la mémoire. Celle-ci est remplie de honte liée à la chute ou à l’échec de notre peuple.

Il y a un adage au Bénin qui dit qu’il faut construire l’avenir à partir de l’existant, qu’il faut tresser à partir de l’ancienne corde. On ne peut pas construire en faisant table rase du passé ».

Q: Est-ce un nouveau point de départ, une restitution qui en appelle d’autres ?

R: « Cette restitution pose les germes d’une coopération à court, moyen et long terme avec les pays qui sont intéressés par la culture béninoise. C’est le point de départ d’un moment de circulation et de partage autour d’objets qui hélas ne se trouvaient plus sur le territoires.

Mais il faut également comprendre que tous les objets n’ont pas été obtenus dans un contexte de pillage. Certains sont le fruit d’acquisitions normales, honnêtes, sans faire partie du trafic illicite.

Cette restitution n’appelle donc pas à un repli identitaire mais ajoute à notre identité hybride ».


Rejoignez-nous sur Télégram pour des informations libres et non censurées :
👉 t.me/Epochtimesfrance

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ