Oise : une petite fille de 2 ans découverte dans un champ après avoir disparu de l’école le jour de la rentrée

Par Séraphin Parmentier
5 septembre 2020
Mis à jour: 5 septembre 2020

La fillette s’est volatilisée pendant la récréation du matin avant d’être retrouvée dans un champ situé plusieurs centaines de mètres plus loin par une retraitée.

Les faits ont eu lieu dans la matinée du mardi 1er septembre. Ce jour-là, une retraitée a découvert une petite fille de 2 ans et 8 mois « épuisée et en pleurs » derrière sa maison, à Cauvigny, une commune de moins de 2000 habitants située à une vingtaine de kilomètres au sud-est de Beauvais.

Médusée, la Mavaise va aussitôt à la rencontre de la fillette, qui arrive en direction de sa maison depuis un champ. « Je regarde si je vois des grandes personnes derrière elle… mais non, elle est seule. Je la porte, puis j’appelle la gendarmerie », a-t-elle expliqué dans les colonnes du Parisien.

« Elle était fatiguée et se grattait les jambes, elle a sûrement marché longtemps dans les blés », ajoute-t-elle.

« Elle s’est allongée sur la terrasse et s’est endormie là. Le gendarme a regardé l’étiquette sur son manteau, vérifié son nom et confirmé qu’elle venait de l’école », poursuit la retraitée.

À l’école communale du Grand-Jardin où la petite fille est scolarisée, c’est la panique. À l’issue de la première récréation, le corps enseignant se rend compte qu’elle manque à l’appel et n’a aucune idée de l’endroit où elle se trouve.

« Les enseignants n’imaginent pas une seconde que la petite est à l’extérieur, ils la cherchent à l’intérieur du bâtiment », indique le rectorat de l’académie d’Amiens.

« La récré a été décalée en raison d’un temps d’échange avec les parents, elle s’est déroulée de 10 h 40 à 11 h 10. La petite a dû s’échapper pendant 20 à 25 minutes », ajoute le rectorat.

Alertés, les parents de la petite fille, qui découvrait l’école pour la toute première fois, sont abasourdis.

« Tout ce que je sais, c’est qu’à 11 h 41 on nous appelle pour nous dire que notre fille a disparu. Qu’a-t-il pu se passer ? » s’interroge le père de l’enfant.

Le père de la fillette compte déposer plainte

Si les circonstances de la disparition de la petite fille sont encore floues, l’académie d’Amiens pense qu’elle aurait pu profiter de la récréation pour quitter l’enceinte de l’établissement à l’insu des surveillants en passant par « un trou de 16 cm dans une grille » située dans « un angle mort dans une cour biscornue à l’arrière » de l’école.

Elle aurait ensuite marché jusqu’à la maison de la retraitée, située à environ 500 mètres de l’école du Grand-Jardin à vol d’oiseau. Selon la Mavaise, la fillette avançait en direction de la route nationale au moment où elle l’a repérée.

« Les gens roulent comme des dingues, ils ne font pas le stop en bas. Une auto passe là, il n’y a plus d’enfant », souligne-t-elle.

« Elle a traversé tout le parc, elle est arrivée à la sente et après elle a monté le champ. C’est pas rien, c’est pas possible », s’étrangle le père de l’enfant. « Avec ma femme on n’arrête pas d’y penser. C’est traumatisant, on en dort mal la nuit. »

« Cette fillette a deux ans et huit mois, elle est en pleine nature. La nature ce sont des animaux, mais aussi des prédateurs humains », remarque pour sa part Me Charles Papon, l’avocat de la famille.

Le couple devait déposer plainte ce vendredi. « On ne veut pas que cela arrive à d’autres parents », précise le père. Lui et sa femme ont d’ailleurs décidé de retirer la fillette et sa sœur aînée de l’école de Cauvigny.

« Le maire propose qu’on se voit tous les trois ainsi qu’avec la directrice pour discuter de ce qu’il s’est passé. On verra quand on sera moins choqué », ajoute-t-il.

Le rectorat assure que le trou de 16 cm dans le grillage de la cour de l’école du Grand-Jardin a été rebouché le 2 septembre. Le fameux « angle mort » devrait également disparaître. « Il est probable que la mairie fasse des travaux rapidement », précise en effet l’académie.

Le jeudi 3 septembre, le père de la fillette s’est rendu chez la retraitée qui l’avait recueillie. Il lui a promis de revenir la voir bientôt avec sa petite fille. « Cette dame, c’est notre héroïne. Je ne sais même pas comment la remercier », conclut le père de famille avec émotion.

Focus sur la Chine : le porte-parole chinois sous le feu des critiques

 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ