« On en a marre de la Covid-19, on a besoin de vivre ! », le coup de gueule d’un prof d’histoire sur Cnews

Par Suzanne Durand
2 mars 2021
Mis à jour: 3 mars 2021

Face aux mesures drastiques prises par le gouvernement contre l’épidémie du coronavirus, le professeur d’histoire, chroniqueur et polémiste français Kevin Bossuet, a exprimé sa colère le 27 février dernier sur Cnews.

« On en a marre de la Covid-19, à un moment, on n’en peut plus. Moi, j’ai envie de m’aérer, j’ai envie que l’on parle d’autre chose et je me mets à la place de certains Français. Je me mets à la place de ces restaurateurs qui n’ont plus de revenus. Je me mets à la place de ces personnes qui sont au chômage, qui n’ont plus de revenus », déclare Kevin Bossuet qui ne décolère pas.

Cette situation devient « dramatique », estime le professeur. « Je me mets à la place de ces adolescents qui n’en peuvent plus. Il y a un chiffre qui est sorti, le taux de suicide chez les adolescents a augmenté de 40 % ». Pour M. Bossuet, « il est toujours facile quand on est sur les plateaux télé, quand on a son salaire qui tombe à la fin du mois, de se dire oui, c’est malheureux tous ces morts, etc. mais à un moment, on a besoin de vivre. Il faut renouer avec la vie », précise-t-il.

 « C’est inacceptable sur le plan social. C’est inacceptable sur le plan économique, c’est inacceptable sur le plan mental », rajoute le chroniqueur. « Et si on réussit à sortir de cette crise avec un pays qui est économiquement mort, avec un pays qui est divisé et avec un pays qui est mentalement atteint, on ne va jamais s’en sortir non plus. Donc oui, essayons, limitons les morts, mais faisons en sorte aussi de préparer l’avenir et de miser sur la jeunesse », s’insurge-t-il .

« On a créé un sentiment de psychose »

« Je crois que si les téléspectateurs ont raté l’allocution de Jean Castex, c’est pas grave parce que lui aussi, il s’est exprimé pour rien. On n’a rien appris. Toute la journée, on nous disait qu’il allait y avoir des annonces. Moi, j’ai des amis qui m’ont envoyé des SMS pour me dire : ‘tu crois qu’on va reconfiner ?’ En fait, on a créé un sentiment de psychose et un sentiment de stress et finalement, on se met tous devant notre télévision et il n’y a absolument rien. Et puis, quel amateurisme ! Enfin, moi, Jean Castex, il me fait penser un peu à une vieille institutrice. Il lui manque juste les bas varices presque », lance-t-il.  

« Des conférences de presse qui ne servent à rien »

 « Il est là en train de nous dire (Jean Castex, ndrl) : ‘Attention, il va falloir vous mobiliser, si vous n’êtes pas sage, si vous ne mettez pas votre masque, ça va être horrible’ mais on n’est plus des enfants. Et puis, l’amateurisme, ils nous ont sorti une espèce de diapositive où les couleurs du drapeau français ne sont même pas dans le bon ordre. Donc ça fait vraiment mauvais genre. Donc, à un moment, on en a marre d’être dirigé par des gens qui sont dans l’amateurisme, des gens qui organisent des conférences de presse qui ne servent à rien. Les Français ont besoin de concret et ont besoin de savoir à quelle sauce ils vont être mangés dans les prochaines semaines », poursuit Kevin Bossuet.

« Les Français ont besoin de vérité »

« Le pire, c’est que ce gouvernement n’assume rien, n’assume pas ses erreurs puisqu’il est sans arrêt en train d’accuser les autres. Si le virus repart, c’est tout simplement parce que les Français ne respectent pas les gestes barrières avec l’infantilisation qu’il y a derrière. Parfois, ce gouvernement accuse les élus locaux de ne pas avoir mis ce qu’il fallait mettre en place. En fait, c’est insupportable. À un moment donné, il faut peut-être faire preuve de responsabilité », souligne le professeur.

« Les Français ont besoin de vérité. De nous dire, certes, l’épidémie était imprévisible, on a commis des erreurs, on l’admets, voilà ce que l’on va faire », conclut-il.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ