« On est en train de mourir » – À Nice, les commerçants et les restaurateurs manifestent contre le confinement

Par Michal Bleibtreu Neeman
16 novembre 2020
Mis à jour: 16 novembre 2020

Plus d’un millier de personnes se sont rassemblées place Garibaldi à Nice, samedi 14 novembre, pour dénoncer le reconfinement et faire entendre leurs difficultés à la suite des nouvelles mesures sanitaires du gouvernement. Ils ont ensuite défilé dans les rues.

Environ 1 500 manifestants se sont rassemblés place Garibaldi à Nice, selon le comptage de la police, pour défiler jusqu’à la place Masséna. Le rassemblement a été organisé par deux commerçants qui sont également les responsables de l’association Nice la vie.

Restaurateurs et commerçants ont répondu à l’appel et sont descendus dans la rue. Parmi eux se trouvaient également des Niçois qui ne sont pas de la profession, mais qui sont venus soutenir et protester. « Liberté ! Liberté ! » ont-ils scandé sur la place Garibaldi, avant de commencer leur marche. Ils se sont rassemblés pour dénoncer « la mort du petit commerce ».

Dans une France impactée par la pandémie et les décisions du gouvernement, la colère et le désespoir montent. « Je vais mourir de tout ça, en silence, comme tous les autres », a exprimé en désarroi Sylvie Brossard, cheffe d’entreprise indépendante, dans L’Heure des pros sur CNews ce vendredi 13 novembre.

Une semaine avant, le vendredi 6 novembre, 1 000 commerçants et artisans, jugés « non essentiels », ont organisé une manifestation, sous forme de flash mob, place du Capitole, pour exprimer le deuil de leur métier condamné par le gouvernement avec le confinement.

« Dans ma profession, nous sommes sans droits, je n’ai plus de salaire » affirme Rodrigue Della-pieta, maître d’hôtel en contrat à durée déterminée, dans l’événementiel, sur France Bleu.

Jean-Pierre Scarfone est commerçant et restaurateur depuis 24 ans : « On respecte les gestes barrières dans les établissements, on peut les améliorer si on nous le demande, mais cela commence à être très compliqué de payer les frais courants » a-t-il raconté sur France 3.

Ce samedi, le syndicat des métiers de l’hôtellerie, l’Umih national, a annoncé la décision des restaurateurs et des cafetiers d’aller devant la justice pour contester la décision du gouvernement de fermer leurs établissements dans le cadre du reconfinement, rapporte France 3. Le syndicat a déjà engagé un recours contre le décret du 29 octobre 2020 qui ferme les restaurants et débits de boissons de  » type N  » tout en autorisant la restauration collective, car il n’y a pas de chiffres qui puissent montrer qu’il y aurait plus de contaminations dans ces établissements que dans la restauration collective.

FOCUS SUR LA CHINE – Près de 600 grandes entreprises chinoises en crise

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ