DAFOH, une ONG honorée aux « Mother Teresa Memorial Awards » pour sa lutte contre les prélèvements d’organes forcés

Par Jocelyn Neo
7 novembre 2019
Mis à jour: 6 septembre 2021

L’ONG Doctors Against Forced Organ Harvesting (médecins contre le prélèvement forcé d’organes (DAFOH)) lutte contre le trafic d’organes depuis plus d’une décennie. Le 3 novembre 2019, ce groupe a reçu le prix le plus prestigieux, les Mother Teresa Memorial Awards for Social Justice ou prix commémoratifs Mother Teresa pour la justice sociale, à Bombay, en Inde.

Créé par un réseau de médecins et de chirurgiens en 2006, DAFOH, basé à Washington, a sensibilisé la communauté médicale et la société en général à l’horrible problème du prélèvement forcé d’organes qui se produit en Chine.

Le Dr Torsten Trey, M.D., Ph.D., et directeur général de DAFOH, a déclaré que c’était un « grand honneur » de recevoir le prix organisé par Harmony Foundation pour féliciter les individus et les organisations désintéressés. Actuellement dans sa 15e année, les prix sont un événement annuel qui célèbre et commémore l’héritage de Mère Teresa. Chaque année, la Fondation met l’accent sur une question qui a besoin d’une attention mondiale, et cette année, le thème était « La lutte contre les formes contemporaines d’esclavage ».

Le 3 novembre 2019, le Dr Torsten Trey a reçu le prix commémoratif Mother Teresa pour la justice sociale au nom de Doctors Against Forced Organ Harvesting (médecins contre le prélèvement forcé d’organes (DAFOH)), au Taj Lands End, à Mumbai, en Inde. (Gracieuseté de Mark Luburic)

« Le sujet sur lequel nous travaillons est un sujet très difficile et dérangeant, car il traite des prélèvements forcés d’organes, en particulier dans le groupe peu connu dans l’hémisphère occidental – le mouvement spirituel du Falun Gong », a déclaré le Dr Trey, un éminent expert qui a également coécrit des livres et publié plusieurs revues médicales sur ce sujet, dans son discours de réception.

Prélèvements d’organes forcés : un crime contre l’humanité

Le Falun Gong est une ancienne discipline du corps et de l’esprit basée sur les principes de vérité, de compassion et de tolérance. Cette pratique pacifique a été interdite en juillet 1999 par le Parti communiste chinois après que le nombre de personnes qui la pratiquaient a explosé dans les cinq années qui ont suivi son introduction au public en 1992. Après le début des persécutions, de nombreuses personnes pratiquant le Falun Gong ont été arrêtées, emprisonnées et torturées. Ces dernières années, les médias ont rapporté que le régime communiste chinois prélevait des organes sur les prisonniers d’opinion, la majorité provenant de pratiquants du Falun Gong.

« Ce sont des crimes contre l’humanité et il faut que cela cesse », a déclaré le Dr Trey lors de la cérémonie de remise des prix.

(Avec l’aimable de Mark Luburic)

Cependant, le travail de sensibilisation n’a pas été facile pour DAFOH, car la pratique du prélèvement forcé d’organes n’est « nulle part ailleurs dans le monde », a déclaré le Dr Trey à Epoch Times.

« Les gens n’ont généralement pas la mainmise sur cet abus de transplantation, alors nous avons dû tout recommencer à zéro et dire que c’est différent du trafic d’organes ou du typique marché au noir », a expliqué le Dr Trey. « C’est l’assassinat de prisonniers d’opinion sous l’égide de l’État et cela nécessite des informations spécifiques. »

Renforcer la sensibilisation

Depuis sa création, l’organisation a pris diverses initiatives pour sensibiliser la population en rédigeant des articles et en organisant des conférences et des forums, y compris des entrevues avec les médias pour exposer un peu plus en détail le prélèvement forcé d’organes en Chine. Il y a plus de cinq ans, ils ont également lancé une pétition aux Nations unies pour demander la tenue d’enquêtes indépendantes sur le prélèvement forcé d’organes en Chine. La pétition a recueilli plus de 3 millions de signatures de plus de 50 pays et régions. DAFOH a également été nominé pour le prix Nobel de la paix en 2016 et 2017.

Actuellement, le groupe s’est efforcé de mieux faire connaître le jugement rendu par un tribunal populaire indépendant, le tribunal de Chine.

« Publié en juin de cette année, le tribunal de la Chine a déclaré que le prélèvement forcé d’organes avait lieu en Chine sans aucun doute et a également recommandé à des associations médicales de se renseigner à ce sujet », a déclaré le Dr Trey. «Le jugement du tribunal de la Chine s’est terminé par la condamnation de la communauté internationale à reconnaître que la Chine est un État criminel. C’est quelque chose qui doit être porté à l’attention ».

(Avec l’aimable autorisation de Mark Luburic)

Le Dr Trey a également indiqué qu’en 2017, la chaîne d’information sud-coréenne TV Chosun s’est rendue à l’hôpital de Tianjin en Chine pour enquêter sur les abus de transplantation en cours dans le pays. À l’aide d’une caméra cachée, l’équipe a enregistré un infirmier en disant « nous pouvons accepter de l’argent à l’hôpital, disons 9 035 euros et le temps d’attente d’un rein peut être réduit à deux jours », a expliqué le Dr Trey.

« Cela signifie donc que les organes sont mis à disposition contre de l’argent et c’est une pratique qui ne doit pas être tolérée par la communauté médicale internationale », a-t-il ajouté.

Bien qu’il soit difficile de trouver des chiffres concrets à estimer, le Dr Trey a déclaré que le nombre de transplants.

Lutter contre les prélèvements d’organes forcés

Le Dr Trey a souligné que différents groupes et minorités sont visés par le prélèvement forcé d’organes en Chine. L’intention qui la sous-tend varie.

« Dans le cas du Falun Gong, cela a commencé par une persécution pour réprimer cette pratique spirituelle dans le but de l’éliminer », a-t-il relaté. « Le prélèvement forcé d’organes est devenu une méthode autofinancée et automotrice pour réduire au silence et éradiquer cette pratique dans le but d’empêcher les pratiquants du Falun Gong de parler au monde de sa pratique pacifique et de ses bons principes de vérité, de compassion et de tolérance ».

En outre, il a affirmé : qu’« Une fois que l’on a compris l’intention derrière le prélèvement forcé d’organes, cela mène également à des solutions pour lutter contre le prélèvement forcé d’organes. Soutenir le Falun Gong et se prononcer en faveur de cette pratique irait à l’encontre de l’objectif de l’éradiquer. »

À l’heure actuelle, à mesure que de plus en plus de gens prennent conscience de l’abus des transplantations, certains pays, dont l’Espagne, Taïwan, l’Italie et Israël, ont adopté des lois visant à empêcher leurs citoyens de se rendre à l’étranger pour se faire transplanter. Le Dr Trey espère que d’autres pays se joindront à nous pour s’attaquer à ce problème, car le groupe continue de « faire passer cette pratique d’une zone d’ombre à la lumière du jour ».

« Plus nous en parlerons, plus nous éclairerons ce sujet, plus les gens d’abord le sauront et devront aussi l’arrêter », a-t-il dit.

Le Dr Torsten Trey (troisième à droite) a représenté DAFOH aux prix commémoratifs Mother Teresa pour la justice sociale. (Avec l’aimable autorisation de Mark Luburic)

En tant qu’expert dans ce domaine, M. Trey a une suggestion sur la façon dont les citoyens pourraient jouer leur rôle dans la lutte contre ce crime.

Lorsqu’un participant à la conférence Harmony International a demandé au Dr Trey ce que l’on pouvait faire en tant qu’individu, sa réponse a été applaudie : « Aidez-nous à faire la lumière sur ces crimes contre l’humanité en envoyant une simple carte postale au président chinois avec ces mots : ‘Le Falun Gong est bon. Arrêtez le prélèvement forcé d’organes des pratiquants de Falun Gong.’ »

Le Dr Trey a déclaré à Epoch Times : « Nous devons parvenir à l’équation que plus les pratiquants de Falun Gong sont tués pour leurs organes, plus le monde a besoin de savoir que le Falun Gong est bon. »

Il a également ajouté que si l’appel en faveur de la pratique du Falun Gong augmente, l’objectif sous-jacent du prélèvement forcé d’organes sera battu en brèche et l’on mettrait fin aux abus à la racine du problème.

Ensuite, tout comme l’effort unique de Mère Teresa a créé un effet d’entraînement, chacun d’entre nous peut prendre des mesures pour mettre fin aux crimes contre l’humanité.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ