Les ONG américaines s’engagent à défendre les libertés malgré les sanctions de Pékin auprès de Hong Kong

Par Eva Fu
4 décembre 2019
Mis à jour: 4 décembre 2019

Un législateur américain a condamné le régime chinois pour avoir réagi en sanctionnant des organisations à but non lucratif américaines après l’adoption d’une loi appuyant le mouvement de protestation de Hong Kong, alors que les ONG ciblées ont juré de ne pas céder aux pressions autoritaires.

En représailles à la signature par le président Donald Trump, la semaine dernière, de la loi sur les droits de l’homme et la démocratie de Hong Kong, le régime chinois a annoncé le 2 décembre dernier qu’il allait sanctionner plusieurs organisations pro-démocratie américaines. La nature des sanctions n’est toujours pas claire.

Le sénateur Marco Rubio (Républicain-Floride.), qui a présenté le projet de loi au Sénat américain, a déclaré à l’édition américaine d’Epoch Times que la réponse du régime n’empêcherait pas les États-Unis et les autres démocraties de dénoncer les violations des droits de l’homme par le régime chinois.

Tactiques d’intimidation

« Pékin utilise ses tactiques typiques d’intimidation en menaçant de sanctions les ONG américaines qui font la promotion des droits de l’homme, de la primauté du droit et de la gouvernance démocratique – les valeurs mêmes que la Chine s’est engagée à défendre à Hong Kong dans la Déclaration commune sino-britannique de 1984″, a déclaré M. Rubio dans un message électronique.

En vertu de cet accord, le régime chinois s’est engagé à préserver l’autonomie et les libertés de Hong Kong lorsque la souveraineté de la ville a été transférée à Pékin en 1997.

« Les États-Unis et le monde libre continueront de tenir le gouvernement chinois et le Parti communiste responsables d’avoir pris pour cible et abusé des Hongkongais, des Ouïghours, des Tibétains, des chrétiens et d’autres personnes qui revendiquent les droits que Dieu leur a accordés », a ajouté M. Rubio.

Michael Abramowitz, président de Freedom House, a déclaré : « Cette menace de sanctions de la part du régime autoritaire chinois est contraire aux valeurs démocratiques et aux droits humains universels.

Se ranger aux côtés des Hongkongais et de leurs demandes « qui exigent le respect de leurs libertés » et « demandent à Pékin de respecter ses obligations au titre de la Déclaration commune sino-britannique » sont en accord avec la mission de l’organisation, a-t-il dit.

« Nous ne nous tournons pas vers le Parti communiste chinois pour obtenir la permission de soutenir de tels objectifs légitimes », a-t-il ajouté.

Parmi les autres ONG qui doivent être sanctionnées par Pékin figurent Human Rights Watch, le National Democratic Institute for International Affairs (Institut national démocratique pour les affaires internationales, NDI, un groupe de réflexion américain), le National Endowment for Democracy et l’International Republican Institute.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a annoncé cette mesure le 2 décembre, qualifiant l’adoption de la loi de Hong Kong sur les droits de l’homme et la démocratie d’« ingérence grave dans les affaires intérieures de la Chine ».

La loi subordonnerait le statut commercial spécial de Hong Kong avec les États-Unis à la question de savoir si la ville est « suffisamment autonome » par rapport au continent.

« Ces ONG ont soutenu des conspirateurs anti-Chine […] Ils sont beaucoup à blâmer pour le chaos qui règne à Hong Kong », a-t-elle clamé, ajoutant que les organisations « paieront le prix de ce qu’elles ont fait ».

Le régime a également suspendu les demandes de visite de récupération des navires de guerre américains à Hong Kong en réponse à l’adoption de la loi.

Le Global Times, un journal d’État chinois va-t-en-guerre, a déclaré dans un commentaire du 2 décembre que les sanctions ne sont qu’une partie de la « première vague des contre-mesures », en réponse aux actions des États-Unis.

Le sénateur Marco Rubio (Républicain-Floride) s’adresse aux journalistes à la suite d’une réunion privée sur les services de renseignement à Capitol Hill, à Washington, le 4 décembre 2018. (Zach Gibson / Getty Images)

Les « représailles politiques »

Les organisations ciblées ont fait preuve de défi malgré les menaces de Pékin.

« Plutôt que de cibler une organisation qui cherche à défendre les droits de la population de Hong Kong, le gouvernement chinois devrait respecter ces droits », a déclaré Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch, dans un courriel à Epoch Times.

Le National Democratic Institute a déclaré qu’il « reste déterminé à soutenir les processus pacifiques et l’engagement constructif des citoyens à Hong Kong » pour faire progresser les droits promis dans la Loi fondamentale de Hong Kong et l’autonomie politique de la ville.

Carl Gershman, président du National Endowment for Democracy, a déclaré que l’affirmation du régime chinois selon laquelle l’organisation finance ou organise des manifestations à Hong Kong est « une triste tentative pour détourner l’attention de la réalité d’un véritable mouvement populaire ».

Il a souligné que les élections des conseils de district du 24 novembre étaient une démonstration des institutions démocratiques de Hong Kong, qui ont servi de « modèles dynamiques de participation publique en Asie ». L’élection a vu le camp pro-démocratie remporter 388 des 452 sièges de conseil de district dans une victoire éclatante contre les candidats pro-Pékin.

L’Institut républicain international a qualifié les sanctions du régime « d’acte de représailles politiques ciblant les ONG vouées à la promotion des libertés dans le monde entier ».

« Ce n’est pas la première fois que le PCC[Parti communiste chinois] cherche à trouver un bouc émissaire pour ses propres échecs de gouvernance », a déclaré Daniel Twining, président de l’Institut. « Comme le montrent les récentes élections, le peuple de Hong Kong sait mieux que quiconque que de croire en une telle propagande. »

Il a déclaré que les actions de Pékin ne feront que renforcer la volonté de « contrecarrer les efforts bien documentés du PCC pour corroder la démocratie ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ