Opinion : toujours pas de preuves d’insurrection armée le 6 janvier

Par Julie Kelly
8 mai 2021
Mis à jour: 10 mai 2021
C’est comme si l’histoire avait été écrite à l’avance.

Alors que la capitale nationale sombrait dans le chaos dans l’après-midi du 6 janvier – dont des manifestations de colère à l’intérieur et à l’extérieur du Capitole pour s’opposer à la certification finale par le Congrès des résultats des élections de 2020 – les législateurs démocrates étaient déjà en train de faire volte-face. « C’est une insurrection violente », a écrit le représentant démocrate de Floride, Ted Deutsch (Parti démocrate, Floride) sur Twitter à 15 h 40, alors que le chaos s’intensifiait. « Une tentative de coup d’État par les partisans de Trump sur son incitation ».

« C’est comme ça qu’on restitue leur grandeur aux États-Unis ? » La représentante Debbie Wasserman Schultz (Parti démocrate, Floride), ancienne présidente du Comité national démocrate, a écrit à 15 h 09 : « La violence, l’assaut du Capitole, la tentative de bloquer votre successeur dûment élu en encourageant l’insurrection armée ? » Tout au long de la journée, des législateurs des deux partis politiques ont fait écho à ces sentiments.

Moins de 24 heures plus tard, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (Parti démocrate, Californie), a cimenté le scénario émergeant des événements du 6 janvier : « Hier, le président des États-Unis a incité à une insurrection armée contre l’Amérique, la profanation jubilatoire du Capitole, qui est le temple de notre démocratie américaine, et la violence visant le Congrès sont des horreurs qui resteront à jamais dans l’histoire de notre nation, instiguées par le président des États-Unis », a tempêté Pelosi lors d’une conférence de presse le 7 janvier. « Justice sera rendue à ceux qui ont perpétré ces actes, qui étaient des actes de sédition et des actes de lâcheté ».

Le mantra de « l’insurrection armée » a été cité comme preuve clé dans le deuxième procès de destitution des démocrates contre l’ancien président Donald Trump.

Mais était-ce vrai ? En février, j’avais examiné les actes d’accusation fédéraux déposés contre près de 200 personnes inculpées dans le cadre de l’enquête du ministère de la Justice sur le Capitole, dont les hauts responsables ont promis qu’elle serait « sans précédent » dans l’histoire de l’agence. À l’époque, seules 14 personnes étaient accusées d’infractions armées. Des objets tels qu’un casque, un bouclier anti-émeute et un vaporisateur à gaz poivré ont été décrits par les procureurs du gouvernement comme des « armes dangereuses ou mortelles ».

Cependant, seuls deux manifestants ont été reconnus en possession d’une arme à feu, et aucun d’entre eux ne se trouvait à l’intérieur du bâtiment le 6 janvier. Ils ont été arrêtés plus tard dans la nuit et inculpés pour avoir violé les lois strictes de Washington sur le contrôle des armes à feu.

Ainsi, quatre mois plus tard, existe-t-il des preuves pour étayer l’affirmation omniprésente selon laquelle le 6 janvier, une « insurrection armée » a eu lieu ? Après tout, les enquêteurs disposent maintenant d’un grand nombre de vidéos et de messages sur les médias sociaux pour documenter ce qui s’est passé ce jour-là. Il devrait nécessairement y avoir des vidéos montrant les insurgés de Trump portant des armes à feu ou les commentaires fanfarons sur Facebook pour prouver sans l’ombre d’un doute qu’une « insurrection armée » a effectivement failli renverser le gouvernement américain ce jour-là.

Mais un autre examen des plus de 400 personnes actuellement inculpées dans le cadre de la chasse à l’homme menée par le ministère de la Justice à l’échelle nationale ne permet toujours pas d’étayer le récit initial selon lequel des centaines de partisans armés de Trump se seraient emparés du Capitole avec l’intention de mutiler, de tuer ou de s’emparer du bâtiment. Au total, 44 accusés, soit environ 10 % des personnes faisant l’objet de poursuites judiciaires liées au 6 janvier, sont accusés de possession ou d’utilisation d’une arme dangereuse. Voici la répartition au 1er mai :

– Neuf personnes avec un vaporisateur de gaz poivré ;
– Neuf personnes avec une perche ou un mât de drapeau ;
– Quatre personnes avec un bouclier anti-émeute ou de police ;
– Quatre personnes avec une petite matraque ;
– Trois personnes avec un bâton ;
– Trois personnes avec une batte de baseball ;
– Deux personnes avec un taser ;
– Deux personnes avec un extincteur ;
– Deux personnes avec une paire de béquilles ;
– Une personne avec une canne qui peut être utilisé comme un pistolet paralysant ;
– Une personne avec un casque de police ;
– Une personne avec un couteau ;
– Une personne avec une crosse de hockey ;
– Une personne avec un piolet.

Il ne fait aucun doute que certaines de ces armes peuvent causer de graves dommages et que ceux qui ont utilisé une arme contre un agent de police doivent être et seront punis en conséquence.

Mais dans de nombreux cas, le défendeur est simplement accusé d’avoir porté l’arme, sans l’avoir utilisé contre quiconque. (Certains manifestants ont déclaré avoir apporté des armes pour se défendre en prévision d’un engagement violent avec des agitateurs d’Antifa ou de Black Lives Matter). Richard Barnett, l’homme photographié dans le bureau de Pelosi, fait face à deux chefs d’accusation pour possession « d’une arme dangereuse ou mortelle », à savoir une canne qui peut être utilisée comme un pistolet paralysant. Lors d’une audience au tribunal la semaine dernière, l’avocat de M. Barnett a fait valoir que l’article n’avait pas de piles et n’était pas opérationnel ; un juge fédéral a finalement libéré M. Barnett d’une prison de D.C. après qu’il a passé près de quatre mois à attendre son procès.

Dans le vaste dossier de conspiration du ministère de la Justice contre les Proud Boys, six membres sont accusés d’être « entrés et restés dans un bâtiment ou un terrain à accès restreint et d’avoir porté une arme mortelle ou dangereuse ». Mais selon l’acte d’accusation du grand jury, seul un homme, William Chrestman, possédait une arme, un manche de hache en bois. Il n’est pas accusé de l’avoir utilisé.

Les procureurs s’efforcent de sauver un autre mythe sur le 6 janvier, à savoir que l’officier Brian Sicknick a été tué dans l’exercice de ses fonctions par des partisans de Trump. Le New York Times a fini par se rétracter, affirmant que l’officier Sicknick avait été tué par des « insurgés » à l’aide d’un extincteur, mais les médias n’ont pas perdu de temps pour donner une nouvelle tournure à l’histoire : l’officier Sicknick, a-t-on dit au public, est mort à la suite d’une réaction au répulsif à ours pulvérisé sur lui par des partisans de Trump pendant le chaos.

Mais ce n’est pas vrai non plus. Le mois dernier, le bureau du médecin légiste de Washington a finalement admis que l’officier Sicknick, 42 ans, était mort de causes naturelles ; néanmoins, le ministère de la Justice de Joe Biden cherche désespérément à entretenir cette histoire. En mars, deux hommes ont été accusés d’avoir utilisé un spray chimique contre l’officier décédé. (Les procureurs ont également dû admettre au tribunal la semaine dernière que le spray n’était pas un spray à ours mais une petite bombe de gaz poivré).

George Tanios et Julian Khater sont maintenant en prison sans caution, chacun faisant face à trois chefs d’accusation d’utilisation et de possession d’une arme mortelle, même s’il n’y a aucune preuve que le spray utilisé par Khater ait touché l’officier Sicknick ou ses collègues – juste un autre blocage des poursuites pour soutenir la mise en scène de Nancy Pelosi.

Une grande partie du récit du 6 janvier est une illusion fabriquée, un autre exercice de manipulation politique pour un gain partisan. Mais aucun des vœux pieux des médias, des démocrates et de nombreux républicains quant à l’existence d’une « insurrection armée » le 6 janvier ne pourra transformer leur imagination en réalité.

Julie Kelly est commentatrice politique, auteur et collaboratrice principale d’American Greatness. 

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ