Opposée au compteur Linky, elle vit sans électricité avec sa fille de cinq ans : « Ils m’ont dit que c’était un Linky ou rien »

Par Séraphin Parmentier
17 septembre 2019 Mis à jour: 18 septembre 2019

Depuis que son compteur d’électricité est parti en fumée, cette Aureilloise préfère vivre sans électricité plutôt que de laisser Enedis procéder à l’installation d’un compteur Linky de nouvelle génération.

Voilà près de trois semaines que Marie-Hélène Teissier et sa fille de cinq ans, qui résident à Aureille, une commune d’environ 1500 habitants située à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), vivent sans électricité.

Depuis que son compteur a brûlé le 25 août, Marie-Hélène Teissier refuse en effet que les techniciens d’Enedis le remplacent par un appareil Linky et « souhaite que son compteur soit remplacé par un compteur classique », rapporte La Provence.

« On n’en fabrique plus, on n’en achète plus, et on n’en installe plus »

Si le fournisseur d’électricité affirme avoir tenté de rassurer sa cliente quant à la qualité des nouveaux compteurs, celle-ci ne veut toutefois rien entendre. « Nous sommes devant un cas compliqué », explique Sylvain Gendre, responsable territorial relation clients chez Enedis.

« Nous équipons […] tous les foyers par cette nouvelle génération de compteurs évolués. Les anciens, on n’en fabrique plus, on n’en achète plus, et on n’en installe plus. J’ai proposé à cette dame de lui envoyer la documentation utile, afin qu’elle puisse réfléchir et revoir sa position. Nous sommes prêts à intervenir dès qu’elle le souhaite pour rétablir l’électricité », poursuit M. Gendre.

« Je m’éclaire à la bougie le soir, et je fais chauffer de l’eau pour me laver »

Pas de quoi faire changer d’avis Marie-Hélène Teissier qui considère notamment que les compteurs de nouvelle génération pourraient présenter un risque pour la santé tout en menaçant son intimité.

« Quand les techniciens sont revenus le 2 septembre, ils m’ont dit que c’était un Linky ou rien. Je suis contre le Linky par rapport aux ondes. […] Je ne veux pas non plus de ce compteur dit intelligent qui permet de savoir comment on vit, quels appareils on utilise et quand.»

« Je m’éclaire à la bougie le soir, et je fais chauffer de l’eau pour me laver. Les courses, c’est au jour le jour car on n’a plus de frigo », conclut Mme Teissier.

RECOMMANDÉ