Un orang-outan terrifié et affamé s’accroche à un arbre isolé alors que des bulldozers détruisent son habitat naturel, la forêt tropicale

Par Catherine Bolton
16 avril 2020
Mis à jour: 17 avril 2020

Des pans entiers de forêt tropicale ont été rasés au bulldozer sur l’île de Bornéo, en Asie du Sud-ouest, pour suivre l’essor de l’industrie de l’huile de palme. Une image virale, partagée par l’organisation Internationale Animal Rescue (IAR), d’un orang-outan s’agrippant à un arbre isolé en 2013 a montré à quel point le coût a été élevé pour d’innombrables animaux dont l’habitat a été détruit.

L’IAR a été dépêchée avec un groupement forestier local dans une plantation de palmiers pour s’intéresser à une femelle orang-outan, nommée Boon-Mee, et à deux autres qui, comme elle, ont quitté la forêt en raison de la déforestation.

Le trio de primates a eu la chance de s’être réfugié sur des terres appartenant à des membres d’un groupe de protection de la nature. Lorsqu’ils l’ont découverte avec ses amis, affamés et seuls au milieu de terres décimées par les pratiques de déforestation, ils ont appelé l’IAR, basé au Royaume-Uni, pour sauver les animaux en détresse.

(Photo avec l’aimable autorisation de Animal Rescue)

Vidéo avec l’aimable autorisation de International Animal Rescue

Lis Key, fonctionnaire de l’IAR, a expliqué que bien qu’ils aient eu la chance de sauver ces orangs-outans, force est de constater que la situation globale est dramatique pour eux.

« C’est désolant de voir l’état épouvantable dans lequel se retrouvent ces animaux après que leur habitat a été rasé pour l’industrie de l’huile de palme », a-t-elle déclaré. « Ils étaient très affaiblis par la faim. C’est une maigre consolation, mais pour une fois, plutôt que de les chasser des lieux ou de les tuer, la compagnie a fait ce qu’il fallait en nous contactant. »

© Capture d’écran vidéo Facebook | International Animal Rescue

Au départ, les responsables de l’IRA sont arrivés sur les lieux pour un seul primate, qui ne vivait que de l’écorce de l’arbre dans lequel il avait élu domicile. Il s’était confiné dans l’arbre, affaibli par la faim et terrifié par la destruction de la forêt qui l’entourait.

Mais quand ils sont parvenus devant l’arbre, ils ont découvert qu’il n’était pas seul. Il y en avait trois, dont une, clouée sur place, a demi inconsciente, venait certainement d’accoucher, car, bien que le bébé soit introuvable, elle présentait des signes d’allaitement. Une autre orang-outan avec son bébé accroché à elle cherchait désespérément de la nourriture.

Vidéo avec l’aimable autorisation de International Animal Rescue

Les faire descendre des arbres pour leur apporter des soins ne fut pas une mince affaire. Cependant, à l’aide de fléchettes tranquillisantes et avec un peu de patience, ils ont finalement été capturés dans des filets et transportés ailleurs pour être soignés.

Les images ce singe perché au haut de cet arbre seul, planté au milieu de ces immenses espaces vides et désolés qui l’entouraient ont brutalement rappelé le lourd tribu que la déforestation fait payer à ces animaux, et l’histoire de ce sauvetage a alerté les médias qui s’en sont emparés.

Heureusement, tous les orangs-outans se sont rétablis, mais d’autres n’ont pas eu cette chance. L’huile de palme a été présentée comme un ingrédient miracle pour la santé, utilisé à de multiples fins, de la fabrication de produits de boulangerie plus sains à la conservation de produits de beauté plus doux et plus durables. Mais dans les régions du monde les plus propices à sa production, de vastes étendues de forêts ont été abattues ou brûlées pour y planter des palmiers.

© Capture d’écran vidéo Youtube | International Animal Rescue
RECOMMANDÉ