Des ossements de bêtes datés à plus de 13.000 ans trouvés dans une grotte sous-marine au Mexique

Par SWNS
23 décembre 2019 Mis à jour: 23 décembre 2019

Des os de bêtes de l’ère glaciaire qui parcouraient la Terre il y a plus de 13 000 ans ont été trouvés dans une grotte sous-marine au Mexique.

Notamment, deux créatures jusque-là inconnues en dehors de l’Amérique du Sud : un ours à face courte, Arctotherium wingei, et un chien ressemblant à un loup, Protocyon troglodytes.

Un plongeur avec une mâchoire et une vertèbre de Protocyon.

Les animaux préhistoriques, dont des paresseux géants, des tigres à dents de sabre et d’anciens éléphants ont été trouvés aux côtés des restes d’une jeune fille de 15 ans nommée Naia, la première humaine la plus complète jamais trouvée en Amérique.

Ces animaux ont vécu il y a 38 400 à 12 850 ans.

Les ossements merveilleusement préservés ont été trouvés au fond d’une fosse de 60 mètres de profondeur connue sous le nom de Hoyo Negro, « trou noir » en espagnol, sur la péninsule du Yucatán.

Ils révèlent comment les humains et une ménagerie de créatures exotiques ont migré entre l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud après que l’isthme de Panama a relié les continents à la fin de la dernière période glaciaire.

Le paléontologue Dr Blaine Schubert, de l’université d’État d’East Tennessee, a déclaré : « Nous suggérons que les changements paysagers et écologiques causés par la dernière glaciation du Pléistocène ont soutenu une impulsion d’échange qui comprenait A. wingei, P. troglodytes et Homo sapiens. »

Les ossements d’animaux ont mis en lumière le monde étrange habité par Naia, qui aurait subi une chute mortelle après s’être promenée dans le réseau de grottes à la recherche d’eau douce ; probablement le même sort ayant frappé les créatures sauvages.

Plus tard, la montée des mers provoquée par la fonte des glaciers a élevé la nappe phréatique de plusieurs centaines de mètres, inondant les grottes et ensevelissant les squelettes.

Le Dr Schubert a déclaré : « La fosse Hoyo Negro est en forme de cloche, d’environ 62 mètres de large à la base, et a fonctionné comme un piège naturel pour les animaux se déplaçant dans la grotte à la fin du Pléistocène. »

Les mammifères découverts comprennent plusieurs espèces de paresseux terrestres, dont le nouvellement nommé Nohochichak xibalbahkah.

Il y avait aussi des tapirs, des tigres à dents de sabre, des pumas, des gomphothères (une famille d’animaux ressemblant à des éléphants), des ours, des chiens primitifs et le « squelette humain relativement complet » de Naia, a-t-il déclaré.

L’équipe de plongeurs des grottes a découvert Hoyo Negro pour la première fois en 2007 et a été stupéfaite de trouver une énorme chambre aquatique remplie de restes d’animaux et du squelette de Naia.

Les expéditions au fil des ans ont recensé au moins 28 squelettes d’animaux dans la fosse, dont certains sont éteints, mais d’autres, comme le puma et le coati à nez blanc, sont toujours là aujourd’hui.

Le Dr Schubert a déclaré : « Des plongeurs hautement qualifiés ont effectué des photographies, des films et des collectes sur place en fonction des directives des chercheurs. »

« La collecte s’est concentrée sur l’identification des spécimens, en particulier les crânes bien conservés. Notre accent est mis ici sur les identifications systématiques. »

« Des descriptions squelettiques plus détaillées sont en cours. Les identifications ont été faites sur la base de la littérature actuelle. »

La première analyse complète de deux des animaux, l’ours à face courte, Arctotherium wingei, et le chien ressemblant à un loup, Protocyon troglodytes, a été effectuée pour la première fois.

Un plongeur avec un crâne d’Arctotherium.

Ils étendent le domaine de ces prédateurs à 2 000 km en dehors de l’Amérique du Sud, où ils étaient soupçonnés d’être confinés.

La datation au radiocarbone des protéines des dents d’Arctotherium l’a situé entre 12 850 et 13 430 ans, rapporte la revue Royal Society Biology Letters.

Le Dr Schubert a déclaré : « Avec plusieurs individus identifiés, l’ours est le grand mammifère le plus abondant de Hoyo Negro. »

« Les individus varient en âge du jeune adulte à l’adulte et représentent l’ours sud-américain à face courte, l’Arctotherium. »

Il a dit que si les archives fossiles existantes sont une représentation exacte d’Arctotherium et de Protocyon à travers le temps, et si ces espèces se sont développées strictement en Amérique du Sud, elles doivent avoir migré à travers l’isthme.

Le Dr Schubert a également déclaré : « De plus, si cette migration s’est produite au cours du dernier Pléistocène, conformément aux dates radiométriques existantes, il est possible qu’elles se soient déplacées vers le nord pendant ou depuis la dernière période glaciaire complète, entre environ 35 000 et 12 000 ans. »

Il a ajouté : « Contrairement aux échanges antérieurs, cela impliquait les humains et a culminé avec l’extinction massive de la plupart des mégafaunes américaines, y compris Arctotherium et Protocyon. »

Un plongeur récupérant un crâne d’Arctotherium.

Il y a environ 12 000 ans, à la fin du Pléistocène, la fonte des calottes glaciaires a provoqué une élévation spectaculaire du niveau mondial de la mer, qui a inondé les paysages côtiers de faible altitude et les réseaux de grottes.

Avant cette inondation, les animaux anciens tels que les ours à face courte, les paresseux géants et les premiers Américains auraient considéré Hoyo Negro comme un point d’eau dans une caverne.

L’événement de la migration des animaux et des humains entre les continents est connue sous le nom de « Grand échange faunique interaméricain ».

On pense qu’il s’est produit au cours de quatre épisodes majeurs qui ont commencé il y a environ 2,5 millions d’années.

Le Dr Schubert a déclaré : « L’exploration des grottes submergées dans le Yucatán, en particulier le piège naturel Hoyo Negro, expose une faune riche et remarquablement bien préservée du Pléistocène supérieur. »

Après l’émergence de la mer de la plaque tectonique de l’isthme de Panama il y a environ 3 à 5 millions d’années, les écosystèmes qui existaient sur les deux continents ont enfin pu se mêler et se mélanger.

Cet échange de vie complexe s’est installé dans les écosystèmes modernes des Amériques : l’Amérique du Sud a donné des tatous à l’Amérique du Nord et l’Amérique du Nord a donné des lamas à l’Amérique du Sud.

Un plongeur ramassant un crâne d’Arctotherium.

Cependant, les paléontologues en savent encore très peu sur cet échange massif, car les fossiles sont notoirement difficiles à trouver dans les forêts tropicales qui couvrent la région.

En revanche, Hoyo Negro est une aubaine. La grotte sous-marine a préservé des animaux entiers parce que les carcasses n’avaient nulle part où aller, et les eaux pauvres en oxygène ont garanti la conservation des os pendant plus de 10 000 ans.

Les experts disent que Naia avait 15 à 16 ans au moment de sa mort. Elle mesurait environ 1,5 m et pesait environ 50 kg à son poids le plus lourd, bien qu’il y ait des preuves qu’elle aurait souffert d’épisodes de famine.

Elle s’est cassé le bras mais il s’est ressoudé.

Crédit photo: SWNS

RECOMMANDÉ