Des ouvriers espagnols déterrent par hasard 19 urnes romaines remplies de pièces antiques

16 mai 2019
Mis à jour: 16 mai 2019

Des ouvriers en bâtiment en Espagne ont été agréablement surpris de découvrir d’étonnants trésors en creusant un fossé. Ils ont déterré près de 590 kg de monnaie romaine ancienne dans 19 grosses urnes antiques datant des 3e et 4e siècles environ.

Il est surprenant de constater à quel point les événements les plus inattendus peuvent parfois se produire et devenir finalement historiques. Des ouvriers en bâtiment en Espagne ont été agréablement surpris de découvrir des trésors incroyables en creusant un fossé. Ils ont mis au jour environ 590 kg d’anciennes pièces de monnaie romaine contenue dans 19 grandes cruches anciennes datant du 3e au 4e siècle de notre ère.

©Getty Images | GOGO LOBATO

Cette équipe d’ouvriers a vraiment étonné tout le monde en tombant par hasard sur ces pots de trésors en avril 2016.

En creusant, leurs machines ont frappé quelque chose d’inhabituel qui a mené à la découverte d’urnes très anciennes. Certaines ont été cassées sous l’effet de la pelle, dévoilant leur « trésor » à l’intérieur – les ouvriers tout heureux n’ont pu s’empêcher d’examiner les anciennes pièces à l’intérieur !

En tout, ils ont trouvé 19 urnes, qui ont ensuite été identifiées comme des amphores, un type d’urne romaine de Séville en Espagne.

« Les machines ont heurté quelque chose qui n’était pas normal sur ce sol », a déclaré Lola Vallejo, conseillère urbaine de Tomares, à l’Atlas affilié à CNN.

« Les ouvriers se sont tout de suite arrêtés et ont rapidement découvert qu’il y avait beaucoup de pièces à l’intérieur des amphores cassées« , dit la conseillère urbaine.

Les pièces de monnaie romaines en bronze, pesant plus de 590 kg, dataient du troisième au quatrième siècles de notre ère. « C’est incroyable une découverte de cette taille, il y a 19 amphores, toutes entières, et je peux vous assurer qu’elles ne peuvent être soulevées par une seule personne, elles sont très lourdes avec la monnaie à l’intérieur », a déclaré Ana Navarro, directrice du musée de l’archéologie à Séville.

La plupart des pièces découvertes étaient principalement en bronze, mais moins de 4 % pourraient être en argent.

« Ces pièces sont, pour la plupart, en très bon état de conservation », a déclaré la directrice du musée, selon Coinworld, un magazine de numismatique américain.

Certains experts estiment que les pièces étaient « neuves » parce qu’elles ne présentaient aucun signe d’utilisation, d’autres supposaient que les pièces avaient été frappées pour payer des impôts à l’Empire romain. « Nous avons pu lire avec certitude les inscriptions pour Dioclétien, Maximien et Maxence ; certainement pour Constance Ier et probablement pour Sévère II, sur plusieurs pièces de monnaie choisies au hasard », a déclaré Mme Navarro. « Ainsi, au moins à titre préliminaire, nous pourrions dater ce trésor à la période tétrarchique, un système politique établi par Dioclétien en 293 pour gouverner le vaste empire romain qui a duré jusqu’au début du IIIe siècle (…) lorsque Constantin Ier a vaincu l’empereur romain Maxence à la bataille du pont Milvius. »

Selon le rapport de Coin World, les pièces de bronze sont de type follis. Elles semblent même avoir une teneur en argent plus élevée qu’on ne le faisait d’ordinaire ; cela pourrait être attribué à la teneur en argent de 5 %. Apparemment, l’argent semble être concentré à la surface et donne un aspect plus brillant sous certains angles.

Ce trésor inhabituel et rare semble avoir apporté et apportera sûrement beaucoup de nouvelles compréhensions sur notre histoire.

Avez-vous déjà été témoin d’une découverte rare et inhabituelle comme celle-ci?

Voyez également la vidéo : 

Ces pièces de monnaie inhabituelles et rarissimes seront exposées au musée archéologique de Séville après avoir été examinées. Ce trésor révélera sûrement encore beaucoup d’histoire sur sa provenance.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ