Pakistan: les Hazaras enterrent leurs morts après une semaine de protestations

Par Epoch Times avec AFP
9 janvier 2021
Mis à jour: 9 janvier 2021

Des milliers de personnes se sont rassemblées samedi au Pakistan pour l’enterrement de 10 mineurs Hazaras tués dans une attaque revendiquée par l’organisation État islamique (EI) qui avait provoqué un tollé face au manque de protection de cette communauté chiite. 

Ces centaines d’Hazaras ont manifesté pendant six jours avant de trouver vendredi un accord avec le gouvernement du Baloutchistan, la province la plus grande et la plus pauvre du Pakistan.

Les manifestants, jusqu’à 3.000, avaient bloqué une route à la périphérie de Quetta, la capitale provinciale. Cette population chiite pakistanaise refusait d’enterrer ses morts tant que le Premier ministre M. Khan ne leur donnaient pas de gage personnel sur leur situation.

Mineurs de la minorité Hazara kidnappés et tués

Les dix mineurs de la minorité Hazara avaient été kidnappés dimanche d’une mine de charbon par des hommes armés avant d’être amenés sur une colline proche, où la plupart ont été fusillés, et certains décapités.

-Des personnes en deuil de la communauté chiite Hazara offrent des prières funéraires devant des cercueils de mineurs, qui ont été tués, Quetta le 9 janvier 2021. Photo de Banaras Khan / AFP via Getty Images.

Samedi à Quetta, pus de 4.000 personnes ont assisté sous haute sécurité aux funérailles des mineurs tués.

« Fin au terrorisme, arrêtez les coupables », chantaient les personnes assistants aux funérailles, a rapporté un photographe de l’AFP sur place.

Hazaras constituent la majorité des chiite de Quetta

Ce refus d’inhumer les corps était symbolique de l’angoisse des Hazaras, alors que le rite musulman prévoit normalement que l’enterrement ait lieu le plus tôt possible, en général sous 24 heures.

Les Hazaras constituent la majorité des chiite de Quetta, capitale d’un Baloutchistan en proie aux soulèvements ethniques, sectaires et séparatistes.

Avec des caractéristiques proches d’Asie centrale, les Hazaras sont considérés comme des hérétiques par les sunnites, ce qui en fait des cibles.

Vendredi, les autorités ont promis l’arrestation des attaquants de dimanche, des compensations pour les familles endeuillées et une meilleure protection.

Présence de l’EI sur leur sol

Le Premier ministre devrait venir samedi à Quetta après que la communauté a décidé de la fin de son mouvement, a dit à l’AFP un haut responsable du gouvernement.

Des personnes en deuil de la communauté chiite Hazara s’assoient à côté du cercueil de l’un des mineurs, qui a été tué. Photo de Banaras Khan / AFP via Getty Images.

« Le gouvernement provincial va constituer une équipe d’enquête conjointe pour proposer une action contre ceux reconnus coupables de négligences ayant conduit à l’incident », indique le texte de l’accord trouvé vendredi, dont l’AFP a obtenue copie.

L’accord prévoit également une haute commission dirigée par le ministre du Baloutchistan pour enquêter sur les attaques contre la communauté Hazara sur les 22 dernières années.

Les autorités pakistanaises nient depuis longtemps la présence de l’EI sur leur sol. Mais le groupe, d’obédience sunnite, a revendiqué plusieurs attaques par le passé.

Élections américaines – Trump: le combat continue

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ