Un palais vieux de 3 400 ans émerge d’un site après la baisse du niveau des eaux due à la sécheresse

Par Epoch Times
2 juillet 2019 Mis à jour: 12 juillet 2019

Un palais vieux de 3 400 ans a émergé d’un site dans la région du Kurdistan irakien à la suite de la baisse du niveau des eaux, causée par la sécheresse.

La découverte de ces ruines sur le site du barrage de Mossoul, sur les rives du Tigre, a inspiré une fouille archéologique spontanée qui permettra de mieux comprendre l’Empire Mittani, l’un des empires les moins documentés du Proche-Orient ancien, a déclaré l’équipe de chercheurs kurde-allemande dans un communiqué de presse.

« Cette découverte est l’une des plus importantes découvertes archéologiques de la région au cours des dernières décennies », a déclaré l’archéologue kurde Hasan Ahmed Qasim dans un communiqué de presse.

À l’origine, le palais devait se trouver à seulement 20 mètres de la rivière sur une terrasse surélevée. Un mur en briques de terre a été ajouté par la suite pour stabiliser le bâtiment, ajoutant plus de volume à l’architecture déjà imposante.

Ivana Puljiz, archéologue de l’Institut d’études du Proche-Orient ancien de l’Université de Tübingen, décrit le palais, connu sous le nom de Kemune, comme un bâtiment soigneusement conçu avec des murs en briques de terre d’une épaisseur pouvant atteindre deux mètres.

Certains des murs ont plus de deux mètres de haut, et plusieurs pièces ont des murs crépis, a-t-elle ajouté.

L’équipe a également trouvé des peintures murales dans des tons de rouge et de bleu, qui étaient probablement une caractéristique commune des palais à l’époque, mais qui ont rarement été trouvées préservées.

« Découvrir des peintures murales à Kemune est une magnifique découverte archéologique », a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse.

« Kemune n’est que le deuxième site de la région où des peintures murales de l’époque mittani ont été découvertes », a déclaré Mme Puljiz à CNN dans un courriel.

Dix tablettes d’argile recouvertes d’écriture cunéiforme, un ancien système d’écriture, ont également été découvertes. Des photos haute résolution des textes ont été envoyées en Allemagne pour traduction.

Les tablettes d’argile trouvées sur le site ont été envoyées en Allemagne pour traduction. (Université de Tübingen eScience Cente/Kurdistan Archaeology Organization)

« À partir de ces textes, nous espérons obtenir des informations sur la structure interne de l’empire Mittani, son organisation économique et les relations de la capitale Mittani avec les centres administratifs des régions voisines », a déclaré Mme Puljiz à CNN.

Les archéologues ont pris connaissance du site pour la première fois en 2010, lorsque les niveaux d’eau du site étaient bas, mais c’est la première fois qu’ils sont en mesure d’effectuer des fouilles.

Cependant, le site a été submergé peu après les fouilles, a ajouté Mme Puljiz : « On ne sait pas quand il réapparaîtra. »

L’archéologue Qasim a également travaillé sur un autre projet avec l’Université de Tübingen, découvrant en 2016 une ville du nord de l’Irak datant de l’âge du bronze.

L’équipe a mis au jour la ville, qui se trouve sous ce qui est maintenant le petit village de Bassetki dans la région autonome du Kurdistan, près du territoire qui était détenu par Daech.

Quelques jours après la fin des fouilles, les forces de sécurité irakiennes ont commencé à intervenir davantage pour reprendre Mossoul à Daech.

Mesurant un kilomètre de long et 500 mètres de large, l’ancienne zone urbaine comprend de grandes maisons, un palais, un vaste réseau routier et un cimetière.

Une version antérieure de cette histoire indiquait incorrectement où et comment le texte sur les tablettes d’argile devait être analysé.

RECOMMANDÉ