La pandémie pourrait avoir été causée par un accident de recherche sur les armes biologiques en Chine, selon un ancien enquêteur américain

Par Frank Fang
16 mars 2021
Mis à jour: 17 mars 2021

Le virus qui a provoqué la pandémie du Covid-19 pourrait avoir été le résultat d’une fuite d’arme biologique en Chine, selon David Asher, ancien enquêteur principal sur le Covid-19 au Département d’état américain.

« Il pourrait s’agir d’un vecteur d’armement qui a mal tourné, qui n’a pas été délibérément diffusé, mais qui était en cours de développement et qui a ensuite été divulgué d’une manière ou d’une autre », a déclaré Asher le 12 mars lors d’un débat à l’Institut Hudson.

« Cela s’est avéré être la plus grande arme de l’histoire. Vous avez supprimé 15 à 20 % du PIB mondial. Vous avez tué des millions de personnes. La population chinoise a été à peine affectée. Leur économie est redevenue la première de tout le G20. »

Le virus du PCC (Parti communiste chinois), qui provoque la maladie du Covid-19, a fait surface pour la première fois dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, fin 2019. Un laboratoire de l’Institut de virologie de Wuhan, où les scientifiques ont mené des recherches approfondies sur les coronavirus des chauves-souris, a longtemps été considéré comme la source de l’épidémie, peut-être en raison d’une fuite accidentelle.

Cette théorie a été déclarée « extrêmement improbable » par Peter Ben Embarek, expert de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le 8 février, à l’issue d’une mission d’enquête de deux semaines à Wuhan. Cependant, quelques jours plus tard, le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a semblé revenir sur cette déclaration, affirmant que « toutes les hypothèses restent ouvertes et nécessitent une étude plus approfondie ».

Une fiche d’information publiée par le Département d’état américain en janvier a déclaré qu’il « avait des raisons de croire » que plusieurs chercheurs de l’institut sont tombés malades avec des symptômes correspondant à la fois au Covid-19 et aux maladies saisonnières courantes à l’automne 2019. Un chercheur principal de l’institut a déclaré en juillet 2020 qu’il y avait « zéro infection » parmi le personnel du laboratoire et des étudiants.

Asher a noté que la Chine a cessé de parler publiquement de ses recherches au laboratoire de Wuhan en 2016. Il a rappelé qu’en 2016, il a entendu un commentateur militaire chinois parler sur les médias d’état chinois de la façon dont la Chine est « entrée dans un domaine de la guerre biologique chinoise […] y compris en utilisant des choses comme des virus ».

« Ils ont fait une déclaration publique à leur peuple que c’est une nouvelle priorité dans le cadre de la politique de sécurité nationale [du dirigeant chinois Xi Jinping] », a déclaré Asher.

Il a dit douter qu’il s’agisse d’une coïncidence et a ajouté que 2016 pourrait être l’année où l’armée chinoise s’est impliquée dans des programmes biologiques au laboratoire de Wuhan.

« Vous devez comprendre que la nature de l’état communiste en Chine et son approche secrète, est à double usage avec tout ce qui est militaire pour être en mesure de l’apprécier », a déclaré Asher. Il a ajouté que, selon lui, personne à l’OMS ne comprenait suffisamment bien la Chine pour savoir qu’elle pouvait « obscurcir » ses programmes classifiés.

La Chine s’est également montrée peu coopérative au cours de la phase initiale de l’épidémie. Selon Asher, les États-Unis et leurs alliés ont adressé près de 100 demandes à la Chine, que ce soit pour solliciter son aide ou pour proposer une assistance.

La Chine les a toutes rejetées et a affirmé à plusieurs reprises que le virus n’était pas contagieux, alors qu’elle savait qu’il se propageait d’homme à homme, selon Asher.

Dans un premier temps, l’OMS a repris à son compte l’affirmation de Pékin selon laquelle le virus n’était pas contagieux, rejetant un avertissement envoyé par courriel par Taïwan.

Un article scientifique publié en 2020 conclut que Pékin a dissimulé la transmissibilité du virus pendant au moins trois semaines avant de reconnaître publiquement que le virus était contagieux le 20 janvier 2020.

Jamie Metzl, conseiller de l’OMS et chargé de mission pour l’Atlantic Council, est également intervenu dans le débat, critiquant la mission d’enquête de l’OMS comme n’étant « pas une véritable enquête ».

« Il s’agissait plutôt d’un voyage d’étude chaperonné de deux semaines, au cours duquel on leur a fourni des informations très soignées », a déclaré Metzl.

Le 4 mars, Metzl a organisé une lettre ouverte appelant à une « enquête médico-légale internationale complète et sans restriction » sur les origines du virus. La lettre souligne que les experts de l’équipe de l’OMS n’ont pas fait l’objet d’une vérification « adéquate » en matière de conflits d’intérêts.

Deux experts étrangers de l’équipe de l’OMS, Peter Daszak et Marion Koopmans, ont des liens évidents avec le régime chinois.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ