AUSTRALIE – Des parents ont imposé un régime vegan à leur bébé, il souffre maintenant de rachitisme et de fractures

29 décembre 2018 Mis à jour: 30 décembre 2018

Un couple australien qui a plaidé coupable d’avoir causé de graves blessures à leur petite fille après qu’elle a été trouvée gravement sous-alimentée avait gardé le bébé caché aux voisins, qui ne savaient même pas qu’elle existait.

La mère et le père de l’enfant, âgés respectivement de 32 et 34 ans, ont plaidé coupable ce mois-ci et seront condamnés en janvier 2019. L’identité du couple n’a pas été révélée, selon les médias australiens et britanniques, qui citaient des lois strictes en Australie.

Selon les autorités, les parents ont donné à leur fille un régime si extrême qu’elle a développé le rachitisme.

« Le rachitisme est l’assouplissement et l’affaiblissement des os chez les enfants, habituellement en raison d’une carence extrême et prolongée en vitamine D », selon la clinique Mayo. « La vitamine D favorise l’absorption du calcium et du phosphore du tractus gastro-intestinal. Une carence en vitamine D rend difficile le maintien de niveaux adéquats de calcium et de phosphore dans les os, ce qui peut causer le rachitisme. »

Les voisins ont dit aux policiers qu’ils pensaient que la famille n’avait que deux garçons et qu’ils ne connaissaient pas le troisième enfant.

Lorsqu’elle a quitté l’hôpital en 2016 après sa naissance en bonne santé, la fillette n’avait pas de dossier médical, ses parents ayant refusé de l’emmener chez le médecin.

La toute petite fille a finalement été admise à l’hôpital 19 mois plus tard après avoir subi une crise au domicile familial à Sydney.

Pendant son séjour à l’hôpital, la mère de la fillette a informé les médecins que sa famille suivait un régime végétalien. Le végétalisme implique de ne pas manger de produits d’origine animale, y compris la viande, les produits laitiers et les œufs.

La mère a dit que sa fille mangeait généralement une tasse d’avoine avec du lait de riz et une demi-banane au petit-déjeuner et un toast avec de la confiture ou du beurre d’arachide au déjeuner.

La famille préparait généralement du tofu, du riz ou des pommes de terre pour le dîner, mais la jeune fille était une « mangeuse difficile » et elle a peut-être mangé de l’avoine pour le repas du soir, rapporte le Daily Mail.

Le régime alimentaire extrême a entraîné de graves carences en un certain nombre de nutriments, dont la vitamine D, la vitamine A et le fer.

Ses taux de vitamine D, en particulier, étaient indétectables, selon les médecins. La vitamine D est généralement obtenue en passant du temps à l’extérieur au soleil et en mangeant certains aliments, y compris les huiles de poisson, les jaunes d’œufs et certains jus de fruits, ces derniers ayant souvent été enrichis en vitamine D.

Les médecins ont dit à la cour que les os de la fillette étaient si fragiles à cause du manque de nutriments qu’ils auraient pu être cassés par « manipulation normale » et qu’ils ont trouvé des fractures dans tout son petit corps, a rapporté Metro. L’enfant ne pesait que 5 kilos.

Un médecin a dit qu’on n’avait jamais vu la fillette d’un an et demi ramper ou parler pendant son séjour d’un mois à l’hôpital.

Le personnel de l’hôpital a d’abord respecté le régime végétalien de la famille, mais s’est inquiété lorsque la mère a interdit le soja.

Le père de la jeune fille a dit aux agents pendant l’enquête qu’il pensait que la fillette n’avait rien, prétendant qu’elle était différente des garçons et qu’elle était de constitution petite.

Les trois enfants du couple sont maintenant placés en famille d’accueil et la fille s’est rétablie depuis son admission à l’hôpital au début de l’année, mais les docteurs ont conseillé de continuer le traitement et ils la suivent avec attention.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

VIDÉO RECOMMANDÉE :

Une fromagerie vandalisée
par des militants végans et antispécistes radicalisés près de Lille

RECOMMANDÉ