Des parents d’élèves se mobilisent contre la théorie critique de la race

Par Petr Svab
26 avril 2021
Mis à jour: 26 avril 2021

Aux États-Unis, un nombre croissant de parents se mobilisent pour lutter contre la dissémination de la théorie critique – quasi-marxiste – de la race (TCR) dans les écoles où ils envoient leurs enfants.

Ces parents estiment que cette doctrine crée un environnement toxique et exacerbe les problèmes qu’elle prétend solutionner. Les autorités scolaires ont répondu à leurs efforts par le déni ou le silence.

La TCR s’est répandue dans le monde universitaire, le domaine du spectacle, la fonction publique, les écoles et les entreprises. Elle redéfinit l’histoire de l’Amérique comme une lutte entre les « oppresseurs » (les Blancs) et les « opprimés » (tous les autres), de la même manière que le marxisme réduit l’histoire humaine à une lutte entre la « bourgeoisie » et le « prolétariat ». Elle qualifie les institutions nées dans les sociétés à population majoritairement blanche de racistes « systémiques » ou « structurelles ».

Déguisée sous la forme d’initiatives visant l' »équité », d’initiatives « antiracistes » ou « culturellement sensibles », la TCR a fait son entrée dans les écoles de manière largement inaperçue pour les parents. Elle a donné lieu à une industrie de conférenciers, de formateurs et de consultants payés pour diagnostiquer les organisations « systématiquement racistes », prescrire des actions basées sur la TCR comme remède, puis aider à leurs mises en application les années suivantes.

L’existence d’un « racisme systémique » est généralement invoquée lorsqu’il y a disparités de résultats entre différents groupes, tels que des résultats scolaires moyens inférieurs ou un taux de détentions supérieur chez les étudiants noirs.

Cependant, des universitaires soulignent que cet argument est spécieux.

« Tous les systèmes produisent une sorte de disparité raciale, sexuelle ou de classe », a déclaré Wilfred Reilly, professeur associé de sciences politiques à l’université d’État du Kentucky, spécialisé dans la validation empirique des déclarations politiques. « Cela permet aux radicaux de demeurer éternellement radicaux, et de prétendre que tout est raciste. »

Généralement, lorsque les parents apprennent ce qu’est la TCR, ils la désapprouvent.

Le groupe Parents Against Critical Theory (les parents contre la théorie critique (de la race), PACT) dans le comté de Loudoun, dans l’État de Virginie, a attiré l’attention des médias.

En juin 2020, des parents se sont mobilisés pour demander la réouverture des écoles fermées en réponse à la pandémie du virus du PCC (Parti communiste chinois). Cependant, l’apprentissage à distance mis en place par le district a été l’occasion pour les parents d’en connaître davantage sur le contenu enseigné à leurs enfants, et c’est ainsi que plusieurs drapeaux rouges ont été soulevés.

« [Lorsque] nous prenons connaissance de ce que nos enfants apprennent, notre objectif passe de ‘nous voulons la réouverture des écoles’ à ‘Oh mon Dieu' », a déclaré à Epoch Times une mère qui a demandé à rester anonyme par crainte de représailles.

« En gros, ils classent les enfants par race pour déterminer la qualité de l’éducation que chacun recevra – c’est absolument inacceptable », a-t-elle ajouté.

Cette dernière a déclaré que ses enfants ne retourneront pas dans cette école.

Wayde Byard, porte-parole des écoles publiques du comté de Loudoun, a nié que les écoles déterminent la qualité ou le niveau d’éducation ou les ressources déployées selon la couleur de la peau des enfants.

« Notre objectif est d’assurer l’équité en fonction de la définition suivante définie par le ministère de l’Éducation de Virginie : l’équité dans le domaine de l’éducation est atteinte lorsque la prévisibilité des résultats en fonction de la race, du sexe, du code postal, des capacités, du statut socio-économique des élèves ou des langues qu’ils parlent à la maison, est éliminée », a-t-il déclaré à Epoch Times par courriel.

« En tant que division scolaire, nous nous engageons à assurer la réussite de chaque élève ici à la LCPS[Loudoun County Public Schools]. »

Un parent a été choqué lorsque sa fille lui a demandé si elle était membre du Ku Klux Klan (KKK). Apparemment, l’enfant avait entendu parler du KKK en classe, mais avait gardé une idée confuse de ce qu’était cette organisation. Le parent a dû expliquer à sa fille que l’appartenance au KKK est une mauvaise chose. L’enfant ne savait pas que cette organisation a été créée par des démocrates il y a plus d’un siècle et existait à peine aujourd’hui, selon le parent.

M. Byard a répondu que le district « ne commente pas les histoires anecdotiques de ce genre » et que les informations de ce type, tant du côté des élèves que des enseignants, sont confidentielles.

Un enseignant a dit en classe que les élèves étaient autorisés à protester et à être dispensés de cours à condition d’avoir au moins 14 ans et d’avoir l’autorisation des parents, a appris une mère.

L’école a nié une telle affirmation, selon la mère, mais cette dernière ne demeure pas convaincue.

« J’ai davantage tendance à croire ma fille que tout ce qu’ils disent », a-t-elle déclaré.

Une vidéo mise en ligne présente une classe virtuelle au cours de laquelle un enseignant pousse un élève à focaliser son attention sur les différences raciales, l’accusant d’être « évasif » alors qu’il refuse de se prêter au jeu.

M. Byard a déclaré que la vidéo est « un extrait édité d’une leçon beaucoup plus exhaustive et ne reflète pas exactement le contexte dans lequel cette discussion a eu lieu ».

Un autre élève s’est vu dire qu’il serait noté absent d’une séance de classe préparatoire lorsqu’il a refusé de parler de ses « valeurs ». Il a confié à sa mère avoir craint d’être victime d’intimidation et questionné s’il les avait révélées, a-t-elle expliqué à Epoch Times. La mère a finalement négocié une entente qui n’obligera plus son fils à participer aux activités de ces classes.

« Cela fait maintenant neuf ou dix mois que nous sonnons l’alarme, et les parents commencent enfin à comprendre ce qui se passe ici », a déclaré Scott Mineo, fondateur de PACT, à Epoch Times.

Le district a nié que la TCR soit utilisée dans les écoles.

« Aucune philosophie ou théorie particulière n’est utilisée pour endoctriner les élèves ou le personnel », a déclaré M. Byard.

Il a reconnu que le district a adopté un « cadre de travail adapté à la culture », qui, selon les parents, est la TCR sous une autre appellation.

« Ils mentent carrément à la communauté », a déclaré Scott Mineo.

Le document de référence du LCPS cite leur surintendant, Eric Williams, disant : « Le LCPS appelle tous les étudiants, le personnel, les familles et les autres membres de notre communauté à perturber et démanteler la suprématie blanche, le racisme systémique, ainsi que le langage et les actions haineux basés sur la race, la religion, le pays d’origine, l’identité de genre, l’orientation sexuelle et/ou les capacités. »

Selon les parents, la démarche de la TCR conduit précisément à des effets opposés.

« Ils imposent cette doctrine qui ne conduira pas à moins de racisme. Un environnement toxique en sera le résultat », a déclaré un parent.

Si la mobilisation contre la TCR a débuté localement, la réponse a été nationale.

« Les messages, les prières, les remerciements et les dons proviennent de tout le pays », a-t-il déclaré.

Au cours des derniers mois, des initiatives similaires ont vu le jour, telles que les Parents Defending Education (les parents à la défense de l’éducation), fondée au début de l’année par Nicole Neily, défenderesse des libertés civiles.

« Ces dernières années, des activistes ont pris d’assaut des écoles publiques, privées et à charte dans tout le pays, dans le cadre d’une campagne visant à imposer de nouveaux programmes [scolaires] toxiques et à forcer nos enfants à être catégorisés en groupes identitaires fondés sur la race, l’origine ethnique, la religion et le genre », peut-on lire sur son site web, qui invite les parents à se joindre à eux pour « mettre fin à la folie dans nos écoles ».

Un enseignant et un parent de deux écoles réputées de la ville de New York se sont récemment opposés à la TCR, tandis que la Floride travaille sur un programme d’éducation civique qui exclura explicitement la TCR, selon le gouverneur de l’État Ron DeSantis.

Des ripostes en faveur de la TCR ont également eu lieu. Certains parents, enseignants et responsables scolaires du comté de Loudoun se sont rassemblé et ont discuté de comment dresser une liste des parents qui sont récalcitrants à la TCR, d’« infiltrer » leurs rangs et même de mettre à contribution des « pirates informatiques pour soit fermer leurs sites Web, soit les rediriger vers des pages web pro-TCR »selon le Daily Wire.

La page GoFundMe du PACT a été fermée par la plateforme qui l’hébergeait, mais le groupe a déjà créé une nouvelle page de collecte de fonds sur GiveSendGo ayant recueilli environ 13 000 dollars (10 746 €).

Ces tentatives ont incité les parents à « redoubler d’efforts », a déclaré M. Mineo.

Selon ce dernier, il peut être déroutant pour les parents de se retrouver dans le jargon des idéologues de la TCR, mais ce qui importe est de s’y opposer dans la pratique et moins dans la théorie.

« Ce qui compte, c’est comment [la TCR] se manifeste et qui est responsable », a-t-il déclaré.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ