Parents, enfants debout côte à côte demandent à la police de Hong Kong de cesser d’utiliser du gaz lacrymogène

Par Annie Wu
1 décembre 2019 Mis à jour: 1 décembre 2019

Des ballons jaunes portant l’inscription « No More Tear Gas » (« Plus de gaz lacrymogènes ») volaient haut alors que de nombreux parents et leurs jeunes enfants organisaient le 1er décembre une manifestation sur une place publique au cœur du quartier des affaires de Hong Kong.

Des centaines de manifestants se sont présentés au rassemblement sous le thème « Children Don’t Want Tear Gas » (Les enfants ne veulent pas de gaz lacrymogène) à Edinburgh Place. Vers 11 heures, heure locale, ils se sont dirigés vers le siège du gouvernement en criant des slogans tels que « Pas de gaz lacrymogène, rendez-moi les parcs de la ville pour que je puisse y jouer. »

De nombreux manifestants ont ensuite attaché leurs ballons jaunes sur les grilles à l’extérieur du bâtiment du quartier général.

Parmi les participants au rassemblement figurait le législateur pro-démocratie Lam Cheuk-ting, qui est monté sur scène pour critiquer le refus du gouvernement municipal de révéler publiquement le contenu des gaz lacrymogènes tirés par la police ou les impacts de la substance sur la santé humaine.

Le rassemblement était organisé par le groupe local Social Worker Home School (école des travailleurs sociaux à domicile).

Les organisateurs ont appelé la police de Hong Kong à cesser d’utiliser les gaz lacrymogènes, car cette tactique oppressive n’a pas réussi à rétablir le calme dans la ville depuis les manifestations de masse qui ont éclaté en juin.

En outre, les organisateurs ont déclaré que de nombreux enfants ont eu des réactions allergiques au gaz, y compris des éruptions cutanées et des maux de gorge après s’être rendus dans des endroits qui avaient déjà fait l’objet d’opérations de police. Ils se sont également dits préoccupés par les effets à long terme de l’exposition aux gaz lacrymogènes sur la santé de leurs enfants.

Les parents ont demandé au gouvernement municipal d’inviter une tierce partie à effectuer des tests chimiques pour connaître la composition des gaz lacrymogènes et apaiser les inquiétudes des parents.

Le secrétaire à la sécurité de Hong Kong, John Lee, a déclaré lors d’une session du conseil législatif (LegCo) le 27 novembre que la police avait tiré un total d’environ 10 000 cartouches de gaz lacrymogène depuis juin, ont rapporté les médias de Hong Kong.

John Lee a refusé de répondre lorsqu’on lui a demandé si la police de Hong Kong avait acheté du gaz lacrymogène de pays autres que la Chine. Il a refusé de commenter la composition chimique et les effets sur la santé des gaz lacrymogènes achetés.

Le 1er décembre 2019, les manifestants ont affiché des dessins exprimant leur opposition à l’utilisation de gaz lacrymogènes par la police sur les grilles devant le siège du gouvernement de Hong Kong. (Bill Cox/The Epoch Times)

L’une des manifestantes, Mme Ho, 32 ans, qui vit dans la région de Wan Chai, a déclaré à Epoch Times que les yeux de sa fille de 7 ans sont gonflés et se remplissent souvent de larmes. L’état de santé de la fille s’est aggravé, en particulier après le siège de la police à la City University of Hong Kong (CUHK) le 12 novembre. Mme Ho a ajouté qu’elle a aussi un bébé d’un an, mais qu’elle a peur de le sortir de la maison.

Une autre manifestante, Mme Lee, 39 ans, a dit qu’elle s’inquiétait de la santé de sa fille de 4 ans à cause de tous ces gaz lacrymogènes.

« Ne ruinez pas la prochaine génération », a dit M. Lee, tout en appelant le gouvernement de la ville à cesser d’utiliser les gaz lacrymogènes.

Mme Chau, 30 ans, résidente de Tsuen Wan, se souvient qu’elle et sa fille de 3 ans ont été assaillies de gaz lacrymogène alors qu’elles étaient récemment sorties manger à University Drive un dimanche soir. Elle a expliqué qu’à l’époque, la plupart des gens près d’elle n’étaient que des citoyens normaux, et non des manifestants portant des masques à gaz.

Sa fille tousse maintenant et a beaucoup de mucosités, et elle prend une ordonnance du médecin. Cependant, Mme Chau a dit que le médecin ne savait pas vraiment comment soulager la cause des mucosités.

« Le gouvernement devrait divulguer les composants des gaz lacrymogènes pour que les médecins sachent comment les traiter », a ajouté Mme Chau.

Mme Chau a déclaré que sa fille perd parfois l’appétit parce qu’elle ne sait pas comment cracher les mucosités et qu’elle vomit presque.

Le 27 novembre, le président américain Donald Trump a signé un projet de loi (S.2710) qui interdira aux entreprises américaines d’exporter du matériel de contrôle des foules à la police de Hong Kong.

La Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, dans un éditorial publié dans le South China Morning Post du 30 novembre, a appelé le gouvernement de Hong Kong à entreprendre « une enquête indépendante et impartiale qui serait menée par un juge sur les allégations de recours excessif à la force par la police « .

RECOMMANDÉ