Paris : un homme malade de 74 ans survit depuis 15 ans dans un parking : « On a fermé les yeux »

Par Nathalie Dieul
30 avril 2021
Mis à jour: 30 avril 2021

Un box de 8 m², sans eau ni lumière, au quatrième sous-sol : c’est là que s’est réfugié un homme de 74 ans dans le XVe arrondissement de Paris depuis 15 ans. Il est maintenant menacé d’expulsion par le gestionnaire du parking.

« Certains savaient que je dormais là. Mon box était souvent ouvert », explique Milovan au Parisien. D’origine serbe, le septuagénaire dispose d’une carte de séjour. Dans une autre vie, il travaillait dans le bâtiment. Il habitait rue Lecourbe et louait ce garage situé sur la rue d’Alleray, également dans le XVe arrondissement, depuis 1982.

Puis, victime d’un AVC, il a perdu sa voiture et son logement, s’est réfugié dans le petit box rempli d’outils, de vieux pots de peinture, de sacs de plâtre éventrés, qui ne lui laissent la place que pour un espace où il a déposé des cartons et des tissus qui lui servent de lit.

La descente aux enfers de ce « ce monsieur pas en forme », selon l’expression d’un sexagénaire qui habite dans l’immeuble depuis un an, n’est pas finie : un avis d’expulsion de son garage a été affiché par GTF, l’administrateur de biens qui gère le parking. En effet, cela fait 10 ans que Milovan ne paie plus son loyer.

« C’est la présidente de la copropriété, sa voisine de parking, qui a voulu le virer », remarque un résident de l’immeuble. « Elle a avancé le risque incendie des produits de chantier qu’il entrepose dans son box. »

Les militants du DAL (Droit au logement) a été prévenu et se sont donné pour mission de sauver Milovan. L’histoire a fini par arriver aux oreilles de Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris en charge du logement, qui promet : « Nous allons le contacter pour lui permettre de bénéficier d’un accompagnement social, une résidence, un Ehpad. »

En attendant, on peut bien se demander comment un homme âgé et malade a pu vivre si longtemps dans des conditions aussi précaires sous cette coquette résidence où certaines personnes lui disaient bonjour et d’autres détournaient la tête lorsqu’ils le croisaient.

Le gardien de l’immeuble savait qu’il allait « aux sanisettes dans la rue pour se laver ». Un voisin raconte : « On le voit en journée dans le jardin de la résidence. Il ne nous dérange pas. On a fermé les yeux. Dans l’absolu, il était à l’abri. »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ