Paris Plages : sur les pavés, le sable

27 juillet 2015
Mis à jour: 27 juillet 2015

 

Quand la plage s’invite à Paris. Les vacances d’été à Paris ne peuvent dorénavant plus se passer de l’incontournable étape « balnéaire » de Paris Plages.

Le 20 juillet, Anne Hidalgo, la maire de Paris, a inauguré la 13e édition de Paris Plages depuis le bassin de la Villette, l’un des 3 sites où sont proposées les activités des activités jusqu’au 23 août.

Le parvis de l’Hôtel de Ville, transformé pour l’occasion en plage de sable fin, accueille les tournois de beach volley, mais aussi de basket urbain. C’est un clin d’œil à l’Euro de basket qui se déroulera en France dès septembre prochain. La ville propose donc aux petits et aux grands de s’initier à la pratique du 3contre3, variante urbaine du basket, présentant des règles simplifiées.

Autre site d’importance, la voie George Pompidou, fermée pour l’occasion aux automobilistes depuis le tunnel des Tuileries jusqu’à la voie Mazas, se transforme l’espace de 5 semaines, en station balnéaire.

Pour Paris Plages, la détente se veut au rendez-vous avec des activités de danse, de taï-chi, de pétanque ou encore de baby-foot, disponibles aussi sur le bassin de la Villette. Mais, l’aspect culturel est ici mis en avant : le musée du Louvre s’invite sur les berges de la Seine afin d’y présenter un autre fleuve, le Nil, à travers ses collections égyptiennes. Animations gratuites pour tous et lots à gagner (des entrées au musée) sont au menu de cette croisière découverte virtuelle du fleuve africain selon les Egyptiens.

La société Lafarge, qui livre comme chaque année les 5 000 m3 de sable nécessaires aux sites, n’est pas en reste dans le domaine culturel : elle s’associe à la sortie du film « Le Petit Prince » afin de proposer des lectures et des activités ludiques aux enfants de 6 à 10 ans.Pour l’occasion, le pont Notre-Dame se change en piste d’atterrissage pour la réplique de l’avion de Saint-Exupéry, un décor de 8m d’envergure installé dans l’espace Lafarges.

La lecture demeure une activité phare de Paris Plages avec l’opération « les bibliothèques hors les murs ». Des bibliothèques parisiennes sortent ainsi leurs livres afin de les mettre à disposition en plein air pour des lectures en tous genres.

Mais cette année, l’invitation à la réflexion dépasse le simple cadre des pages des livres et investit la philosophie sur le sable parisien. Sur le thème de “la Philo n’est pas un gros mot”, Moshi la moustache – c’est le nom du personnage d’animation, convie parents et enfants âgés de 6 à 13 ans à des ateliers mêlant philosophie et numérique.

Une ferme pédagogique avec moutons, poules ou lapins, permettra également de mieux faire connaître ces animaux domestiques, mais aussi de découvrir qu’ils ont leur place en milieu urbain, permettant d’entretenir de manière écologique des espaces végétalisés, de réduire les déchets organiques ou d’améliorer un compost par des apports de matières fertilisantes.

Au bassin de la Villette, ce sont les activités nautiques qui sont mises à l’honneur sur le plan d’eau : pédalo, kayak, roller-tube, aviron ou encore survol de l’eau en tyrolienne pour les plus petits… Le plancher des vaches n’est pourtant pas en reste : avec l’opération « le sport, çà me dit » un espace est mis à disposition en libre-service pour la pratique du tir à l’arc, du discgolf et du street tennis.

Quant aux joies de la baignade dans la Seine, Anne Hidalgo elle-même affirme : « Je ne me baignerais pas dans la Seine aujourd’hui (même si) la qualité de l’eau s’est déjà améliorée ».

Mais la Mairie de Paris voit dans les Jeux Olympiques de 2024, un atout écologique d’envergure. « Je souhaite vraiment que l’impact économique des Jeux permette de rendre l’eau de la Seine apte à la baignade » précisait ainsi Anne Hidalgo sur BFMTV.

En attendant, les plus mordus pourront encore se rendre à la piscine Joséphine Baker, site de baignade le plus proche de la Seine sur le quai François Mauriac dans le 13ème.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ