Paris : sans-papiers, il porte secours à une vieille dame pendant un incendie et se voit proposer un emploi

Par Séraphin Parmentier
25 juin 2020
Mis à jour: 25 juin 2020

Quelques jours après que l’entreprise de nettoyage pour laquelle il travaillait sous un faux nom lui a annoncé qu’elle ne renouvellerait pas son contrat, un bailleur social parisien lui a proposé un CDD de six mois.

Le jeudi 11 juin, Djalega Léon Gnahore, un demandeur d’asile ivoirien de 31 ans arrivé en France en décembre 2018 pour trouver « une meilleur vie », a alerté les habitants d’un immeuble du boulevard Brune d’un incendie avant de porter secours à une dame âgée du 2e étage.

Employé d’une société d’entretien et de nettoyage, le trentenaire travaille dans l’immeuble en question depuis près d’un an. Le jour des faits, il sortait les poubelles lorsqu’il a aperçu des fumées s’échappant du 2e étage.

« J’ai commencé à frapper aux portes du rez-de-chaussée et à crier pour réveiller tout le monde. Et je suis monté au 2e étage, car je sais qu’il y a une dame très âgée. Elle est sourde et ne voit plus très bien », avait expliqué Djalega Léon Gnahore aux journalistes du Parisien le lendemain du sinistre.

« Elle avait le feu sur sa tête ! J’ai retiré mon tee-shirt pour éteindre les flammes dans ses cheveux et je l’ai portée pour sortir en catastrophe. Je ne voyais pas grand-chose avec la fumée », ajoutait le trentenaire.

Quelques jours après l’incendie, l’entreprise qui l’employait sous un faux nom lui a annoncé qu’elle ne renouvellerait pas son contrat de travail, faute de papiers d’identité en règle.

La mairie de Paris soutient sa demande de régularisation

Le 24 juin, Djalega Léon Gnahore a toutefois signé un CDD de six mois à la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP).

« Il nous a fallu quelques jours, compte tenu de sa situation administrative compliquée, pour réaliser un contrat de travail. Mais nous nous étions engagés à faire ce qu’il fallait pour l’aider. Ce qu’a fait Djalega est extraordinaire : de nombreuses familles ont tout perdu dans cet incendie qui aurait pu être un véritable drame. Il n’était pas question de l’abandonner », affirme Serge Contat, le directeur général de la RIVP, dans les colonnes du quotidien régional.

Toujours dans l’attente d’une éventuelle régularisation, le ressortissant ivoirien doit commencer à travailler pour le bailleur social le 8 juillet en tant qu’employé d’un immeuble de la Porte d’Orléans.

« Il n’y a pas de nouvelle plus bonne que celle-là », confie l’ancien vendeur de téléphones à Abidjan.

« Je vais travailler avec mon vrai nom. Je suis très content. Merci à tous ceux qui m’ont soutenu, ça fait chaud au cœur », ajoute-t-il.

« Il aurait été invraisemblable qu’il se retrouve sur le carreau après son acte de bravoure. Ce CDD, c’est le mieux que l’on puisse faire pour le moment. Mais nous avons la volonté de lui faire suivre une formation pour qu’il devienne gardien d’immeuble », assure Ian Brossat, porte-parole du Parti communiste français (PCF) et adjoint à la mairie de Paris en charge du logement, de l’habitat durable et de l’hébergement d’urgence.

L’adjoint d’Anne Hidalgo précise que des démarches ont également été engagées auprès de la préfecture afin de soutenir la demande de régularisation de Djalega Léon Gnahore.

« On ne le laissera pas tomber, nous ferons tout pour qu’il ait un emploi fixe », conclut le porte-parole du PCF.

 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ