Le Parlement britannique déclare à l’unanimité que le régime chinois commet un génocide au Xinjiang

Par Lily Zhou
24 avril 2021
Mis à jour: 24 avril 2021

Le 22 avril, le Parlement britannique a adopté à l’unanimité une motion non contraignante déclarant que les musulmans ouïghours et les autres minorités ethniques et religieuses de la région chinoise du Xinjiang sont victimes de crimes contre l’humanité et d’un génocide, et a demandé au gouvernement britannique d’utiliser le droit international pour y mettre fin.

Le Parlement britannique devient ainsi la troisième assemblée législative au monde – après le Canada et les Pays-Bas – à approuver des motions qualifiant de « génocide » le traitement des musulmans ouïghours au Xinjiang.

En janvier, le gouvernement américain a également déclaré que le régime chinois avait commis un « génocide » et des « crimes contre l’humanité » à l’encontre des musulmans ouïghours au Xinjiang. Le 15 avril, la Chambre des représentants des États-Unis a présenté une résolution bipartisane condamnant le génocide perpétré par le Parti communiste chinois contre les Ouïghours et d’autres minorités ethniques.

Les membres du Parlement ont cité des preuves, notamment des témoignages, concernant les camps de détention, la surveillance de masse, les viols, la stérilisation forcée et les prélèvements d’organes, et ont déclaré qu’« il est temps » que le Royaume-Uni agisse.

La motion appelle le gouvernement britannique à « agir pour remplir ses obligations en vertu de la Convention pour la prévention et la répression des génocides et à utiliser tous les instruments pertinents du droit international pour y mettre fin ».

Garnett Genuis, membre canadien de l’Alliance interparlementaire sur la Chine (IPAC), a qualifié la motion d’étape importante.

« Le vote d’aujourd’hui est un nouveau jalon sur le long chemin de la justice pour le peuple ouïghour. Un par un, les parlements démocratiques du monde entier commencent à reconnaître que la souffrance des Ouïghours n’est rien de moins qu’un génocide », a déclaré M. Genuis sur Twitter, cité par l’IPAC.

Benedict Rogers, cofondateur de la Commission des droits de l’homme du Parti conservateur, a qualifié ce jour de « vraiment historique ».

Nusrat Ghani, le législateur britannique qui a proposé la motion, est l’un des 5 députés britanniques qui ont été sanctionnés par le régime chinois pour avoir parlé ouvertement des violations des droits de l’homme commises à l’encontre du peuple ouïghour au Xinjiang.

Au cours du débat, le député Sir Charles Walker a déclaré que tous les membres du Parlement doivent prendre position.

« Lorsqu’un gouvernement national sanctionne un membre du Parlement, ce gouvernement sanctionne en fait tous les membres du Parlement, et il nous incombe à tous, aux 650 membres du Parlement, de ne faire qu’un en ce moment », a déclaré Walker aux députés.

Nusrat Ghani a répondu en disant qu’elle croyait que les sanctions imposées par Pékin « sanctionnent cette maison et lui demandent d’arrêter de soulever les violations des droits de l’homme au Xinjiang », et « le fait que nous soyons ici aujourd’hui et que nous ayons ce débat montre que les sanctions n’ont tout simplement pas abouti ».

Le même jour, le Parlement lituanien s’est également réuni pour entendre les preuves des violations des droits de l’homme commises au Xinjiang.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ