Pas de chimio, pas de cancer : un essai élimine tous les signes de tumeurs mammaires en 11 jours seulement

4 février 2019 Mis à jour: 8 juin 2019

Le cancer du sein tue malgré les progrès incroyables en sciences médicales réalisés au cours des dernières décennies. Environ. 1 Américaine sur 8 développera des cellules cancéreuses du sein au cours de sa vie.

Il est impératif de trouver un remède et, dans ce but, la recherche se poursuit. Lors de la Conférence européenne sur le cancer du sein qui s’est tenue à Amsterdam, les scientifiques ont présenté deux médicaments étonnants en soulignant que ce traitement peut éradiquer certains types de cancer du sein en seulement 11 jours, éliminant ainsi le besoin de chimiothérapie.

(Illustration – Shutterstock | Teguh Mujiono)

La chimiothérapie, bien qu’il s’agisse d’un exploit étonnant de l’ingénierie médico-scientifique, est connue pour ses effets secondaires inconfortables et parfois débilitants. Les femmes qui suivent une chimiothérapie pour le traitement du cancer du sein peuvent perdre leurs cheveux, souffrir d’une fatigue extrême et même perdre leurs fonctions cognitives.

Les cancers peuvent également réapparaître après de longs et douloureux mois de chimiothérapie.

Le nouvel essai, qui suscite l’espoir dans l’ensemble de la communauté médicale, est axé sur deux médicaments : Herceptin et Lapatinib. Les médicaments, pris en tandem, ciblent une protéine connue sous le nom de HER2 qui joue un rôle déterminant dans la stimulation de la croissance de certaines cellules cancéreuses.

Diapositive illustrant l’identification positive de HER2 dans les membranes cellulaires. (Illustration – Shutterstock | David Litman)

Tel que documenté par la BBC, l’essai du médicament s’est déroulé comme suit : 257 femmes atteintes d’un cancer du sein HER2-positif se sont vu prescrire le médicament à l’essai avant la chirurgie. Il est encourageant de constater que 11 % des cancers ont disparu en 14 jours et que 17 % des tumeurs cancéreuses ont diminué de façon significative.

Les responsables de l’essai ont été à la fois surpris et ravis des résultats.

257 femmes ont complété l’essai préliminaire. (Illustration – Shutterstock | Ridon)

Les cancers HER2 sont reconnus comme étant plus récurrents que les autres. Une extrapolation de ces résultats pourrait donc changer des vies. Selon Samia al Qadhi, directrice générale de l’organisme britannique de lutte contre le cancer Breast Cancer Care, qui a son siège social au Royaume-Uni, il y a vraiment un « potentiel de changer la donne ».

S’adressant à la BBC, la baronne Delyth Morgan, directrice générale de Breast Cancer Now, a déclaré : « Une réponse aussi rapide au traitement pourrait bientôt donner aux médecins la capacité sans précédent d’identifier les femmes qui répondent si bien qu’elles n’auraient pas besoin d’une chimiothérapie épuisante. »

Le potentiel de changer la donne, en effet.

Illustration – Shutterstock | chainarong06

Cependant, la législation sur les essais de médicaments signifie que ce médicament devra subir des essais contrôlés et prolongés avant de pouvoir être utilisé sans chimiothérapie.

« Toutes les patientes atteintes de cancer méritent d’avoir accès à des traitements cliniquement efficaces », ajoute Samia.

Les réactions à ce nouveau duo de médicaments sont partagées entre l’excitation impatiente et les réserves des professionnels, car le cancer du sein est complexe. Ses souches sont nombreuses et ses origines pathologiques sont enchevêtrées, entrelacées et incroyablement difficiles à séparer. Différents cancers affectent les patientes de diverses façons et les taux de survie sont imprévisibles.

llustration – Shutterstock | Sebastian Kaulitzki

Cependant, la présentation de la « cure de 11 jours » donne un énorme coup de pouce à l’industrie médicale et aux patientes atteintes de cancer.

Si les essais continuent à donner de bons résultats, nous pourrions être à la recherche d’une solution longtemps attendue à l’une des énigmes les plus complexes de la médecine moderne.

Avez-vous déjà été atteinte d’un cancer ? Partagez cette histoire en solidarité avec toutes celles qui ont été touchées par cette maladie dévastatrice. Espérons que le succès de cet essai clinique se poursuivra !

Version originale

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le avec vos amis et laissez-nous vos commentaires.

Prier active les mêmes zones du cerveau que celles activées par les centres du plaisir

RECOMMANDÉ