Pas de fraude électorale en 2020 – En sommes-nous sûrs ?

Par Diane Dimond
15 décembre 2020
Mis à jour: 15 décembre 2020

Pouvons-nous mettre de côté la politique pendant une minute et discuter des dernières élections américaines ? Il ne s’agit pas de savoir qui a gagné la présidence mais de parler du processus électoral lui-même. Ce fut un gâchis inextricable.

Tout d’abord, ne nous contentons pas d’avaler l’idée que l’élection de 2020 « a été la plus sûre de l’histoire des États-Unis ». C’est la conclusion des responsables du gouvernement et de l’industrie qui sont en charge de la sécurité des élections. Vous attendez-vous à ce qu’ils disent qu’ils ont échoué dans leur mission ? J’en doute fortement. Et leur déclaration grandiose est arrivée neuf jours seulement après le jour du scrutin. Beaucoup d’informations suspectes ont fait surface depuis lors.

Des citoyens ont présenté des centaines de déclarations sous serment alléguant toutes sortes de soupçons concernant des fraudes lors du dépouillement des votes, l’anti-datage, le transport des bulletins de vote, et des irrégularités au niveau des machines à voter utilisées dans plusieurs États. Ces déclarations ont été présentées par des citoyens qui ont juré sous peine de parjure et qui pourraient être emprisonnés en cas de mensonge.

Il serait facile de balayer toutes ces plaintes en affirmant qu’elles proviennent de supporters du Parti républicain, mais c’est trop facile. Cela nous amène également à la conclusion que tout le monde – des observateurs des sondages aux postiers – ment pour participer à une grande conspiration. Le problème avec les conspirations complexes est qu’elles finissent par s’effondrer parce que quelqu’un s’est manifesté et a dit la vérité.

Après toutes les plaintes que nous avons entendues à propos des élections de 2020, ne voudriez-vous pas connaître les faits ? Les plaintes déposées par les citoyens pour fraude contre notre système démocratique le plus sacré ne devraient-elles pas être prises au sérieux et faire l’objet d’une enquête approfondie ? Si elles s’avèrent fausses, les menteurs pourront être poursuivis, et la vérité sur l’élection sera enregistrée.

Le mépris systématique que les médias traditionnels manifestent à l’égard de la fraude électorale est presque aussi troublant que toutes ces accusations de malversations. Ils pourraient tout aussi bien faire la une des journaux en disant : « Taisez-vous. Éloignez-vous. L’élection était parfaite. » Nous savons depuis les élections de 1960 opposant John Fitzgerald Kennedy à Richard Nixon que les résultats des élections peuvent être manipulées de manière frauduleuse.

Pourquoi les grands médias se jettent sur toutes sortes de ragots et d’accusations politiques, mais pas sur cela ? Lorsque le résultat de notre devoir civique le plus important est remis en question, la plupart des médias se contentent de prendre la voie de la paresse et de proclamer : « Il n’y a rien à voir ici. Retournez à vos besognes. »

Ne devrions-nous pas nous soucier du fait que certains États ont pu modifier illégalement les règles relatives aux bulletins de vote par correspondance et aux bulletins de vote par procuration pour se protéger de la menace que représente la pandémie ? Ces changements ont provoqué des fraudes et violé les constitutions des États.

Les neuf États qui ont envoyé massivement des bulletins de vote à toutes les personnes inscrites sur leurs listes électorales ne devraient-ils pas reconsidérer cette procédure ? On ne s’est pas demandé si ces électeurs pouvaient être décédés, avoir déménagé ou avoir été condamnés pour un crime, ce qui les aurait rendus inéligibles au vote. Tous ces bulletins non réclamés qui flottaient dans l’éther sont devenus des proies faciles pour les personnes peu scrupuleuses qui voulaient faire pencher la balance du côté des résultats.

Ces différentes allégations ont fait l’objet d’une multitude de procès au niveau fédéral et au niveau des États. Au moment où j’écris ces lignes, certaines sont en instance devant la Cour suprême des États-Unis. Beaucoup de ces procès ont déjà été rejetés, mais cela ne signifie pas que les autres procès ne seront pas recevables. Il faut rester vigilant jusqu’à ce que tous les litiges passent devant les tribunaux.

Beaucoup le déploreront en disant qu’il n’y a pas beaucoup de votes illégaux et sûrement pas assez pour changer le résultat de l’élection. Si cela est très probablement vrai pour la course à la présidence de 2020, cela n’a rien à voir ici.

Notre processus électoral devrait être irréprochable. Tout système électoral qui comprend plus de 160 millions de participants connaîtra des problèmes de sécurité. Nous devons le reconnaître. Tout citoyen qui souhaite des élections libres et équitables devrait s’alarmer de l’état de décomposition de notre processus électoral actuel. Tout le monde devrait souhaiter l’améliorer avant les prochaines élections.

Diane Dimond est auteur et journaliste d’investigation. Son dernier livre s’intitule Thinking Outside the Crime and Justice Box (sortir des sentiers battus de la criminalité et de la justice).

Élections américaines – La Chine finance la surveillance sur Facebook

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Faire un don à Epoch Times

Soutenez le journalisme honnête

RECOMMANDÉ