Pass sanitaire : enquête ouverte sur les menaces de mort contre des députés

Par Epoch Times avec AFP
20 juillet 2021
Mis à jour: 21 juillet 2021

Le parquet de Paris a annoncé le 20 juillet avoir ouvert une enquête pour « menaces de mort à l’encontre de personnes investies d’un mandat public », reçues depuis une semaine par des députés soutenant les mesures vaccinales du gouvernement et la mise en place du pass sanitaire.

Le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand avait annoncé jeudi avoir signalé au parquet ces tentatives d’intimidation de parlementaires, dont certains ont eux-mêmes déposé une plainte, a précisé le parquet. Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

« Le président de l’Assemblée nationale constate que plusieurs députés ont fait l’objet de menaces de mort en raison de leur soutien à la stratégie vaccinale présentée » le 12 juillet par le président Emmanuel Macron pour lutter contre un regain de l’épidémie de Covid-19, avait-il indiqué jeudi dans un communiqué.

« À partir de maintenant c’est de vraies balles que vous allez prendre »

Le député de La République En Marche (LREM) de l’Hérault Patrick Vignal a affirmé avoir été l’objet de menaces par mail dans lequel une personne se présentant comme « militaire » indique vouloir le prendre pour « cible ».

« Moi-même armé, je n’hésiterais pas à faire ce que tout bon défenseur de la Nation doit faire pour mettre un terme à ces lois, car nous n’aurions pas d’autres solutions si cela continue », écrit l’auteur anonyme du message qui affirme avoir constitué une « liste sur beaucoup de députés » et brandit la menace de « mettre à prix » la tête d’Emmanuel Macron et de plusieurs ministres.

Plusieurs autres députés LREM, notamment Patricia Mirallès (Hérault), Alexandre Freschi (Lot-et-Garonne) et Jean-Marc Zulesi (Bouches-du-Rhône) ont publié sur les réseaux sociaux certains messages reçus.

Le ministre réclamait de « renforcer la surveillance aux abords des permanences des parlementaires ainsi que de leur domicile le cas échéant » ou encore de prendre contact avec les parlementaires et élus pour « leur rappeler les démarches à suivre en cas d’incident ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ