Passe sanitaire: chute drastique de la fréquentation des salles de sport et augmentation des résiliations

Par Emmanuelle Bourdy
26 juillet 2021
Mis à jour: 26 juillet 2021

Depuis que le passe sanitaire a été mis en place à l’entrée des salles de sport ce mercredi 21 juillet, la fréquentation a chuté de manière drastique. La situation a créé de nombreuses tensions supplémentaires, et les gérants des salles sont exposés d’une part à la colère des adhérents, mais également à la résiliation de leurs abonnements.

Non seulement le secteur du sport a dû faire face à une très longue fermeture (huit mois consécutifs) en raison des mesures strictes du gouvernement face à la pandémie, mais la réouverture, qui est effective depuis le 9 juin dernier, est mise à mal depuis ce 21 juillet. En effet, le passe sanitaire y est obligatoire si la capacité de la salle de sport est supérieure à 50 personnes, selon un décret publié au Journal officiel. Ce dernier précise par ailleurs que cette jauge est déterminée « en fonction du nombre de personnes dont l’accueil est prévu par l’exploitant de l’établissement ou du lieu ou par l’organisateur de l’événement ».

Une chute importante de la fréquentation

On ne peut pas dire que tous les abonnés des salles de sport aient accueilli la nouvelle à bras ouverts, loin de là. La mise en place du passe sanitaire a des répercussions désastreuses sur ce milieu. Depuis mercredi, de nombreux clients sont mécontents et le font savoir.

Si certains ne veulent pas se faire vacciner, d’autres en revanche n’ont reçu pour l’instant qu’une seule injection et leur passe sanitaire n’est donc pas à jour. Au Fitness Park d’Aubière (Puy-de-Dôme), le responsable David Bory se désole de cette « chute importante de clientèle », car 50 % de ses abonnés n’ont pas encore reçu les deux injections de vaccin, ainsi que le relate LCI. « Ça a engendré beaucoup de tensions », déplore-t-il. De nombreux autres gérants de salle de sport ont aussi constaté une chute impressionnante de leurs clients depuis ce mercredi.

Une vague d’annulations et de demandes de remboursements

L’Union Sport et Cycle, première organisation professionnelle du secteur du sport et des loisirs, s’inquiète de la tournure que prennent les événements depuis le 21 juillet. « Cette mise en application s’est avéré très douloureuse, les premiers contrôles créant une grande confusion chez les pratiquants, qui expriment leur colère, leur incompréhension et qui n’hésitent pas à résilier leurs abonnements », a-t-elle déploré au micro de BFMTV.

Thierry Doll, le président du syndicat Active-FNEAPL (qui représente environ 1 700 clubs de fitness), se désole lui aussi de la situation. Il explique qu’ « au mois de juin, à la réouverture, on a constaté comme les restaurants un pic, qui s’est stabilisé. On a ensuite retrouvé à peu près les volumes de juin 2019. Mais dès l’annonce du passe sanitaire, ça a chuté », ainsi que le relate LCI. « On a reçu énormément de demandes de résiliation, les gens ne veulent pas attendre le passe sanitaire », a-t-il ajouté. « Le monde rural est plus touché que les villes », a-t-il encore précisé.

Le président du syndicat Active-FNEAPL explique en outre que « face aux demandes de remboursement, on essaie de trouver un accord à l’amiable avec les clients, mais ce n’est pas toujours facile ». Certaines salles de sport proposent par exemple une suspension d’abonnement, en attendant que le passe sanitaire de leurs clients soit à jour.

Les conséquences financières sont « brutales et immédiates », ainsi que le souligne encore l’Union Sport et Cycle. Cette dernière demande d’ores et déjà « des solutions et le maintien des aides économiques », tellement le secteur est mis à mal, ainsi que l’indique BFMTV.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ