Les passeports vaccinaux Covid-19 seront imposés au Royaume-Uni ce mois-ci, selon le ministre

Par Jack Phillips
10 septembre 2021
Mis à jour: 10 septembre 2021

Le gouvernement britannique poursuivra son projet d’imposer des passeports vaccinaux Covid-19 dans les boîtes de nuit et les grandes salles, a confirmé le 5 septembre le ministère responsable de la vaccination du pays.

Alors que le ministre britannique responsable de la vaccination, Nadhim Zahawi, avait précédemment déclaré que le pays n’imposerait pas de passeports vaccinaux, il a indiqué dans une interview accordée à la BBC que le gouvernement chercherait à imposer le système d’ici la fin du mois de septembre. Le gouvernement pourrait fermer des entreprises si les passeports ne sont pas imposés pour certains lieux, a-t-il ajouté.

« Lorsque les preuves qui vous sont présentées sont si claires et que nous voulons nous assurer que l’industrie n’a pas à passer par une stratégie de type ‘ouvre-ferme, ouvre-ferme’, alors la bonne chose à faire est d’introduire ce système [de passeport vaccinal] d’ici la fin du mois de septembre, lorsque tous les jeunes de plus de 18 ans auront reçu leurs deux vaccins », a déclaré M. Zahawi à la BBC. « Une chose que nous avons apprise, c’est que dans les grands rassemblements de personnes, en particulier à l’intérieur, le virus a tendance à faire un pic et à se propager. »

En janvier, M. Zahawi a écrit sur Twitter que le gouvernement britannique n’a « aucun projet d’introduire des passeports vaccinaux » et a ensuite déclaré que de tels passeports seraient discriminatoires. Lorsqu’on lui a demandé sur Twitter en janvier : « Pouvons-nous vous en tenir rigueur ? » M. Zahawi a répondu : « Oui, vous le pouvez. »

En ce qui concerne la vaccination, le Royaume-Uni procède « par consentement. Nous ne savons pas encore quel est l’impact des vaccins sur la transmission, et ce serait discriminatoire », a-t-il déclaré en février lors d’une interview à la BBC.

Au cours des deux derniers mois, les passeports vaccinaux ont attiré un nombre important de manifestants en France. Le 4 septembre, de nombreux manifestants ont défilé à Paris et dans d’autres villes françaises contre le système de passeport du pays, approuvé en juillet par le Parlement.

Certaines villes américaines, dont New York, la Nouvelle-Orléans et San Francisco, ont rendu obligatoire le passeport vaccinal pour les restaurants, les théâtres, les salles de sport et autres lieux similaires. Dans le même temps, certains États dirigés par des républicains ont adopté des lois interdisant l’utilisation des passeports vaccinaux dans certains contextes, arguant que de tels systèmes sont inutilement draconiens et qu’ils créeraient une société à deux vitesses entre les personnes vaccinées et celles qui ne le sont pas.

Dans un long article, l’organisation à but non lucratif Electronic Freedom Foundation a récemment décrit un certain nombre de « faux pas » commis par divers gouvernements et entités privées lors du déploiement des passeports vaccinaux.

Le groupe a déclaré que de nombreux gouvernements ont pris « le mauvais chemin » et a averti que « cela pourrait empirer », ajoutant que « l’imposition de tels systèmes au monde entier empêchera des centaines de millions de personnes d’obtenir des visas ou même de voyager ».

« Ces nouveaux systèmes fondés sur la confiance, s’ils sont mis en œuvre d’une manière qui disqualifie automatiquement les personnes qui ont reçu de véritables vaccins, auront des effets désastreux pour les années à venir. Cela crée un monde où certaines personnes peuvent se déplacer facilement, et ceux qui ont déjà eu du mal à obtenir des visas auront un autre mur à franchir », a déclaré le groupe.

« Les vaccins devraient être un outil permettant de rouvrir des portes. Les passeports vaccinaux numériques, tels que nous les avons vus déployés jusqu’à présent, sont bien plus susceptibles d’en fermer. »

Jack Phillips est un journaliste du journal Epoch Times établi à New York.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ