Patrimoine religieux : des citoyens enthousiastes pour soutenir des « petites Notre-Dame » en régions

15 juillet 2019
Mis à jour: 15 juillet 2019

Alors que les dons se sont multipliés pour restaurer Notre-Dame de Paris, qu’en est-il de nos nombreuses églises qui, en France, sont dans l’attente d’être rénovées ? Leur nombre est important et les interventions nécessaires sont plus ou moins conséquentes.

Il semblerait pourtant que la situation n’est pas des plus catastrophiques car notre patrimoine religieux n’est pas délaissé pour autant, ainsi que le révèle Le Pèlerin.

En effet, c’est le cas de l’église Saint-Martin d’Arc-sur-Tille (Côte-d’Or) qui, malgré le projet de sa démolition (qui devait être effectif en 2005), retrouve petit à petit une seconde vie. Grâce à André Fanjaud, président de l’association Une église pour Arc-sur-Tille (UEPA) activement engagé dans cette lutte, l’église n’a pas subi le sort qui lui était réservé ainsi que le révèle le magazine. Depuis cette date fatidique de 2005, des gouttières neuves ont été posées et le toit du clocher rénové. Malgré tout, de nombreux travaux restent encore en suspend.

L’église d’Arc-sur-Tille est ainsi devenue «un symbole et un modèle de toutes ces églises de petites communes, mal entretenues depuis des décennies et dont le destin dépend de la volonté de la communauté», explique Benoit de Sagazan, le rédacteur en chef de Patrimoine-en-blog, média en ligne de référence sur le patrimoine religieux.

Le maire d’Arc-sur-Tille, Patrick Morelière, est très fier de son combat pour conserver son patrimoine. « Des maires et des associations m’appellent pour me demander conseil », se félicite-t-il.

Mais pour parvenir à un tel succès, la tâche est rude et demande de nombreuses actions telles que créer une association de sauvegarde du patrimoine, faire signer des pétitions, sensibiliser la population par le biais des médias, informer les grandes associations de défense du patrimoine, sans oublier les actions à mener en justice pour stopper des procédures de déconstruction ou autres, ainsi que l’explique Benoit de Sagazan qui précise toutefois qu’aujourd’hui «on ne démolit quasiment plus d’églises en France, tant c’est impopulaire. Et, contrairement aux rumeurs, il n’y a pas 5 000 mais environ 500 édifices religieux qui menacent ruine, littéralement. Bien sûr, des centaines d’autres ont aussi besoin de restaurations, mais moins urgentes.»

Suite à l’explosion des dons en faveur de Notre-Dame, beaucoup de régions et départements ont débloqués des fonds, au détriment de nombreuses communes qui avaient demandé des subventions pour rénover leurs églises ou leurs cathédrales.

Afin que ces nombreuses communes ne soient pas lésées, Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France veut augmenter «le budget patrimoine de la région d’un million d’euros par an» et la Fondation du Patrimoine a lancé un fonds d’urgence pour les sites en péril.

Guy Sallavuard, directeur des relations institutionnelles à la Fondation précise : « Nous avions atteint 218 millions d’euros de dons privés pour Notre-Dame. Il nous a semblé qu’il était temps de proposer aux donateurs qui ont pris conscience de l’importance du patrimoine avec l’incendie du 15 avril, de soutenir des « petites Notre-Dame », en régions. Après tout, c’est notre vocation première que d’aider le patrimoine oublié. »

Les évêques et les collectivités se penchent aussi sur la question. Benoît de Sagazan a évoqué des solutions : «Pourquoi ne pas envisager, à côté d’opérations culturelles comme la Nuit des églises, des usages “sociaux” , telles des animations caritatives ou des réunions citoyennes, du moment qu’elles restent dignes des lieux ?». Tout cela dans le but de soutenir les actions de restauration de notre patrimoine religieux si précieux aux yeux des citoyens.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ