La Patrouille de France survole les hôpitaux pour rendre hommage aux soignants

Par Nathalie Dieul
18 juillet 2020
Mis à jour: 19 juillet 2020

De l’Île-de-France au Grand Est, puis à la région de la Provence-Alpes-Côte d’Azur en passant par la Bourgogne Franche-Comté : c’est la tournée que vient de réaliser la Patrouille de France en survolant les hôpitaux de ces régions parmi les plus impactées par la crise sanitaire.

C’est à 200 mètres d’altitude que les huit alphajets ont survolé les grands hôpitaux. « 200 mètres, c’est la hauteur minimale, pour être au plus près des soignants », explique à France 3 le lieutenant colonel Renaud Quirin.

Après leur participation au défilé du 14 juillet à Paris, les pilotes de la Patrouille de France ont commencé leur tournée en survolant six hôpitaux de la région parisienne entre 16 h 05 et 16 h 28 le 15 juillet. Ils ont commencé par passer au-dessus de l’hôpital Bichat avant de survoler l’hôpital Avicennes, puis le HIA Bégin, le CH Sud Francilien, le CH de Versailles et finalement le CH de Pontoise.

La deuxième journée du passage symbolique des avions de la Patrouille de France a été divisée en deux étapes. Tout d’abord, la Bourgogne-Franche-Comté entre 11 h 42 et 12 h 26, avec les hôpitaux de Troyes, Chaumont, Dijon, Besançon et finalement l’hôpital Nord-Franche-Comté.

Puis, un peu plus tard, c’est au tour de sept hôpitaux du Grand Est, durement touchés par la pandémie, d’avoir l’honneur d’être survolés par les avions de la Patrouille de France. Il s’agit des hôpitaux de Mulhouse, Colmar, Strasbourg, le CH de Haguenau, le CH de Sarreguemines, l’hôpital de Forbach et le CH d’Épinal.

Une autre tournée des hôpitaux du Grand Est a été effectuée le 17 juillet au matin. Les avions ont survolé les centres hospitaliers Châlons en Champagne, Reims, Nord Ardennes, Verdun, Metz et Nancy.

Puis, cap sur le sud où a eu lieu le dernier vol de cette tournée spéciale en hommage aux soignants en après-midi : les hôpitaux de Nice, Toulon, Sainte-Marguerite, l’hôpital Nord, Conception et la Timone ont été survolés.

« C’est particulier : survoler un hopital et le trouver en quelques secondes pour passer au bon endroit n’est pas forcément simple », précise le lieutenant colonel. « Le survol demande beaucoup de travail sur carte et avec nos logiciels de préparation de mission, afin de trouver le meilleur axe en fonction et de façon à ce que les personnels soignants puissent nous voir. »

« Pour nous c’est beaucoup d’émotion, car c’est une grosse tournée. On a des retours de soignants reconnaissants, c’est une belle mission », se réjouit le directeur des équipes de présentation de l’armée de l’air.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ