Le PCC menace les parents âgés d’un avocat qui défend les droits des croyants

Par Hong Ning
12 mai 2021
Mis à jour: 12 mai 2021

Un avocat chinois affirme que sa famille a été menacée et intimidée par des responsables du Parti communiste chinois (PCC) parce qu’il offre une représentation juridique aux pratiquants du Falun Gong persécutés en Chine.

L’avocat Lu Tingge a fait part de ces manœuvres d’intimidation sur Twitter le 6 mai, après avoir rendu visite à ses parents, tous deux septuagénaires, pendant les vacances de mai (Fête du travail).

Selon Me Lu, les fonctionnaires ont refusé de s’identifier ou de dire où ils travaillaient – ils ont seulement révélé qu’ils étaient des fonctionnaires « de haut niveau » – lorsqu’ils ont rendu visite aux parents âgés de l’avocat pour leur dire que leur famille aurait des problèmes si Me Lu continuait à défendre les pratiquants de Falun Gong devant les tribunaux.

Les hommes ont été « amenés dans la maison » par le secrétaire du Parti du village, Wang Xishuang, a déclaré Me Lu.

Deux jours plus tard, le 26 avril à midi, Wang Xishuang a de nouveau envoyé un autre fonctionnaire chez eux, disant aux parents de Me Lu que ses efforts pour défendre les pratiquants de Falun Gong revenaient à aller à l’encontre du régime chinois et ne se termineraient pas bien. Selon le fonctionnaire, en prenant en charge des cas de Falun Gong, Me Lu les mettait en danger des questions vitales, telles que l’éligibilité des membres de sa famille à aller à l’école ou à chercher un emploi.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une ancienne pratique spirituelle issue de la tradition bouddhique, qui consiste en des exercices de méditation lente et des enseignements moraux intégrant les principes d’Authenticité, de Bienveillance et de Tolérance. Selon les estimations officielles des années 1990, le nombre de pratiquants se situait entre 70 et 100 millions en Chine à la fin de la décennie.

Menacé par l’immense popularité de cette pratique, le PCC a lancé une campagne systématique d’éradication du Falun Gong en juillet 1999. Au cours des 22 dernières années, des millions de personnes ont été détenues dans des prisons, des camps de travail et des centres de rééducation, et des centaines de milliers d’entre elles ont déclaré avoir été torturées pendant leur incarcération, selon le Centre d’information sur le Falun Dafa.

Me Lu a dit à Epoch Times qu’il était illégal et contraire à l’éthique que les autorités harcèlent et intimident ses parents, mais il a ajouté qu’elles le faisaient délibérément pour provoquer la peur et les disputes au sein de sa famille.

« L’autre chose est qu’ils sont évidemment conscients que ce qu’ils ont fait était illégal, donc ils n’ont pas osé le faire ouvertement », a expliqué Me Lu. « Ils sont venus chez moi sans s’identifier, et ce qu’ils ont fait était non seulement contraire à la loi, mais aussi honteux. »

Concernant les menaces des autorités locales, Me Lu a confié : « J’ai agi au nom de mes clients en toute légalité. Ils ne peuvent pas m’arrêter comme ça. »

Me Lu, un avocat basé à Shijiazhuang, la capitale de la province du Hebei, avait déjà subi des représailles à plusieurs reprises en raison du grand nombre de pratiquants de Falun Gong qu’il a représentés au fil des ans – tout comme sa famille.

En 2017, Me Lu a été battu jusqu’au coma par la police alors qu’il représentait des pratiquants de Falun Gong dans le comté de Huili, dans la province du Sichuan. Son ordinateur de bureau et son téléphone portable ont également été saisis. Il a cherché à obtenir justice par des moyens judiciaires pendant des années, en vain. Le harcèlement a commencé après que Me Lu a déposé un rapport contre des fonctionnaires du Bureau judiciaire pour interférence illégale avec son droit de pratiquer le droit, et pour harcèlement de ses parents.

Deux ans plus tard, en 2019, les autorités ont fait disparaître Me Lu pendant plusieurs jours après qu’il a lancé une pétition visant à améliorer le système législatif quelques jours avant le début des deux sessions plénières annuelles de l’organe législatif de Pékin, l’Assemblée populaire nationale, et de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC). La pétition s’intitulait Suggestion d’amendements constitutionnels.

L’année dernière, Me Lu a refusé d’être contraint par la police à renoncer à représenter 12 Hongkongais détenus par les autorités chinoises pour avoir prétendument tenté de s’enfuir à Taïwan afin de demander l’asile politique.

Les autorités auraient illégalement assigné à comparaître et détenu Me Lu à plusieurs reprises pour ses publications en ligne. En réponse, Me Lu a intenté une action en justice contre les responsables du bureau judiciaire de Shijiazhuang et du ministère de la Justice de la province de Hebei.

Me Lu a déclaré qu’il continuerait à utiliser les procédures judiciaires et autres moyens légaux pour défendre ses droits. « Je dois être prêt à défendre mes droits, sinon, ils m’arrêteront et me détiendront à volonté », a-t-il déclaré.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ