Le PDG de Twitter : bannir Trump constitue un dangereux précédent et renforce la division

Par Ivan Pentchoukov
15 janvier 2021
Mis à jour: 15 janvier 2021

Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, a déclaré le 13 janvier que la décision de la société de banir le président américain Donald Trump était source de division et créait un dangereux précédent.

« Le fait de devoir prendre ces mesures fragmente la conversation publique. Elles nous divisent. Cela limite le potentiel de clarification des faits, de rédemption et d’apprentissage. Et cela crée un précédent que j’estime dangereux : le pouvoir qu’un individu ou une entreprise a sur une partie de la communication publique mondiale », a écrit M. Dorsey sur Twitter.

M. Dorsey n’avait pas publié de déclaration depuis la suspension du compte de Trump le 8 janvier, laquelle a rompu une voie de communication directe entre le commandant en chef américain et quelque 88 millions de ses partisans.

Twitter a banni définitivement Trump de sa plateforme le 8 janvier, deux jours après qu’une foule s’est introduite au Capitole américain, lors d’une session conjointe du Congrès convoquée pour certifier les résultats de l’élection présidentielle de 2020. La société a allégué que Trump avait incité à la violence.

Cette décision a été critiquée par les dirigeants mondiaux, dont le président français et le chancelier allemand. Trump a accusé Twitter d’être de connivence avec les démocrates. Facebook et YouTube ont également supprimé les comptes de Trump.

« Je ne me réjouis pas et je ne suis pas fier que nous ayons dû bannir [Trump] de Twitter, ni de la façon dont nous en sommes arrivés là. Après un avertissement clair, nous avons pris une décision en nous basant sur les meilleures informations dont nous disposions concernant les menaces à la sécurité physique à la fois sur et en dehors de Twitter. Est-ce que c’était correct ? » a écrit M. Dorsey sur Twitter.

« Je crois que c’était la bonne décision pour Twitter. Nous avons été confrontés à une circonstance extraordinaire et intenable, qui nous a obligés à concentrer toutes nos actions sur la sécurité publique. Le préjudice hors ligne résultant de la parole en ligne est manifestement réel, et c’est ce qui motive avant tout notre politique et son application. »

M. Dorsey a noté que la possibilité pour les gens de créer des alternatives à Twitter a permis de contrecarrer son pouvoir de réduire ses utilisateurs au silence, mais a concédé que ce n’est plus le cas, étant donné la fermeture de l’application de médias sociaux Parler. Apple, Google et Amazon ont mis Parler hors plateforme et l’ont forcé à se désactiver.

« Je ne crois pas que cela ait été coordonné. Il est plus probable que les entreprises soient arrivées à leurs propres conclusions ou aient été encouragées par les actions des autres », a écrit M. Dorsey. « En ce moment, cela pourrait entraîner cette dynamique, mais à long terme, elle sera destructrice pour le noble objectif et les idéaux de l’internet libre et ouvert. Une entreprise qui prend la décision d’affaires de se modérer elle-même est différente d’un gouvernement qui supprime un accès, mais cela crée à peu près la même chose. »

M. Dorsey a terminé sa publication en faisant la promotion de la cryptographie des bitcoins et en faisant allusion au mondialisme.

« Tout ce que nous apprenons en ce moment va soutenir nos efforts et nous pousser à être ce que nous sommes : une seule humanité travaillant ensemble », a écrit le PDG.

Focus sur la Chine – Un produit pour bébé provoque des malformations

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ