Pêche: les 27 endossent l’accord avec Londres pour les prises en 2021

Par Epoch Times avec AFP
11 juin 2021
Mis à jour: 11 juin 2021

Les Vingt-Sept ont approuvé vendredi l’accord trouvé entre l’UE et le Royaume-Uni sur les captures par leurs navires de pêche dans les stocks de poissons gérés conjointement pour 2021.

Ce texte fixe le total admissible des captures (TAC) pour 75 stocks de poissons partagés pour l’année en cours, ainsi que pour certains stocks d’eau profonde pour 2021 et 2022, et il clarifie les limites d’accès pour les espèces hors quotas.

Les chiffres par espèce n’étaient pas disponibles dans l’immédiat. L’accord permettra également aux deux parties de procéder à des échanges de quotas.

-Un camion passe devant le Parlement avec un message qui dit « Brexit carnage ! » dans une action de protestation des pêcheurs écossais, à Londres le 18 janvier 2021. Photo de Tolga Akmen / AFP via Getty Images.

Il avait été finalisé le 2 juin lors d’un appel téléphonique entre le commissaire européen à la Pêche Virginijus Sinkevičius et le secrétaire d’État britannique à l’Environnement George Eustice, mais devait encore être endossé par les Etats de l’UE.

Les eaux britanniques pèsent 650 millions d’euros chaque année

« C’est une étape cruciale (…) qui apporte de la clarté et de la stabilité aux pêcheurs, tout en garantissant la durabilité des ressources marines », a assuré le ministre portugais de la Mer, Ricardo Serreo Santos, dont le pays occupe la présidence tournante de l’UE.

Mercredi, à l’issue d’une réunion des ministres européens de la Pêche, il avait insisté sur le fait que cet accord, arraché après cinq mois de pourparlers tendus, « constituait un excellent précédent pour les futures négociations avec Londres » sur les droits de pêche.

-Un marin-pêcheur du chalutier le « Anthineas », durant une journée de pêche à la coquille Saint-Jacques dans la baie de Saint-Brieuc. Photo Marcel Mochet /AFP/Getty Images.

La pêche a été le point le plus dur de la négociation de l’accord commercial post Brexit conclu fin décembre entre l’UE et le Royaume-Uni. Les prises des pêcheurs de l’UE dans les eaux britanniques pèsent 650 millions d’euros chaque année.

Le compromis trouvé est source de tensions: les flottes européennes devront renoncer à 25% de leurs captures dans les eaux britanniques à l’issue d’une période de transition courant jusqu’en juin 2026.

Des licences pour pêcher dans les eaux britanniques

Mais les quotas de capture précis de 2021 pour les stocks partagés n’avaient pas été définis.

En dépit d’intenses négociations, aucun accord n’avait été conclu au 31 mars, qui marquait la fin de quotas temporaires adoptés mi-décembre. L’UE avoir alors fixé unilatéralement des quotas provisoires courant jusqu’à fin juillet, pour ne pas paralyser l’activité de ses pêcheurs.

-Les représentants de la pêche française appellent à l’urgence de la situation concernant les restrictions mises en place dans les eaux de Jersey à l’égard des navires de pêche français. Photo de Siegfried Modola/Getty Images.

Cet accord sur les prises pour 2021 ne concerne pas les autres points de tension de l’accord post-Brexit -en particulier l’obligation pour les pêcheurs européens d’obtenir de Londres des licences pour pêcher dans les eaux britanniques.

Pour obtenir leur licence, les navires français doivent ainsi prouver qu’ils pêchaient déjà dans la zone sur la période de référence 2012-2016, ce qui peut s’avérer compliqué pour les bateaux les plus petits, pas forcément équipés de systèmes d’enregistrement et de géolocalisation.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ