Un pêcheur en haute mer ramène un rare et effrayant « poisson-fantôme » pêché à 800 mètres de profondeur

Par Epoch Times
11 octobre 2020
Mis à jour: 11 octobre 2020

Garry Goodyear a vu plusieurs espèces étranges en pêchant en haute mer, mais rien de tel. Le pêcheur canadien dit avoir été déconcerté par la créature étrange qu’il a hissée à bord avec son filet.

Garry Goodyear avait passé la journée à pêcher le turbot dans le nord de la baie de Bonavista, au large des côtes de la province de Terre-Neuve, au Canada, lorsque l’équipage a remonté le filet d’environ 800 mètres de profondeur.

Mais en voyant la prise, Garry Goodyear a été effrayé par l’étrange poisson d’un mètre de long dans son filet.

Il a déclaré à la CBC : « J’ai dit : ‘Bon Dieu ! Mais qu’est-ce que c’était que ça ? […] Je n’ai jamais rien vu de tel auparavant !' »

L’énorme poisson ressemblait à un poisson à ventouse, avec des nageoires en forme d’ailes et un nez rappelant la tête d’un calmar. Il regardait les pêcheurs avec d’énormes yeux verts fluorescents.

(Avec l’aimable autorisation de Garry Goodyear)
(Avec l’aimable autorisation de Garry Goodyear)

« Je pensé qu’il s’agissait d’un ornithorynque parce qu’il avait un gros museau », a déclaré M. Goodyear. « On aurait dit qu’il avait des ailes, et son nez semblait fait en caoutchouc. Je suppose que c’était du cartilage. »

L’équipage ne savait que faire de cette prise singulière. Déconcertés, ils l’ont remontée à bord et l’ont trouvée morte.

« Je l’ai apportée au quai de déchargement de l’usine de poissons, et personne ne savait ce que c’était – je n’avais jamais vu [quelque chose comme cela] auparavant », a-t-il dit.

Garry Goodyear a donc pris quelques photos et les a publiées sur Facebook.

Il a écrit : « Voici un poisson bizarre que nous avons pêché des profondeurs lors de notre voyage de pêche au turbot. » « Quelqu’un sait-il ce que c’est ? »

Les internautes étaient également déconcertés, suggérant un requin gobelin ou d’un poisson volant adulte. Un internaute a même plaisanté en soulevant la possibilité d’une créature de Tchernobyl.

(Avec l’aimable autorisation de Garry Goodyear)

Cependant, le spécimen a rapidement été identifié comme une chimère à long nez (Rhinochimaeridae), un poisson rare et venimeux, vivant en eaux profondes, et qui est également connu sous le nom de « poisson-fantôme ». Le nom grec « chimaera » fait allusion à un monstre grec mythique – une comparaison assez juste compte tenu de son apparence sinistre.

« Nous ne savions pas que sa colonne vertébrale contenait du venin », a déclaré Garry Goodyear. « Pour nous, il s’agissait simplement d’un poisson comme les autres […] et nous le manipulions à mains nues ! »

En moyenne, la chimère à long nez vit à 2 600 mètres sous la surface de l’eau, mais on peut aussi la trouver entre 200 et 1 000 mètres de profondeur.

L’espèce est cousine des requins et des raies, et comme ces derniers, son squelette n’est pas fait d’os. Le corps du poisson est tenu par du cartilage, comme l’avait deviné Garry.

(Avec l’aimable autorisation de Garry Goodyear)

Selon Carolyn Miri, biologiste marine au ministère des Pêches et des Océans de la région de Terre-Neuve et du Labrador, il est rare de rencontrer ce spécimen, et plus encore dans cette région.

« Il est rarement vu par les habitants de Terre-Neuve et du Labrador », a-t-elle déclaré. « Puisque ces poissons vivent en eaux profondes […] nous en savons peu sur leur biologie, leur histoire et leur comportement. »

Voilà une prise dont Garry Goodyear se souviendra toujours. Cependant, il affirme en avoir vu suffisamment pour le moment.

« Pour vous dire la vérité, je ne tiens pas à en voir beaucoup plus ! » dit-il.

FOCUS SUR LA CHINE – Arrestation de la mère de la virologue Yan Limeng en Chine

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ