Une peine d’emprisonnement de 19 ans pour meurtre pour une mère qui a «perdu la tête» alors que son fils ne voulait pas manger de hot-dogs

Par Simon Veazey
7 octobre 2019
Mis à jour: 7 octobre 2019

La mère du Kansas qui a « perdu la tête » quand son fils de 2 ans n’a pas mangé son hot-dog a été condamnée à 19 ans de prison pour meurtre.

Elizabeth Woolheater a été condamnée le 4 octobre, a rapporté la chaîne KWCH, trois mois après que son petit ami Lucas Diel a été condamné à 49 ans de prison pour la mort de son fils, Tony Bunn, au printemps dernier.

Elizabeth Woolheater a été condamnée à 19 ans et 5 mois après avoir plaidé coupable de meurtre au deuxième degré et de deux chefs d’accusation de violence envers des enfants.

Elle a dit à la police qu’elle avait « perdu la tête » lorsque l’enfant a refusé d’avaler des morceaux de hot-dog chez eux, à Wichita, au Kansas. Selon un affidavit, elle l’a giflé au visage pendant que Lucas Diel tenait la nourriture dans la bouche du garçon, d’après The Wichita Eagle.

Elle a dit qu’elle avait alors quitté la pièce et qu’elle pouvait entendre Lucas Diel frapper le garçon à plusieurs reprises, avant de revenir le retrouver avec un visage saignant et gonflé, une coupure à la lèvre et une dent avant cassée.

Lucas Diel a dit à la police que Tony avait été blessé en tombant du lit.

Lucas Diel. (Comté de Sedgwick)

La chaîne de télévision KWCH a rapporté que les policiers de Wichita ont trouvé l’enfant inconscient, avec des blessures à la tête et au visage. Il ne respirait plus lorsque les équipes d’urgence sont arrivées et l’ont emmené dans un hôpital local, où il est décédé le 6 mai, deux jours plus tard.

Selon la station de télévision KAKE, l’autopsie a révélé des blessures qui indiquaient une série de sévices, notamment une fracture du nez, du bras et des côtes, et des contusions au visage, au dos, au ventre et aux fesses.

Elizabeth Woolheater. (Comté de Sedgwick)

Sept mois avant sa mort, selon The Wichita Eagle, ses mauvais traitements avaient été signalés à l’agence de protection de l’enfance du Kansas.

Mme Woolheater a d’abord été accusée de meurtre au premier degré, mais elle a plaidé coupable de meurtre au deuxième degré dans le cadre d’une entente relative au plaidoyer qui recommandait qu’on lui inflige les peines maximales prévues par les accusations – ce qui a été fait.

Lors de la détermination de la peine, le juge lui a dit : « Ni la primauté du droit ni la collectivité ne tolèrent ce genre de tort fait […] à nos enfants. »

« Tony était sous votre responsabilité. Et votre travail était de l’élever et de le protéger », a déclaré le juge, selon The Wichita Eagle. « Vous l’avez laissé tomber de la pire façon qui soit. »

Les membres de la famille Woolheater ont dit à la cour qu’ils espéraient qu’elle obtiendrait de l’aide en prison.

« Si il était là, je pense que la seule question qu’il vous poserait serait : ‘Pourquoi ?’ », dit Nancy Woolheater, la mère de Woolheater. « ‘Pourquoi, Maman ? Pourquoi ne m’as-tu pas protégé ? Pourquoi ne m’aimais-tu pas assez ? Je t’aimais.’ »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ