Pékin a besoin de progrès dans les négociations commerciales avec les États-Unis pour ses propres raisons politiques, soulignent les analystes

Par Epoch Times
1 juillet 2019 Mis à jour: 13 juillet 2019

Les négociations commerciales entre la Chine et les États-Unis ont repris entre les dirigeants des deux pays à la suite de la récente rencontre à Osaka, au Japon.

Donald Trump a accepté de ne pas imposer de droits de douane sur 325 milliards de dollars supplémentaires de produits fabriqués en Chine, tandis que les deux parties reprendront les négociations.

« Essentiellement, nous avons convenu aujourd’hui de poursuivre les négociations que j’ai terminées il y a quelque temps », a déclaré Trump lors d’une conférence de presse tenue le 29 juin à la suite de sa rencontre avec Xi Jinping en marge du sommet du G-20 à Osaka.

Wu Qiang, ancien professeur de sciences politiques à la prestigieuse université chinoise de Tsinghua, a expliqué dans une interview accordée à Radio Free Asia (RFA) pourquoi une telle trêve était très importante pour Xi Jinping : c’était une solution acceptable pour les faucons et les colombes de la politique commerciale au sein du Parti communiste chinois (PCC).

« C’était une réussite diplomatique acceptable. Xi a réussi à obtenir des résultats limités cette fois-ci mais, en vérité, c’était bien urgent pour lui de parvenir à un accord », a précisé Wu Qiang.

Il a souligné que Xi Jinping était sous pression politique urgente pour obtenir des résultats avant la prochaine réunion politique connue sous le nom de Quatrième session plénière du 19e Comité central, qui se tient habituellement à l’automne.

C’est une réunion qui assemble les hauts responsables du Comité central du PCC, un groupe d’élite du Parti qui se compose de 205 membres et 171 membres suppléants. En règle générale, sept sessions plénières sont tenues au cours des cinq années du mandat des membres du Comité central.

La Deuxième session plénière s’est tenue en janvier 2018, suivie de la Troisième un mois plus tard.

Certains pensaient que la Quatrième session plénière se tiendrait en octobre de l’année dernière, mais elle n’a pas eu lieu. Depuis lors, on a beaucoup spéculé sur les raisons pour lesquelles cette réunion avait été repoussée, et de nombreux experts ont soutenu qu’il s’agissait de divisions au sein du Parti.

« Tout revers dans les relations sino-américaines ou impasse persistante dans les négociations commerciales seraient un sérieux défi pour le statut politique de Xi », a soutenu Wu Qiang.

He Jiangbing, économiste chinois et commentateur des médias sociaux, a également déclaré dans une interview à RFA qu’il ne prévoyait pas que le cessez-le-feu dans la guerre commerciale sino-américaine serait permanent. Si les négociations commerciales ne se déroulent pas bien à l’avenir, Trump imposera probablement les tarifs douaniers qu’il avait menacé d’imposer sur 325 milliards de dollars supplémentaires d’importations chinoises.

Feng Chongyi, professeur agrégé d’études chinoises à l’Université de technologie de Sydney, a expliqué dans une interview donnée à Epoch Times qu’il est nécessaire pour Pékin de conclure un accord commercial.

« Aujourd’hui, l’économie chinoise ne va pas bien. L’augmentation des tarifs douaniers américains signifierait que plus d’entreprises quitteraient [la Chine], ce qui entraînerait un nouveau fléchissement de l’économie et une hausse du taux de chômage », a-t-il précisé.

Préoccupé par le fait que la dure réalité économique pourrait conduire à l’instabilité sociale, Pékin accepterait certaines demandes américaines dans les négociations commerciales afin de sauvegarder le pouvoir du Parti, a poursuivi Feng Chongyi.

Il a ajouté que Pékin a probablement l’intention de faire traîner les négociations commerciales jusqu’à ce que l’on sache si Donald Trump sera réélu aux élections présidentielles américaines de 2020.

RECOMMANDÉ