Pékin a profité de la pandémie pour interférer avec les élections américaines, selon un expert

Par Jan Jekielek et Cathy He
13 novembre 2020
Mis à jour: 13 novembre 2020

Le régime chinois a profité de la propagation mondiale du virus du PCC (virus du Parti communiste chinois) pour déstabiliser les États-Unis – et finalement influencer l’élection présidentielle – selon Robert Spalding, auteur du livre Stealth War : How China Took Over While America’s Elite Slept.

« Nous sommes en 2020, au milieu d’une guerre populaire menée par le Parti communiste chinois dans le monde entier avec pour objectif principal d’anéantir le libéralisme », a déclaré Spalding, un général de brigade de l’armée de l’air américaine à la retraite, à Epoch Times le 10 novembre, dans l’émission « American Thought Leaders » (maîtres à penser américains) du journal.

Début janvier, le régime s’est retrouvé « dos au mur » après avoir signé la première phase de l’accord commercial entre les États-Unis et la Chine qui l’aurait obligée à modifier son économie. Cela, à son tour, aurait entraîné une hausse du chômage au niveau national, a déclaré M. Spalding.

Mais lorsque l’épidémie de Wuhan a éclaté, le Parti communiste chinois a réalisé qu’il pouvait « se servir de cette crise et la transformer en une opportunité », a-t-il dit, notant que le mot chinois pour « crise » se compose des caractères pour « danger » et « opportunité ».

Le régime a donc permis la propagation mondiale du virus en autorisant les voyages aériens internationaux tout en interdisant les voyages intérieurs, a déclaré M. Spalding. Il a également accumulé et thésaurisé des fournitures médicales provenant du monde entier, provoquant une pénurie mondiale.

Le régime chinois a ensuite mené une campagne d’information à plusieurs volets pour dissimuler son rôle dans la pandémie, tout en clamant haut et fort sa bonne gestion « efficace » de l’épidémie. Par exemple, il a fait pression sur l’Organisation mondiale de la santé pour qu’elle minimise le risque de transmission interhumaine dans les premiers stades ; il a mené des campagnes de désinformation en prétendant que le virus provenait des États-Unis et de l’Europe ; et il a déployé des campagnes dans les médias sociaux pour encourager des mesures de confinement similaires à celles prises en Chine, tout en accusant les États-Unis et d’autres pays de ne pas faire du bon travail dans la gestion de la pandémie – un discours qui a pris de l’ampleur aux États-Unis avant les élections.

« Donc, si l’on additionne tous ces éléments, les actions du Parti communiste chinois ont délibérément eu un impact sur les élections américaines », a déclaré M. Spalding.

L’impact des actions du PCC a été évident dans le recours massif au vote par correspondance, en raison de la pandémie, a-t-il ajouté.

M. Spalding a noté que certaines « appareils numériques qui sont utilisés pour le vote ont soit un logiciel, soit du matériel qui vient de Chine, voire même les deux ».

« De nombreuses études ont parlé des problèmes soulevés par les bulletins de vote par correspondance et les appareils numériques, en particulier ceux qui ont des composants provenant de Chine », a-t-il dit.

Motivations

Le régime chinois « veut un avenir dans lequel le monde est dominé par des régimes autoritaires », a-t-il déclaré. Pour y parvenir, la direction du Parti a réalisé il y a plusieurs décennies qu’elle devait « se coupler aux États-Unis » pour acquérir le commerce, les talents et, surtout, les capitaux nécessaires à la croissance de son économie.

« Alors, qu’a-t-il fait ? Il a conclu un accord avec les États-Unis, qui l’a conduit à entrer dans l’Organisation mondiale du commerce en 2001, ce qui a entraîné la destruction de la classe ouvrière en Amérique », a déclaré M. Spalding.

« Ce que le Parti communiste chinois veut réaliser en Amérique, c’est essentiellement cette idée d’un partenariat entre les entreprises américaines et les deux partis politiques, qui permet aux riches de faire des profits et qui supprime les intérêts de la classe ouvrière. »

L’administration Trump, dans le cadre de la stratégie de sécurité nationale de 2017, a pris position contre les actions du PCC. « Elle s’est d’abord appliquée à comprendre ce qui s’était passé et ensuite, elle a commencé à régler le problème », a analysé M. Spalding.

En janvier 2020, le leader chinois Xi Jinping a saisi l’opportunité de la pandémie pour répondre aux défis posés par l’administration Trump.

« Pourquoi avons-nous eu un nombre massif de scrutins postaux ? À cause du coronavirus. Pourquoi avons-nous le coronavirus ? À cause du Parti communiste chinois. Pourquoi ont-ils pu [commettre cette faute] ? Parce que nous les avons fait entrer à l’OMC, parce que nous les accueillons dans la communauté des nations. Tout est lié. »

Organisation secrète

M. Spalding a déclaré que la plupart des journalistes, et même les services de renseignement, tâtonnent à partager la même mise en garde concernant le PCC, « parce que ce qu’ils recherchent est un produit de notre propre réalité – c’est une trace écrite […] des preuves qui montrent l’implication directe d’un méchant dans un événement précis. »

« Mais ce qu’on apprend en regardant des films comme ceux sur la mafia et Al Capone, c’est que ces organisations — et  particulièrement le Parti communiste — sont parmi les plus secrètes au monde. Elles ne laissent pas de traces écrites de ce qu’elles font », a-t-il déclaré.

« Le seul moment où vous découvrez ce qui se passe en coulisse, c’est quand vous avez une grave crise, une grave crise dans le pays. »

Par exemple, en 2013, lorsque Xi est arrivé au pouvoir au milieu d’intenses luttes intestines entre factions, un communiqué interne du Parti « Document n° 9 » a fait l’objet d’une fuite. L’année dernière, alors que le régime faisait face à une pression croissante de la part de l’administration Trump, les « documents du Xinjiang Papers » documentant la détention massive de musulmans ouïghours par le PCC ont été diffusés aux médias.

NOUVEL HORIZON – Une campagne de test Covid intensive s’est déroulée à Liverpool

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ