Pékin a transformé le système « un pays, deux systèmes » de Hong Kong en une dictature à parti unique, avertit un expert

Par Jessica Mao
19 juin 2021
Mis à jour: 21 juin 2021

Le 12 juin, date du deuxième anniversaire du mouvement en faveur du projet de loi d’amendement de la loi anti-extradition de Hong Kong, le plus haut responsable de Pékin a souligné le pouvoir de gouvernement du Parti communiste chinois (PCC) à Hong Kong.

Selon les analystes, le PCC a complètement trahi sa promesse de laisser Hong Kong inchangé pendant 50 ans, le PCC transformant l’accord « un pays, deux systèmes » en une dictature à parti unique.

Les autorités chinoises ont organisé un forum sur le thème « un pays, deux systèmes » le 12 juin. Luo Huining, directeur du bureau de liaison du gouvernement populaire central à Hong Kong, a souligné que, du point de vue de Pékin, la gouvernance du PCC est la première mise en œuvre de l’accord « un pays, deux systèmes », et que quiconque s’oppose à la règle du parti unique est « l’ennemi de Hong Kong qui cherche à saper la stabilité et la prospérité de Hong Kong ».

Pékin a érodé l’autonomie de Hong Kong en introduisant une série de nouvelles lois, telles que les lois sur la sécurité nationale et le projet de loi sur l’extradition, afin de faciliter la punition des dissidents et des manifestants à Hong Kong.

Le 13 février 2019, le gouvernement de Hong Kong a proposé un projet de loi sur l’extradition, le Fugitive Offenders and Mutual Legal Assistance in Criminal Matters Legislation (Amendment) Bill 2019, qui permettrait aux suspects criminels d’être extradés vers la Chine continentale pour y être jugés.

Le gouvernement ayant ignoré nombre de leurs appels à maintenir l’indépendance de la société hongkongaise vis-à-vis du régime de Pékin, des millions de résidents de Hong Kong sont descendus dans la rue le 12 juin 2019 pour protester contre le projet de loi. Ils ont été accueillis par une répression policière.

Un an plus tard, Pékin a imposé sa loi de sécurité nationale à la ville le 20 juin 2020. La loi sur la sécurité nationale de Hong Kong stipule que toute personne qui « viole » cette loi en tout lieu dans le monde peut être extradée vers la Chine continentale lorsqu’elle visite ou revient à Hong Kong.

Ji Da, spécialiste de la Chine basé aux États-Unis, a déclaré à Epoch Times que les responsables du PCC à Hong Kong ont choisi de marquer le deuxième anniversaire du mouvement anti-extradition de Hong Kong pour laisser entendre que le gouvernement considère les manifestations contre l’extradition comme une action anti-PCC.

« Le titre officiel de Luo Huining équivaut à celui de chef du Parti de Hong Kong. Cette fois, il a ouvertement déclaré qu’un slogan utilisé par certains Hongkongais, ‘Mettre fin à la dictature du parti unique’, violait la loi fondamentale. Cela signifie que toute action anti-CCP à Hong Kong constitue une violation de la loi », a déclaré Ji.

Selon l’agence de presse Xinhua, porte-parole du PCC, le forum a été organisé conjointement par le Bureau central de liaison de Hong Kong, l’Agence de sécurité nationale de Hong Kong, le Bureau du commissaire spécial du ministère chinois des Affaires étrangères à Hong Kong et la garnison de Hong Kong.

Parmi les personnes présentes figuraient Tung Chee-hwa et Liang Zhenying, vice-présidents du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), et Carrie Lam, chef de l’exécutif de Hong Kong.

Selon Ji, la réunion a montré que les participants sont en fait l’équipe de gouvernance du PCC à Hong Kong.

« Carrie Lam est en fait le maire de Hong Kong, et le directeur du bureau de liaison est le chef du parti de Hong Kong. La garnison de Hong Kong est l’équivalent du commissaire politique. L’Agence de sécurité nationale est similaire au Comité politique et juridique » du PCC. Ensemble, ils ont fait une apparition très remarquée à ce forum.

« Il est évident que le PCC veut remplacer le Conseil législatif de Hong Kong et le Conseil exécutif par cette équipe », a ajouté Ji.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ