Pékin adopte une nouvelle loi, et un district met en place des mesures de quarantaine strictes pour contenir le virus

Par Nicole Hao
27 avril 2020
Mis à jour: 27 avril 2020

Les autorités municipales de Pékin ont promulgué une nouvelle loi obligeant les habitants à porter des masques de protection en cas de diagnostic de « maladies respiratoires infectieuses » et obligeant également les gens à se couvrir le nez et la bouche lorsqu’ils toussent.

Bien que le gouvernement de la ville n’ait pas précisé que la loi ait été promulguée pour contenir le virus du PCC, les nouvelles réglementations arrivent quelques jours seulement après que les autorités ont annoncé publiquement que le district de Chaoyang à Pékin était désigné comme la seule région du pays présentant un « risque élevé » d’épidémie du virus du PCC*.

Epoch Times a également obtenu des documents officiels internes de la ville de Chaoyang, montrant que les autorités ont mis en place des mesures de quarantaine strictes, afin d’empêcher le virus de se propager davantage.

Des témoignages des citoyens chinois et des documents internes divulgués à Epoch Times ont montré que les autorités locales en Chine sous-estiment régulièrement les données relatives au virus.

Depuis que le virus a fait son apparition dans la ville centrale de Wuhan, Pékin n’a signalé que peu d’infections.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Entre le 16 et le 26 avril, Pékin n’a annoncé aucune nouvelle infection, mais les habitants ont déclaré à Epoch Times qu’ils ne croyaient pas aux chiffres du gouvernement.

La nouvelle loi

Les représentants du corps législatif de Pékin ont promulgué le 24 avril une nouvelle loi « pour promouvoir un comportement civilisé », qui entrera en vigueur le 1er juin.

En vertu de cette nouvelle loi, les habitants de la ville doivent également respecter les dispositions du gouvernement en matière de quarantaine et de tests s’ils contractent une maladie infectieuse ; personne n’est autorisé à manger dans le métro ; et lorsqu’ils mangent dans un restaurant, les gens ne doivent pas partager leurs ustensiles.

Une femme portant un masque facial et un écran facial design au milieu des inquiétudes suscitées par le virus du PCC se promène dans une rue de Pékin, en Chine, le 20 avril 2020. (NICOLAS ASFOURI/AFP via Getty Images)

En Chine, les gens portent généralement des masques en hiver pour se tenir au chaud. En général, les gens n’ont pas l’habitude de porter un masque lorsqu’ils ont le rhume ou la grippe. En outre, les gens partagent généralement la vaisselle lorsqu’ils mangent à l’extérieur. Ils utilisent généralement leurs baguettes pour choisir la nourriture dans les plats partagés, ce qui peut entraîner le partage de germes.

La loi stipule également que les personnes ne peuvent pas répandre de « rumeurs » ou exposer les informations d’autrui en ligne.

Le gouvernement a déclaré que ces règles avaient été édictées pour prévenir une épidémie.

L’épidémie

Après l’annonce par Pékin d’un foyer d’infection dans une famille dont quatre membres ont été diagnostiqués le 15 avril, le district de Chaoyang a été désigné comme « région à haut risque ».

Cependant, les villes où le nombre d’infections est le plus élevé, comme les districts des villes de Harbin et de Suifenhe dans le nord de la province de Heilongjiang, ainsi que les villes de Guangzhou et de Jieyang dans le sud de la province de Guangdong, ont été classées comme « régions à risque moyen ».

Mme Chen, une résidente du district de Chaoyang, a déclaré dans une interview : « Toutes les résidences autour de moi vérifient les téléphones des gens [pour scanner leur code de santé et leur adresse] à l’entrée. Seules les personnes qui vivent à l’intérieur peuvent entrer », a-t-elle déclaré le 22 avril à la version chinoise d’Epoch Times. Elle pense que la situation est plus grave que ce que le régime de Pékin a laissé entendre.

Un autre résident de Chaoyang, M. Zhang, a déclaré : « Les quartiers autour de Dongdaqiao, de la rue Wuji, de Gaojiayuan et de l’hôpital de Chaoyang sont des endroits à haut risque dans le district de Chaoyang. Les autorités locales nous ont dit d’éviter d’aller dans ces endroits […] Alors, nous savons tous ce que cela signifie. » Il a supposé que les quartiers susmentionnés pouvaient déjà être touchés par des épidémies.

Entre-temps, la commission municipale de l’éducation de Pékin a annoncé le 23 avril que les élèves de terminale devaient retourner à l’école le 27 avril. Avant la fin du mois de janvier, toutes les écoles de Pékin avaient été fermées pour le Nouvel An lunaire. Depuis lors, aucune école n’a rouvert ses portes.

Li Yi, porte-parole de la Commission, a déclaré lors d’une conférence de presse qu’il y avait 51 226 lycéens à Pékin. 1 247 élèves de terminale n’ont pas pu retourner à l’école à temps ; plus de 800 d’entre eux étaient en quarantaine à cause du virus du PCC, tandis que plus de 300 étudiants étaient hors de la ville et ne pouvaient pas retourner à Pékin en raison des politiques locales de quarantaine.

Le personnel médical recherche des personnes ayant été en contact étroit avec des patients atteints du virus du PCC dans la ville de Suifenhe, en Chine, le 25 avril 2020. (STR/AFP via Getty Images)

Li n’a pas fait le décompte des d’étudiants qui ont été mis en quarantaine parce qu’ils rentraient à Pékin en provenance d’une autre ville, ou des étudiants ont été mis en quarantaine parce qu’ils étaient infectés ou de ceux qui étaient en contacts avec des proches diagnostiqués positifs.

Les personnes qui arrivent d’autres régions de Chine que Wuhan sont priées de s’isoler chez elles.

Le 20 avril, un internaute a mis en ligne une vidéo montrant un couple et leur enfant contraints de quitter leur domicile dans le district de Chaoyang pour aller dans un centre de quarantaine.

Documents ayant fait l’objet d’une fuite

Epoch Times a obtenu une série de documents internes des autorités du district de Chaoyang, montrant que celles-ci sont soucieuses d’empêcher la propagation du virus.

Un document daté du 19 avril indiquait le nombre de personnes mises en quarantaine dans les 43 quartiers.

Ce document énumère les personnes qui doivent être isolées dans les centres de quarantaine pendant 21 jours : celles qui sont entrées à Pékin en provenance d’un autre pays (type A), celles qui sont arrivées de Wuhan (type B), celles qui ont été en contact étroit avec elles (type C et D) et les patients atteints de virus qui ont été libérés des hôpitaux. Les autorités surveillent probablement ce dernier groupe pour détecter une éventuelle rechute.

Leur état de santé en quarantaine est enregistré en deux phases : dans les 14 premiers jours et dans la troisième semaine.

Le 19 avril, il y avait 3 357 personnes en quarantaine dans le district, et la majorité d’entre elles – 1 977 – étaient originaires de Wuhan.

Un document publié le 26 mars a montré que d’autres populations devaient également être isolées dans les centres de quarantaine : les personnes ayant été en contacts étroits avec des patients diagnostiqués, les personnes ayant développé une fièvre, etc.

Selon ces documents, le 19 avril, les autorités de Pékin ont également exigé que huit groupes de personnes effectuent un test d’acide nucléique, y compris les personnes qui développent de la fièvre, qui ont besoin d’un traitement hospitalier et qui ont récemment voyagé ailleurs. Les personnes doivent payer le test de leur poche.

Les autres villes

Les villes de Harbin et de Mudanjiang, dans la province de Heilongjiang, ont signalé de nouvelles infections domestiques le 26 avril. Mais les autorités n’ont donné aucun détail sur ces infections. Epoch Times avait précédemment rapporté que les autorités de Harbin disposaient de données internes bien plus élevées que les chiffres annoncés publiquement.

Les villes de Suihua et de Daqing, également dans le Heilongjiang, ont également des patients nouvellement diagnostiqués.

Shenyang est la capitale d’une autre province du nord-est, le Liaoning. Le 24 avril, une femme médecin qui travaille à l’hôpital populaire du Liaoning a été testé positive aux anticorps du virus du PCC, ce qui indique qu’elle pourrait avoir été infectée. Les autorités ont expliqué qu’elle avait contracté le virus lors d’une visite à Harbin.

Bien que les autorités aient affirmé qu’elle n’était pas contagieuse, le personnel médical local qui a parlé avec la version chinoise d’Epoch Times a déclaré que des dizaines de milliers de membres du personnel médical et de patients se sont rendus dans les hôpitaux locaux pour faire un test de diagnostic, car ils craignent d’avoir contracté le virus.

Un médecin travaillant dans un hôpital de Shenyang a déclaré à la version chinoise d’Epoch Times qu’une partie de l’hôpital populaire de Liaoning avait été fermée après que le médecin a été testé positif.

Entre-temps, le 23 avril, les médias publics chinois ont rapporté que le vice-Premier ministre chinois Sun Chunlan et une équipe d’experts médicaux se sont rendus dans la province du Yunnan pour guider les autorités locales dans la prévention et le contrôle de l’épidémie du virus du PCC.

Au début du confinement de Wuhan en janvier, Sun Chunlan travaillait à Wuhan depuis deux mois.

Bien que tous les médias aient depuis retiré les articles relatifs à sa visite au Yunnan, la nouvelle concernant un médecin spécialiste de Pékin, An Youzhong, se rendant au Yunnan avec Sun Chunlan le 21 avril n’a pas été retirée.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ