Pékin appelle à la « lutte » contre les défis du Parti, faisant allusion à Hong Kong

Par Nicole Hao
4 septembre 2019 Mis à jour: 4 septembre 2019

Le 3 septembre, le dirigeant chinois Xi Jinping a prononcé un discours devant les cadres du Parti communiste chinois (PCC), dans lequel il a averti que le Parti est confronté à des « risques focalisés » dans différents domaines, notamment l’économie, la politique, les questions de souveraineté et la diplomatie.

Le même jour, lors d’une conférence de presse, le porte-parole de Hong Kong and Macau Affairs Office (HKMAO), le plus haut organe de Pékin qui s’occupe des questions liées aux deux anciennes colonies européennes, a de nouveau critiqué les manifestants de Hong Kong, affirmant qu’ils étaient des « séparatistes » qui contestaient la souveraineté de la Chine sur ces territoires.

Xi Jinping met l’accent sur la lutte

Xi Jinping a prononcé son discours à l’École centrale du Parti à Pékin, une académie de formation de jeunes cadres du PCC.

L’agence de presse d’État Xinhua et le site officiel du gouvernement central chinois ont publié le discours de Xi Jinping, dans lequel il a déclaré que tous les cadres du Parti doivent être en mesure de lutter et de gagner la lutte contre ceux qui contestent les « buts ultimes » du PCC.

Les propos de Xi Jinping laissent entendre que le Parti admet qu’il connaît des crises sur tous les fronts : « Nous faisons face à des risques de plus en plus compliqués, même des défis houleux inimaginables… qui pourraient durer longtemps. »

Il a énuméré les différents domaines qui posent des défis à la « souveraineté » et aux « intérêts fondamentaux » de la Chine, notamment « l’économie, la politique, la culture, la société, l’environnement, la défense et l’armée, Hong Kong, Macao, Taiwan, la diplomatie et la construction du Parti » – le dernier point faisait référence aux méthodes utilisées par le Parti afin de renforcer sa présence dans la société.

Xi Jinping a demandé également aux cadres du PCC de « lutter résolument » contre les défis et les risques qui augmenteraient avec le temps.

Problème de Hong Kong

Bien que Xi Jinping n’ait pas mentionné directement les manifestations qui sont en cours à Hong Kong contre l’empiétement de Pékin sur les affaires de cette ville, lors d’une conférence de presse tenue plus tard le même jour, le porte-parole de HKMAO en a parlé directement en faisant allusion aux sujets soulevés dans le discours de Xi.

Ces manifestations de masse ont commencé à cause du projet de loi d’extradition qui permettrait au régime chinois de transférer des personnes de Hong Kong en Chine continentale et les y juger. De nombreuses personnes craignent que le projet de cette loi ne permette au régime chinois, ayant le passé marqué par de nombreuses violations des droits de l’homme et un système juridique opaque, de punir ses détracteurs en toute impunité.

Yang Guang, porte-parole de HKMAO, a fait la distinction entre les manifestants pacifiques et ce qu’il a appelé les « foules intransigeantes », classifiant les « manifestants violents » comme ceux qui sont utilisés par les « forces étrangères et les séparatistes de Hong Kong » qui veulent contrôler cette ville.

Pékin n’a cessé de répéter que les gouvernements étrangers fomentent des troubles à Hong Kong, tout en accusant les manifestants de vouloir obtenir une indépendance officielle de la Chine continentale. Jusqu’à présent, les militants pour l’indépendance n’ont eu qu’une faible présence dans les manifestations.

Yang Guang a ensuite accusé les Hongkongais de vouloir détruire le modèle « un pays, deux systèmes », le modèle qui prévoit que Hong Kong ferait partie de la Chine, même si le régime chinois avait promis à Hong Kong un haut degré d’autonomie après la rétrocession de ce territoire à la Grande-Bretagne en 1997.

Lorsque les journalistes ont posé la question à Xu Luying, un autre porte-parole de HKMAO, au sujet du soutien par Pékin du gouvernement de Hong Kong au cas où ce dernier invoquerait une loi accordant de larges pouvoirs aux responsables de la ville pendant un état d’urgence, M. Xu n’a pas répondu directement, mais il a déclaré : « Pour l’instant, la tâche la plus importante et urgente est de mettre un terme à la violence et de rétablir l’ordre. »

Il a ajouté que, quelle que soit la méthode choisie par le gouvernement de Hong Kong pour réprimer les manifestations, il serait soutenu par le gouvernement central chinois.

Lorsqu’on lui a demandé si Pékin envisageait d’envoyer des troupes à Hong Kong pour réprimer les manifestations, Xu Luying a de nouveau évité une réponse directe, mais a déclaré que les troupes chinoises représentent un élément essentiel pour protéger le modèle « un pays, deux systèmes ».

Luttes intestines au sein du PCC

Tang Jingyuan, commentateur des affaires chinoises basé aux États-Unis, a indiqué que le discours de Xi Jinping laissait entendre qu’il y avait une instabilité au sein du Parti, ce qui remettait en question son pouvoir.

« Xi a déclaré dans son discours que le premier défi concerne la direction du PCC. La direction du PCC est celle de Xi », a-t-il expliqué dans une interview accordée à Epoch Times le 3 septembre.

M. Tang a précisé que les responsables du PCC en charge de Hong Kong sont depuis longtemps associés à la faction fidèle à l’ancien dirigeant du Parti, Jiang Zemin, qui s’oppose au pouvoir de Xi Jinping.

« À mes yeux, il est évident que HKMAO veut utiliser le discours de ‘lutte’ de Xi pour menacer les Hongkongais », a-t-il poursuivi, soulignant que les commentaires du porte-parole de HKMAO mettaient l’accent sur la distinction des manifestants « pacifiques » et « violents » – les derniers méritaient une punition similaire à celles qu’on a vues lors des campagnes politiques du passé, lorsque le Parti communiste chinois délimitait différents groupes en les opposant les uns aux autres.

RECOMMANDÉ