Pékin continue de distribuer largement des fonds pour attirer les talents occidentaux, selon une fuite de documents

Par Eva Fu
13 septembre 2020
Mis à jour: 15 septembre 2020

Le régime chinois est toujours en train de cibler les meilleurs talents étrangers par le biais d’un programme de recrutement bien financé – le programme Mille Talents – qui a fait l’objet d’un examen minutieux de la part des États-Unis en raison des menaces perçues pour la sécurité nationale, selon une série de documents internes obtenus par Epoch Times.

Lancé par Pékin en 2008, le programme Mille Talents est le plus important programme de recrutement de talents géré par l’État chinois. Des centaines d’opérations similaires existent au niveau du gouvernement central et local, visant à attirer des experts chinois et étrangers prometteurs dans les domaines de la science et de la technologie afin d’alimenter sa dynamique d’innovation.

De 2007 à 2017, plus de 7 000 « professionnels haut de gamme », pour la plupart étrangers, ont participé au programme « Mille talents », dont 6 lauréats du prix Nobel, selon les reportages des médias publics chinois. Dans un contexte où les craintes de vols liés au secteur commercial se sont accrues et où une série de poursuites fédérales américaines notables ont été engagées, le programme est passé dans la clandestinité, les censeurs chinois en ayant supprimé les références en ligne.

Des documents vus par Epoch Times ont révélé qu’une dizaine de chercheurs et d’experts qui ont été nommés pour le programme sont titulaires de doctorats d’universités occidentales ou ont déjà travaillé dans des entreprises et des institutions universitaires occidentales.

Une liste, compilée fin 2019 par une agence gouvernementale de la province du Shaanxi, indiquait toutes les recrues de Mille Talents qui devaient travailler dans la ville de Xi’an, sa capitale. Le document indiquait les titres de leurs postes précédents et la date à laquelle ils commenceraient à travailler dans une entreprise locale de Xi’an, selon le contrat qu’ils avaient signé.

Ces experts, originaires des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Australie, du Danemark, d’Allemagne et du Japon, sont spécialisés dans des domaines allant de l’intelligence artificielle aux industries biomédicales, pharmaceutiques et biochimiques que Pékin a ciblées dans le cadre de ses ambitions de devenir une puissance manufacturière de haute technologie.

Un professeur de chimie de l’université de l’Illinois à Urbana-Champaign (UIUC), spécialisé dans les nanotechnologies et la biologie moléculaire, a été nommé pour le programme et a signé un contrat avec une entreprise de technologie de l’information à Xi’an en septembre 2019, indique le document.

FOCUS SUR LA CHINE – 3 typhons détruisent les cultures dans le Nord-Est, en 2 semaines

Répondant à une demande par courriel, il a déclaré à Epoch Times qu’à l’époque, il était « en phase de transition » vers son emploi actuel et avait envisagé de retourner en Chine pour prendre le poste de consultant à temps partiel dans l’entreprise de Xi’an. Il a par la suite refusé l’offre d’emploi et la nomination « précisément parce que l’UIUC et les médias d’information américains ont informé les gens que ces programmes pouvaient avoir un caractère d’espionnage » et qu’il n’a donc « jamais participé à un programme de formation de talents », a-t-il déclaré.

Daiichi Sankyo Company, une société pharmaceutique japonaise, et Oxford Cancer Biomarkers, un développeur de tests de diagnostic du cancer basé au Royaume-Uni, n’ont pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires sur leurs employés qui figuraient sur la liste.

Talents contrôlés par le Parti

Le Parti communiste chinois (PCC), qui joue un rôle central dans l’exécution du programme de recrutement, est en mesure d’« exercer un contrôle exceptionnel » sur ses membres pour s’assurer que le programme sert ses priorités, a indiqué un rapport du Sénat de 2019 (pdf).

Les membres de Mille Talents signent des contrats contraignants avec des institutions chinoises qui peuvent contenir des accords de non-divulgation, et qui peuvent les inciter à mentir lorsqu’ils postulent pour des subventions fédérales américaines, à mettre en place des « laboratoires fantômes » en Chine et à transférer la propriété intellectuelle américaine, indique le rapport.

« Le Parti est en contrôle des talents », a déclaré une stratégie de mise en œuvre de Mille Talents du Shaanxi publié en 2017, une phrase qui est apparue dans de nombreux discours et politiques du Parti au fil des ans.

Cette formulation en elle-même devrait éveiller les soupçons, a déclaré le commentateur des affaires chinoises Li Linyi. La raison pour laquelle ils ont mis l’accent sur cette phrase, a-t-il dit, est que « le PCC a besoin d’experts étrangers qui obéissent au Parti et l’aident à voler des technologies étrangères avancées ».

Des touristes marchent sur les remparts de la ville de Xi An, en Chine, le 18 décembre 2013, alors qu’un épais smog envahit la ville. (Getty Images)

Entre 2008 et 2016, la Chine a recruté environ 60 000 scientifiques, universitaires, entrepreneurs et chercheurs à l’étranger en utilisant plus de 200 programmes de recrutement de talents à l’étranger – dont Mille Talents – et au moins 600 « postes de travail de recrutement de talents«  à l’étranger, selon un rapport d’août du groupe de réflexion Australian Strategic Policy Institute, citant des statistiques officielles. Les États-Unis à eux seuls comptent 146 bureaux de recrutement de ce type, soit le nombre le plus élevé au monde.

Rémunérations lucratives

Les avantages financiers de l’adhésion à Mille Talents sont alléchants.

Les dernières informations publiques du gouvernement Shaanxi ont montré qu’en plus de leur salaire, les « meilleurs talents » et ceux qui ont été sélectionnés pour rejoindre son « équipe d’innovation » peuvent s’attendre à recevoir une aide financière pouvant atteindre 2 millions de yuans (247 000 €), avec des incitations supplémentaires pour la formation et le développement de la recherche, prévues au cas par cas.

Dans le cadre de ce programme, les recrues classées comme « jeunes talents » et « experts étrangers » reçoivent également des bourses gouvernementales allant de 300 000 à 1 million de yuans (37 050 à 124 000 €). Les experts étrangers bénéficient d’un traitement privilégié en matière de visas, de logement, de soins de santé, de transport, d’assurance et d’éducation de leurs enfants. « Les départements concernés fourniront des services très efficaces et pratiques », selon les autorités provinciales du Shaanxi.

Pour les encourager à travailler dans la zone de haute technologie de Xi’an, les autorités pourraient octroyer jusqu’à 4,5 millions de yuans (555 800 €) par personne avec des subventions de logement supplémentaires pouvant atteindre 700 000 yuans (86 500 €), ainsi que des allocations de subsistance supplémentaires.

Des touristes visitent le mur de la dynastie Ming de la ville Xian dans la province de Shaanxi, en Chine, le 16 octobre 2007. (Photos de Chine / Getty Images)

En 2018, la zone de haute technologie a formé 77 experts pour les programmes nationaux de recrutement de talents et 82 pour le programme Mille Talents au niveau de la province du Shaanxi. Selon le gouvernement, elle a recruté plus de 4 600 experts étrangers et plus de 5 400 universitaires chinois qui ont étudié à l’étranger.

Certains des experts impliqués dans le programme Mille Talents du Shaanxi ont travaillé au développement de la technologie 5G, du système chinois de navigation par satellite Beidou et de circuits intégrés photoniques à grande échelle (puces informatiques) pour concurrencer les entreprises américaines de matériel informatique telles qu’IBM et Intel, selon un document interne distinct résumant les réalisations du programme.

Actions des États-Unis

Ces derniers mois, les procureurs fédéraux ont inculpé au moins une demi-douzaine de chercheurs américains ayant des liens avec Mille Talents.

En juillet, James Patrick Lewis, un ancien professeur de l’université de Virginie-Occidentale qui a travaillé pour l’Académie chinoise des sciences, gérée par l’État, dans le cadre du programme Mille Talents, a été condamné à trois ans de prison pour fraude au programme fédéral.

Presque au même moment, un professeur de l’université de l’Arkansas, né en Malaisie en 1988, a été inculpé de 42 chefs d’accusation de fraude électronique et de 2 chefs d’accusation de fraude aux passeports, principalement liés à son refus de révéler ses liens avec la Chine et les entreprises chinoises.

Charles Lieber, ancien directeur du département de chimie et de biologie chimique de l’université de Harvard, a été inculpé en juin de 2 chefs d’accusation pour avoir fait de fausses déclarations aux autorités fédérales et de nouveau en juillet pour avoir dissimulé les revenus qu’il a reçus de Mille Talents.

Dans un discours prononcé le 7 juillet, Christopher Wray, le directeur du Bureau fédéral d’investigation, a déclaré que l’agence ouvrait une nouvelle affaire environ toutes les 10 heures pour contrer les menaces en provenance de Chine.

« Les contribuables américains paient effectivement la note pour le développement technologique de la Chine. La Chine utilise ensuite ses gains mal acquis pour saper les institutions de recherche et les entreprises américaines, ce qui freine l’avancement de notre nation et coûte des emplois américains », a-t-il déclaré lors du discours.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ