Pékin continue de tirer profit du retrait américain d’Afghanistan dans sa campagne de propagande

Par Rita Li
25 août 2021
Mis à jour: 25 août 2021

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré que le retrait des États-Unis d’Afghanistan était « une risée », lors d’une conférence de presse quotidienne le 19 août, dans le cadre de la campagne de propagande de Pékin visant à tirer parti de la crise pour attaquer les États-Unis.

Le groupe terroriste islamiste taliban a balayé l’Afghanistan et pris le contrôle de la capitale Kaboul au moment où les troupes américaines se sont retirées de l’endroit où elles étaient stationnées depuis 2001.

Bien que l’évacuation marque la fin des années de pertes américaines dans ce pays du Moyen-Orient, la décision a été vivement critiquée – et la Chine a saisi l’occasion pour faire monter la pression.

En réponse à la remarque d’un journaliste qui affirmait que « la Chine se moque des États-Unis » pendant la conférence, la porte-parole Hua a déclaré : « N’est-ce pas une risée en soi ? »

Hua a déclaré que certains médias et individus américains ont « l’habitude » de saisir toutes les occasions de déplacer le blâme, suggérant que les États-Unis ont échoué en Afghanistan.

« Quant à savoir si la politique afghane des États-Unis est un échec et si les alliés des États-Unis pensent toujours qu’elle est fiable et crédible, les gens peuvent en juger de façon éclairée », a-t-elle déclaré.

Pendant ce temps, les médias d’État et les diplomates chinois ont également travaillé sur une éventuelle amitié avec les talibans.

Le même jour, le conseiller d’État et ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi a déclaré que la communauté internationale devait respecter l’indépendance de l’Afghanistan et la volonté de son peuple, selon le communiqué du ministère des Affaires étrangères.

La Chine s’oppose systématiquement aux critiques étrangères de son propre système et rejette les pressions internationales d’autres pays comme une ingérence.

Lors d’un appel avec le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, M. Wang a déclaré que le monde devait soutenir l’Afghanistan dans sa transition vers un nouveau gouvernement.

La Chine n’a pas officiellement reconnu les talibans comme les nouveaux dirigeants. Mais M. Wang a accueilli une délégation de représentants des talibans dans la ville portuaire de Tianjin fin juillet, environ un mois avant le retrait prévu des États-Unis d’Afghanistan.

Hu Xijin, rédacteur en chef du Global Times, un média porte-parole de Pékin, a écrit le 15 août sur Twitter : « Peu importe qui est au pouvoir, nous sommes prêts à être l’ami de l’Afghanistan. »

Rita Li est journaliste pour Epoch Times et se concentre sur les sujets liés à la Chine. Elle a commencé à écrire pour l’édition en langue chinoise en 2018.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ