Pékin exige que des millions de personnes reçoivent le vaccin contre le Covid-19 fabriqué en Chine alors que les essais sont encore en cours

Par Nicole Hao
24 décembre 2020
Mis à jour: 24 décembre 2020

Le régime chinois a récemment imposé que 50 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 soient administrées aux personnes désignées comme à haut risque d’ici le 15 février 2021, alors même que les sociétés pharmaceutiques n’ont pas encore terminé les tests et que les vaccins doivent encore être approuvés par les autorités de réglementation.

Dans l’intervalle, Fosun Pharmaceutical a annoncé qu’elle avait commandé 100 millions de doses du vaccin contre le Covid-19 développé par la société pharmaceutique allemande BioNTech, qui arriveront en Chine en 2021. BioNTech s’est associé à Pfizer pour fournir des vaccins pour les marchés américain et européen, qui ont été approuvés par leurs régulateurs respectifs, mais le vaccin développé pour le marché chinois est encore en phase II d’essai.

Selon les autorités sanitaires chinoises, 5 vaccins différents contre le Covid-19 sont en cours de développement.

Actuellement, tous les 5 sont encore en phase III d’essai. Cet essai clinique est mené sur un grand groupe de personnes pour voir si le médicament est efficace ou s’il a des effets secondaires.

Deux d’entre eux sont développés en collaboration avec des instituts de recherche publics chinois, l’Académie des sciences médicales militaires et l’Académie des sciences chinoise.

Les autorités chinoises ont également averti récemment que les vaccins fabriqués en Chine pouvaient provoquer des effets secondaires, tels que des maux de tête, de la fièvre, des vomissements et de la diarrhée.

Les médias ont rapporté que des centaines de travailleurs chinois à l’étranger ont été infectés par le Covid-19 même après avoir reçu des vaccins fabriqués en Chine.

Des techniciens réalisant des tests Covid-19 dans un laboratoire à Tianjin, en Chine, le 23 novembre 2020. (STR/CNS/AFP via Getty Images)

50 millions de vaccinations

Le Conseil d’État chinois, sorte de cabinet, a annoncé lors d’une conférence de presse le 19 décembre qu’il prendrait des dispositions pour que les « groupes à haut risque » reçoivent le vaccin contre le Covid-19.

Il s’agit des personnes qui travaillent dans la logistique des aliments surgelés, du personnel des douanes, du personnel médical et de contrôle des maladies, des travailleurs des marchés agricoles et des marchés de fruits de mer, et des travailleurs des transports publics.

Zeng Yixin, directeur adjoint de la Commission nationale chinoise de la santé, a précisé que la vente des vaccins n’a pas encore été autorisée sur le marché. Il a déclaré que les personnes âgées et les personnes dont l’état de santé les expose à un risque de complications liées au Covid-19 recevront les vaccins après leur approbation réglementaire.

Les médias chinois ont rapporté que le gouvernement central avait prévu 50 millions de vaccinations, 25 millions de personnes recevant la première dose avant le 15 janvier 2021, puis la seconde avant le 15 février 2021.

Un ancien expert en vaccins du programme d’immunisation du Centre de contrôle et de prévention des maladies de Shanghai, Tao Lina, a déclaré au Health Times, un journal d’État, qu’il estimait que les autorités de réglementation pourraient approuver le premier vaccin contre le Covid-19 d’ici avril 2021.

Par ailleurs, le récent commentaire d’un expert de la santé a suscité la colère des internautes. Zhang Wenhong, directeur du département des maladies infectieuses de l’hôpital universitaire de Fudan à Huashan, a suggéré, lors d’une réunion de l’association médicale le 22 décembre, que les fonctionnaires de l’État devraient se faire vacciner en premier, affirmant que ce serait un scandale si un dirigeant du gouvernement était infecté par le Covid-19.

Un garçon regarde le prototype du vaccin contre le Covid-19 de Sinovac Biotech exposé à la Foire internationale du commerce des services de Pékin, en Chine, le 6 septembre 2020. (NOEL CELIS/AFP via Getty Images)

Effets secondaires

Le 19 décembre, le Conseil d’État a publié sur son site officiel les effets secondaires des vaccins contre le Covid-19 fabriqués en Chine.

« Les effets secondaires les plus courants sont les maux de tête, la fièvre, les rougeurs ou les grosseurs au point d’injection, la toux, la perte d’appétit, les vomissements et la diarrhée », peut-on lire dans le communiqué. « Les effets secondaires négatifs apparaissent généralement dans les 30 minutes qui suivent la réception du vaccin. »

Le conseil a indiqué aux gens qu’ils devaient se faire vacciner dans des hôpitaux qualifiés et qu’ils ne devaient pas quitter l’établissement pendant au moins 30 minutes après avoir été inoculés, car un traitement pourrait être nécessaire pour contrecarrer les effets secondaires.

En outre, le Conseil a déclaré que le vaccin ne pourrait protéger les gens que pendant environ six mois.

« Après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19, chacun doit encore maintenir une protection privée adéquate, comme le port d’un masque, le maintien d’une distance sociale, le lavage fréquent des mains, etc., car aucun vaccin ne peut vous protéger à 100 % », indique l’avis.

La province du Jiangsu, dans l’est de la Chine, a annoncé le 17 décembre qu’elle avait acheté le 15 décembre les vaccins contre le Covid-19 mis au point par les sociétés d’État Sinovac et Beijing Biological Products Institute, tous deux à 200 yuans (25,11 €) la dose, soit un prix bien plus élevé que celui pratiqué dans les pays où ces sociétés exporteront leurs vaccins, à environ 2 $ la dose.

Un employé travaille sur des kits de détection du Covid-19 dans un laboratoire à Shenyang, en Chine, le 14 décembre 2020. (STR/AFP via Getty Images)

L’administration obligatoire de vaccins qui n’ont pas été approuvés par les autorités de réglementation suscite des inquiétudes. Le portail médiatique de Hong Kong HK01 a publié le 22 décembre un commentaire qui exhorte Pékin à repenser cette décision.

En Chine continentale, les internautes ont également exprimé leur inquiétude quant à la sécurité des vaccins.

Focus sur la Chine – Un milliardaire en Chine blâmé par le régime


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ