Pékin interdit l’utilisation de «matériel pédagogique d’origine étrangère» dans les écoles

Par Eva Fu
9 janvier 2020 Mis à jour: 9 janvier 2020

Pékin a officiellement interdit l’utilisation de matériel pédagogique provenant de l’étranger dans les écoles primaires et les collèges du pays, une mesure que les opposants du régime ont considérée comme la dernière tentative du régime de contrôler les pensées et les esprits des ressortissants chinois.

Dans une directive publiée le 7 janvier, le ministère de l’Éducation du pays a déclaré que les écoles offrant les neuf années d’enseignement obligatoire – comprenant les écoles primaires et les collèges – ne sont plus autorisées à utiliser du « matériel pédagogique étranger » pour les manuels scolaires.

L’interdiction s’applique aux collèges, c’est-à-dire aux classes de 10 à 12 ans, à l’exception de ceux qui ont des partenariats avec des institutions étrangères ou des programmes d’échange approuvés.

La nouvelle règle s’inscrit dans le cadre des efforts croissants du régime pour renforcer les contrôles et la censure sur l’éducation et la société civile, y compris les mesures visant à inculquer une « éducation patriotique » à ses citoyens dès leur plus jeune âge.

Les autorités normaliseront les manuels scolaires sur des sujets particuliers tels que l’éducation idéologique et politique, la littérature, l’histoire et ceux relatifs à la souveraineté nationale, à l’ethnicité et à la religion. Les écoles ne sont pas autorisées à utiliser des versions non approuvées ou à apporter des modifications occasionnelles au contenu, conformément à l’avis.

Les lycées avec des programmes d’échange, les écoles de formation professionnelle et les institutions supérieures peuvent utiliser de manière sélective des contenus étrangers à condition que « le matériel pédagogique national ne puisse pas vraiment satisfaire les besoins éducatifs », a déclaré un porte-parole du Bureau du Comité national des manuels scolaires, un département du ministère de l’Éducation, lors d’une conférence de presse mardi.

Dans ce cas, les écoles sont encouragées à utiliser des versions traduites et distribuées par des éditeurs chinois, selon le porte-parole.

Le porte-parole a déclaré que cette politique était conforme à « l’orientation politique correcte et à l’alignement des valeurs ».

Les manuels scolaires « doivent refléter la volonté du Parti et du pays », précise la directive.

Dans un article du 8 janvier, la chaîne publique CCTV a déclaré que « la clé des manuels scolaires de base est d’implanter profondément des gènes rouges chez les étudiants », en référence à la couleur du Parti communiste chinois (PCC).

Les élèves étudient dans leurs classes le soir dans une école de Yangzhou, dans la province du Jiangsu, à l’est de la Chine, le 31 mai 2017.
(STR/AFP via Getty Images)

« Esclaves du Parti »

Yang Shaozheng, un universitaire chinois basé à l’étranger et ancien professeur à l’Université de Guizhou, a déclaré que l’objectif d’une telle réglementation est de renforcer davantage l’emprise du PCC sur l’éducation.

Alors que le rôle traditionnel de l’éducation est de développer les talents dans toutes les professions, les écoles chinoises aujourd’hui ne font que « préparer les esclaves du Parti », a déclaré M. Yang dans l’édition en langue chinoise du journal Epoch Times.

Après l’école, le contrôle du Parti s’étend au lieu de travail.

« Actuellement, parmi les divers métiers de la société, tant qu’il y aura une organisation, il y aura un secrétaire du Parti issu du PCC, et ils assument la direction de tout », a-t-il ajouté.

Selon M. Yang, l’idée selon laquelle « le Parti est l’autorité absolue » est en passe de devenir la norme en Chine.

Le PCC « commence avec les bébés, afin que l’idéologie du Parti soit profondément ancrée dans le cerveau des jeunes […] et qu’ils finissent par agir selon les directives du Parti et que leur objectif soit atteint », a-t-il dit.

Censure croissante

Ces dernières années, le régime chinois a intensifié sa réglementation du secteur de l’éducation.

À la mi-décembre, l’Université Fudan de Shanghai, l’une des meilleures institutions universitaires chinoises, a supprimé l’expression « liberté de pensée » de la charte de l’école, qui a été approuvée par le ministère chinois de l’Éducation. En plus de supprimer toutes les expressions mentionnant l’ « indépendance » et la « liberté », la charte a également ajouté la promesse de suivre la direction du Parti.

« Les institutions supérieures ne sont plus un espace de liberté et d’indépendance, mais des ‘camps de concentration’ du PCC pour le lavage de cerveau des étudiants », écrivait à l’époque Xia Xiaoqiang, un commentateur politique chinois basé à l’étranger pour l’édition chinoise d’Epoch Times.

On voit deux bibliothécaires brûler des livres devant la bibliothèque du comté de Zhenyuan dans la ville de Qingyang, province de Gansu, le matin du 22 octobre 2019. (Site officiel du comté de Zhenyuan)

Le même mois, une bibliothèque d’État de l’ouest de la Chine a été largement critiquée pour avoir brûlé des livres publics, une mesure qui s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle politique gouvernementale. Le ministère de l’Éducation avait demandé aux bibliothèques de toutes les écoles primaires et secondaires de « disposer » des livres « illégaux » ou « inappropriés ».

Le personnel de la bibliothèque a brûlé chaque page de 65 « publications illégales » devant l’entrée, y compris des livres religieux et des magazines ou médias « tendancieux », selon un billet du gouvernement local faisant l’éloge de l’acte.

En juillet 2019, le Conseil d’État chinois, semblable à un cabinet, a émis un avis interdisant aux écoles de « remplacer le programme national par un programme régional ou scolaire », ainsi que l’utilisation de tout matériel non approuvé.

En septembre 2018, le ministère de l’Éducation a demandé aux administrateurs de l’éducation dans tout le pays de procéder à une « inspection approfondie » des manuels utilisés dans les écoles primaires et secondaires locales afin de « maintenir l’autorité et le sérieux des manuels ». Il a également demandé aux éditeurs de manuels scolaires de signaler s’ils avaient apporté des modifications non autorisées à certains documents. L’absence de rapport précis menaçait d’entraîner de graves conséquences, avertissait-il.

En janvier 2015, le ministre de l’Éducation de l’époque, M. Yuan Guiren, a déclaré qu’il « ne pouvait absolument pas autoriser l’utilisation de matériel pédagogique qui propageait les valeurs ou les idéologies occidentales dans les salles de classe chinoises » et que les enseignants n’étaient pas non plus autorisés à « exprimer leur mécontentement » ou à « répandre divers sentiments négatifs chez les élèves », selon l’agence de presse Xinhua, contrôlée par l’État.

RECOMMANDÉ