Pékin promeut une idée de guerre avec les États-Unis alors que les relations se détériorent et que la propagande anti-américaine s’intensifie

Par Nicole Hao
31 juillet 2020
Mis à jour: 31 juillet 2020

Les autorités de Pékin ont récemment affiché des informations préventives sur les raids aériens dans les rues, tandis qu’un média d’État belliciste a exhorté le régime chinois à développer davantage de missiles nucléaires pour cibler les États-Unis.

L’atmosphère de guerre s’inscrit dans un contexte d’escalade des tensions entre les deux pays les plus puissants du monde, les deux parties s’affrontant sur des questions allant de la mer de Chine méridionale aux protestations de Hong Kong, en passant par la dissimulation de la pandémie de Pékin.

Le raid aérien

La dernière fois que des affiches de raids aériens sont apparues en Chine, c’était il y a près d’un demi-siècle, à la fin des années 1960, lorsque le sentiment anti-américain était très fort au milieu de la propagande politique de la Révolution culturelle.

Le 25 juillet, des ouvriers ont été filmés en train d’installer de nouvelles affiches dans le quartier de Haidian, à Pékin. La capitale compte environ 21,54 millions d’habitants.

CELA POURRAIT AUSSI VOUS INTÉRESSER :

Les affiches contenaient des informations sur la manière de se protéger lors des raids aériens, notamment sur la manière de trouver et d’entrer dans un abri de fortune.

« Le gouvernement a fourni ces informations et nous sommes très nerveux », a confié M. Wu, résident de Pékin, à Radio Free Asia le 27 juillet.

Au début du mois, le 10 juillet, l’armée chinoise, l’Armée populaire de libération (APL), a annoncé sur son site internet qu’un bureau du gouvernement central enverrait du personnel pour rendre visite aux familles des soldats qui gardent les régions frontalières.

Le Parti communiste chinois (PCC) ne s’occupe généralement pas de la vie privée des soldats. Ce geste inhabituel a conduit certains observateurs chinois à spéculer sur le fait que le régime avait l’intention de mobiliser des soldats pour une mission dangereuse.

Des mots agressifs

À la suite de la décision des États-Unis et de la Chine de fermer chacun un consulat dans leurs pays respectifs, Hu Xijin, rédacteur en chef du tabloïd d’État Global Times, a écrit sur Weibo, une plateforme de médias sociaux de type Twitter, un message prônant une guerre entre les deux pays.

M. Hu Xijin a affirmé que parce que les relations entre les États-Unis et la Chine se détérioraient, le régime de Pékin devrait « se dépêcher de fabriquer suffisamment de missiles nucléaires, suffisamment pour menacer les États-Unis. Nous devrions travailler jour et nuit », a-t-il écrit dans un post du 26 juillet.

Du Wenlong, commentateur militaire dans le cadre de la campagne de propagande mondiale du régime chinois, et Song Zhongping, commentateur militaire à la chaîne de télévision publique CCTV, ont tous deux déclaré récemment qu’il était fort possible que les États-Unis et la Chine entrent en conflit au sujet de la mer de Chine méridionale.

Le 13 juillet, les États-Unis ont formellement rejeté les revendications territoriales de Pékin dans la mer de Chine méridionale, où le régime revendique la quasi-totalité des voies navigables.

D’autres pays, tels que les Philippines, le Vietnam, la Malaisie, le Brunei et Taïwan y ont des revendications concurrentes. Ces dernières années, Pékin a cherché à renforcer ses revendications sur la voie d’eau stratégique en construisant des avant-postes militaires sur des îles artificielles et des récifs.

Le 23 juillet, le journal taïwanais Economic Daily, favorable à Pékin, a rapporté qu’un groupe de réflexion affilié au parti politique local Kuomintang, favorable à Pékin, la National Policy Foundation, a analysé que les tensions dans le détroit de Taïwan avaient atteint leur plus haut niveau depuis 25 ans. Les États-Unis sont la cible du PCC, selon le rapport.

Le PCC réclame que Taïwan fasse partie de son territoire, bien que l’île autogérée ait son propre système politique, son armée et sa monnaie. Les officiels américains ont à plusieurs reprises dénoncé la rhétorique agressive de Pékin et les forces militaires américaines ont surveillé les manœuvres militaires de la Chine près de Taïwan.

Des soldats paramilitaires chinois marchent vers le marché fermé de Xinfadi à Pékin le 13 juin 2020. (GREG BAKER/AFP via Getty Images)

Programmes télévisés sur le thème de la guerre

Le 17 juillet, le gouvernement central chinois a ordonné à ses chaînes de télévision de diffuser des émissions sur la guerre de Corée, la deuxième guerre sino-japonaise et d’autres films et programmes télévisés sur le thème de la guerre afin de susciter un sentiment anti-américain parmi le peuple chinois.

L’administration nationale chinoise de la radio et de la télévision, un organe gouvernemental au niveau ministériel qui régit la presse, les publications, la radio, le cinéma et la télévision en Chine, a annoncé de nouvelles règles de diffusion, expliquant que les stations devaient diffuser des programmes télévisés ayant pour thème la lutte des Chinois contre les Japonais pendant la seconde guerre sino-japonaise, la lutte de l’armée chinoise aux côtés des forces nord-coréennes contre l’armée sud-coréenne aidée par les États-Unis pendant la guerre de Corée, et des histoires positives promouvant l’idée que les autorités ont réussi à contenir la pandémie.

Pour obtenir un meilleur effet, l’administration a demandé à chaque chaîne de télévision de diffuser d’autres programmes courts, non liés à la guerre, afin d’inciter les gens à se brancher.

Le 23 juillet, l’administration a émis un autre mandat, disant aux chaînes de télévision de ne pas diffuser de programmes qui « violent le bon sens, interprètent arbitrairement ou plaisantent sur l’histoire, ou sont excessivement divertissants ».

Ces dernières années, le régime chinois a produit de nombreux films de guerre et programmes télévisés, souvent avec des scènes de violence et des histoires exagérées. Parmi les scènes scandaleuses, on peut citer un petit pain cuit à la vapeur qui s’est soudainement transformé en bombe, des soldats chinois utilisant leurs mains nues pour mettre en pièces le corps d’un soldat japonais et des soldats chinois utilisant des grenades pour abattre des avions volant à 2 500 pieds au-dessus d’eux.

La dernière fois que Pékin a encouragé de tels programmes, c’était en mai 2019, dans un contexte d’escalade des tensions de la guerre commerciale. Le département de la Propagande du gouvernement central a ordonné à toutes les chaînes de cinéma de la télévision nationale et aux chaînes de télévision provinciales par satellite de diffuser un film par jour, aux heures de grande écoute, sur les combats entre la Chine et les États-Unis pendant la guerre de Corée.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie Covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ