La menace terroriste risque de s’aggraver, alerte le Pentagone, suite à la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan

Par Jack Phillips
18 août 2021
Mis à jour: 19 août 2021

Suite à la victoire des talibans et la prise de Kaboul ce week-end, le département de la Défense des États-Unis a décider d’examiner la potentielle « reconstruction des réseaux terroristes » en Afghanistan, selon un porte-parole.

Les talibans soutenaient des organisations terroristes comme Al-Qaïda et le réseau Haqqani avant d’être renversés par les forces américaines au début des années 2000.

« Il est beaucoup trop tôt pour faire des évaluations et des jugements sur ce que sera la menace terroriste en Afghanistan à l’avenir », a déclaré lundi le porte-parole du Pentagone, John Kirby, à la presse. « Le secrétaire pense certainement, à la lumière des événements récents, qu’il est justifié de réévaluer la régénération potentielle des réseaux terroristes en Afghanistan. »

Les talibans, en tant qu’organisation islamiste, partagent une idéologie similaire à celle d’Al-Qaïda, d’Al-Shabaab ou d’autres groupes islamistes sunnites. L’échec catastrophique du gouvernement afghan à les combattre ou à créer des conditions pour négocier la paix a augmenté les risques de voir les terroristes d’autres pays se rendre en Afghanistan.

M. Kirby a déclaré à Politico que le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin, avait annoncé aux membres du Congrès qu’il allait réexaminer les risques de voir des réseaux terroristes comme Al-Qaïda ou ISIS s’installer en Afghanistan. Le Pentagone n’est pas encore fixé quant à l’évolution de la menace terroriste dans un avenir proche, a-t-il ajouté.

Certains groupes terroristes répertoriés ont applaudi la prise de Kaboul par les talibans.

« Les talibans sont victorieux aujourd’hui après avoir été accusés d’arriération et de terrorisme », a tweeté lundi Mousa Abu Marzouk, du Hamas. « Ils ont affronté l’Amérique et ses agents, et ont refusé tout compromis avec eux. Ils n’ont pas été trompés par les gros titres tapageurs  sur la ‘démocratie’ et les ‘élections’. »

Quant aux médias soutenus par le Parti communiste chinois (PCC), ils ont mis en avant les relations potentielles du PCC avec les talibans. D’autres médias, porte-paroles du PCC, ont utilisé le retrait américain et la victoire des talibans pour dénigrer la crédibilité des États-Unis tout en vantant les mérites du régime en place.

L’Afghanistan et la région chinoise du Xinjiang partagent une petite zone frontalière. Le compte Twitter des Affaires étrangères chinoises a partagé lundi un communiqué de presse annonçant que le PCC et les talibans allaient entamer des « pourparlers visant à former un gouvernement islamique ouvert et inclusif en Afghanistan ».

M. Kirby a annoncé qu’à l’heure actuelle, des milliers de soldats américains sont déployés en Afghanistan, ce qu’a repris ensuite Joe Biden lors de ses premiers commentaires sur la prise de Kaboul.

« Toutes les images qui nous parviennent sont préoccupantes et troublantes, et nous voulons faire cela de manière sûre, efficace et aussi ordonnée que possible », a déclaré M. Kirby aux journalistes. « Et c’est pourquoi, en ce moment, nos troupes se concentrent sur la mise en place d’un environnement sûr et sécurisé à l’aéroport et sur le dégagement des foules du tarmac et de la ligne de vol afin que les vols puissent reprendre. C’est ce sur quoi nous nous concentrons en ce moment. »

Jack Phillips est un reporter d’Epoch Times basé à New York.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ