Un père célibataire de 36 ans, originaire du Royaume-Uni, adopte 5 enfants handicapés et déclare qu’il ne changerait rien

Par Epoch Times
2 juin 2020
Mis à jour: 2 juin 2020

Ben Carpenter, originaire du Royaume-Uni, est devenu père célibataire après avoir choisi de devenir parent par voie d’adoption.

Depuis le jour de la fête des pères en 2019, il est devenu père de cinq enfants lorsque Noah, âgé de 1 an, a rejoint ses quatre autres enfants : Jack, 12 ans, Ruby, 9 ans, Lily, 7 ans, et Joseph, 4 ans. Pourtant, ces jeunes ont quelque chose en commun : ils vivent tous avec une forme de handicap.

Ben Carpenter, 36 ans, originaire de Huddersfield, dans le West Yorkshire, a acquis les compétences nécessaires pour assumer la responsabilité de père en travaillant avec des adultes et des enfants ayant des besoins particuliers. Il a su très tôt qu’il voulait être père.

De gauche à droite: Ruby, Joseph, Noah, Jack et Lily, avec papa Ben Carpenter. (Caters news)

« Même à l’âge de 21 ans, je savais que je voulais être père le plus tôt possible – j’étais peut-être encore très jeune, oui, mais j’avais déjà une certaine maturité et j’avais la tête bien sur les épaules », a déclaré M. Carpenter au Mirror. « J’étais convaincu, du fait que j’étais célibataire, qu’ils ne me prendraient pas au sérieux, mais j’étais aux anges quand ils l’ont fait. »

M. Carpenter a ajouté qu’il « n’y changerait rien pour tout l’or du monde ».

Noah Carpenter (Caters News)

Au cours de la dernière décennie, il a réalisé son souhait et est devenu père de cinq enfants, chacun ayant des besoins spéciaux différents, comme l’autisme ou le syndrome de Pierre Robin, qui provoque des malformations du développement. Il est également devenu un défenseur de l’adoption des enfants handicapés. Le dernier-adopté des Carpenter, Noah, souffre d’une maladie génétique rare appelée syndrome de Cornelia de Lange, qui entraîne de nombreux problèmes physiques, des difficultés d’acquisition du langage, des troubles du comportement et un risque de surdité.

Joseph Carpenter (Caters News)

« Je trouvais tout à fait normal que j’adopte un enfant handicapé, car je savais que je serais capable de m’en occuper correctement », a-t-il raconté. « J’ai d’abord vu une annonce des services sociaux locaux d’adoption à la recherche de parents adoptifs ; de prime abord, étant célibataire, j’ai pensé qu’ils me refouleraient. Mais quand je leur ai dit qui j’étais et où je travaillais, ils ont vu cela d’une façon beaucoup plus positive et étaient même plutôt enthousiastes, dorénavant, à l’idée que j’adopte un enfant. »

En 2019, M. Carpenter a été nommé « adoptant extraordinaire » par les British Citizenship Awards.

Ruby Carpenter (Caters News)

Pourtant, malgré le nombre important de membres de la famille de l’heureux père, M. Carpenter se voit bien encore adopter d’autres enfants handicapés à l’avenir. « Si, à l’avenir, un enfant avait vraiment besoin de moi et de mon aide, je suis sûr que je finirais par l’adopter », a-t-il partagé.

« En toute honnêteté, cela me procure un sentiment agréable. » Tout d’abord, l’enfant n’est plus un enfant « pris en charge »« il est officiellement le vôtre », a-t-il déclaré à l’Examiner Live. « Ils ne sont plus dans le système de prise en charge et ils ont votre nom de famille. Il fait partie de la cellule familiale. En tant que parent, c’est un sentiment merveilleux. Pour l’enfant – s’il en est conscient – c’est un sentiment de sécurité. »

Ben obtient sa carte de fête des pères de ses enfants. (Caters News)

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ