Un père de 7 enfants survit à un anévrisme cérébral et attribue son rétablissement à la foi, à la famille et aux médecins

Par Louise Bevan
8 octobre 2021
Mis à jour: 8 octobre 2021

Un père de sept enfants, victime d’un anévrisme cérébral majeur à l’âge de 37 ans, déjoue les pronostics et rentre chez lui après quatre mois de soins intensifs. Il attribue à la foi, à sa famille et à ses médecins le fait d’avoir la vie sauve.

Angel Apreciado, père dévoué de San-Antonio, au Texas, ne veut plus perdre un seul instant.

« Il aurait dû être en état de mort cérébrale et n’être qu’un légume, c’est ce qu’on m’a dit », a déclaré par courriel à Epoch Times Maria Apreciado, 38 ans, épouse d’Angel depuis deux décennies. « Il y a un dieu, et il n’est pas sourd … Gardez toujours la foi. »

(Avec l’aimable autorisation de Maria Apreciado)

Angel découvre qu’il souffre d’hypertension artérielle lorsqu’il se rend chez le dentiste en octobre 2020 pour un traitement. Il a une mâchoire douloureuse et enflée qui descend jusqu’à son cou. Il est renvoyé chez lui avec des antibiotiques et des médicaments contre l’hypertension. Le gonflement diminue et il ne retourne plus chez le dentiste.

Au début d’avril 2021, le problème refait surface, et Angel retourne chez le dentiste. Pourtant, le 20 avril, la nuit du match de baseball de son fils Jonah, il se plaint d’un énorme mal de tête et ne peut dormir.

Vers 4 heures du matin, je lui ai dit : « Va prendre une douche », raconte Maria. « Ça n’a pas aidé, alors à 8 heures du matin, je l’ai emmené aux urgences. »

« Je ne me souviens que du jour du match de baseball et d’avoir eu des trous de mémoire alors que je conduisais », se souvient Angel. « Maria m’a dit que je suis entré aux urgences, que j’ai pu parler à l’infirmière, que j’étais conscient de l’anévrisme cérébral et que j’ai dit : ‘OK, je m’en occupe’, mais je ne m’en souviens pas. »

Angel avec sa femme, Maria. (Avec l’aimable autorisation de Maria Apreciado )

Sa tension systolique étant à 230 et présentant les signes d’un accident vasculaire cérébral, Angel est soumis à une série d’examens. Maria appelle son beau-père, pasteur dans une église pentecôtiste, et lui demande de venir prier à l’hôpital.

Elle reprend les mots de son mari : « On s’en occupe. » Cependant, après être rentrée chez elle ce soir-là, elle est loin de se douter à quel point le lendemain sera différent.

« Angel était capable de s’asseoir, avec de l’aide, et tous les mots qui sortaient de sa bouche n’étaient que des insultes », se souvient-elle. « Les médecins m’ont donné trois jours pour décider ce que je voulais faire de lui. »

Appelée à choisir entre les soins palliatifs, un respirateur et une trachéotomie, Maria parle à ses enfants. « Nous avons opté pour la troisième option », dit-elle, « sachant qu’il pouvait décéder à tout moment. »

Angel avec son fils Angel Jr. (R) le jour de la remise des diplômes. (Avec l’aimable autorisation de Maria Apreciado )

Angel subit une série d’attaques cérébrales. Il reste dans l’unité de soins intensifs chirurgicaux du Metropolitan Methodist Hospital de San-Antonio jusqu’au 4 juin, avant d’être transféré dans deux établissements différents au cours des dix semaines suivantes. Selon Maria, les mots et les prières des visiteurs quotidiens les aident vraiment, elle et ses enfants, à faire face à la bataille qui les attend.

« Nous nous asseyions devant sa fenêtre et discussions de la personne qui allait changer ses couches, lui brosser les dents, le coiffer et, en gros, s’occuper de son hygiène personnelle », se souvient-elle. « Je disais à mes enfants que j’avais besoin d’être laissée seule, et je faisais de longs trajets en voiture pour pleurer. »

Ange avec sa fille. (Avec l’aimable autorisation de Maria Apreciado )

« Les médecins venaient me dire qu’il n’y avait pas de progrès », poursuit-elle. « Je le voyais ouvrir très peu les yeux, et les fermer, mais pour les médecins, ce n’était que des réflexes, ce n’était pas son cerveau. »

Puis un jour, alors que Maria est sur le point d’abandonner, elle confie à son mari que lui tenir la main lui manque. Au moment où les mots sortent de sa bouche, Angel serre sa main. En essayant à nouveau, elle sent qu’il la serre une fois de plus.

« À partir de ce moment, je me suis accrochée moi aussi, et j’ai su qu’un miracle allait se produire », dit-elle.

Angel se souvient de ce moment. « Je ne voulais pas qu’elle abandonne parce que j’étais encore en vie, juste incapable de bouger ou de parler », explique-t-il. « Mais je pouvais tout entendre. »

(Avec l’aimable autorisation de Maria Apreciado )

Angel sort de l’hôpital le 20 août, et Maria partage sur Facebook une vidéo de l’incroyable voyage émotionnel de son mari.

Alors que l’état d’Angel s’améliore lentement, une main secourable se tend. Laura Ruiz et Joe Sanchez de Jr. Voks, une alliance de football et de cheerleading pour laquelle les sept enfants des Apreciados ont joué, appellent Maria et lui disent qu’ils veulent organiser une tombola pour aider à payer les factures médicales qui s’accumulent.

Elle proteste, mais il n’y avait rien à faire.

Ils récoltent près de 10 000 dollars.

Bien que ne voulant rien en retour, Laura et Joe sont reconnus par l’initiative « Cash for Kindness » de Fox 29 et reçoivent rapidement un don de 500 dollars pour leur équipe afin d’acheter des casques et d’uniformes.

(Avec l’aimable autorisation de Maria Apreciado )

Maria, chef de bureau, et Angel, ancien directeur de production dans une entreprise de restauration des eaux, vivent avec quatre de leurs sept enfants : Alexis, Malachi, Angel Jr.Jonah, Genesis, Addie et Chris. L’aîné a 23 ans et le plus jeune a 9 ans.

Angel, qui est maintenant capable de marcher et de parler, sent que sa vie reprend forme et est rempli de gratitude, s’émerveillant : « Dieu a envoyé une armée pour me soutenir et se battre pour moi… Les miracles existent, et j’en suis un témoignage vivant. »

En repensant à ce dur voyage, Maria déclare : « Je ne souhaite cela à personne, car tout le monde n’est pas assez fort pour subir ce qui est arrivé à ma famille. Je suis bénie et juste reconnaissante à Dieu pour toujours, et je crois que si quelqu’un lit ceci ; il sera touché par la grâce de Dieu et commencera à croire en lui. »

(Avec l’aimable autorisation de Maria Apreciado )

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ