Un père enferme sa fille de 20 mois dans une cage, marche sur son visage et envoie ces photos de violence à la mère dont il est séparé

Par Epoch times
23 avril 2019 Mis à jour: 13 juillet 2019

Un père chinois qui a pris des photos de lui-même en train de maltraiter sa fille de 20 mois peut rester impuni par la police, selon la mère.

La mère, Xu Ting, a déclaré que son ex-mari, Xu Qian, par vengeance, lui avait envoyé des photos et des vidéos de leur fille victime de diverses formes d’abus.

La fille du couple Xu Ting et Xu Qian, dans une cage. (Sohu.com)

Les images et les photos, qui comprennent une image de la petite fille pleurant à l’intérieur d’une cage de chien et une autre qui montre son visage sous un pied d’homme, ont été publiées par les amis de Xu Ting sur Weibo, la version chinoise de Twitter, et sont depuis devenues virales.

Les photos ont été prises dans la maison de Xu Qian, dans la ville de Chaozhou, dans la province de Guangdong, au sud de la Chine.

Après la publication des images, la police locale a déclaré qu’une enquête était en cours, dans un post sur leur compte Weibo le 18 avril. Les premières constatations ont montré que la fillette n’a pas de blessures physiques, et certaines des photos ne sont pas de l’enfant en question, a déclaré la police.

La fille attachée à une porte. (Sohu.com)

Xu Qian a admis à la police qu’il avait envoyé les photos, mais n’a pas expliqué pourquoi il l’avait fait, a ajouté la police.

Les images comprennent la fille enfermée dans une cage de métal, une photo d’elle en laisse attachée à une poignée de porte et une photo montrant le pied nu d’un adulte sur le visage de la petite fille alors qu’elle est couchée sur un sol carrelé.

D’autres photos montrent la jeune fille en larmes, et les bras d’un jeune enfant couvertes de marques rouges.

Les messages comprenaient également des conversations entre Xu Ting et ses amis, au cours desquelles la mère a dit que Xu Qian la maltraitait souvent physiquement.

« J’ai déjà signalé cela à la police [auparavant], chaque fois qu’il me frappe, j’appelle la police », a écrit Ting à son amie dans les messages partagés sur Weibo. « Chaque fois que la police vient, tout ce qu’elle fait, c’est le critiquer, puis dire que les hommes sont très stressés et que les femmes devraient pardonner. »

En Chine, les critiques de la police sont équivalentes à laisser quelqu’un s’en tirer avec un avertissement.

Un pied sur le visage de la fille. (Sohu.com)

XU Qian et Xu Ting vivent actuellement séparément, leur fille vivant chez son père. Bien que les deux aient convenu de divorcer à la fin de 2018, ils ne l’ont pas encore fait.

« [Ma famille] a peur que si je divorce, cela n’influence les chances de mes jeunes frères et sœurs de se marier », écrit Xu Ting dans un message.

« Les membres de ma famille n’osent pas m’aider. »

Xu Ting a tenté d’intenter une action en justice, mais en vain. « J’ai demandé à un avocat, il a dit que puisque les photos n’ont pas le visage [du père], la loi ne les reconnaîtra pas », a dit Xu Ting dans un autre message. « Il faut une vidéo pour que ça compte. »

L’enquête policière est en cours, selon le poste de Weibo.

Version originale

Cet article vous a intéressé ? Partagez-le avec vos amis ou laissez-nous vos commentaires.

RECOMMANDÉ