Un père met en garde les amateurs de soleil après que sa minuscule tache sur le cou l’a conduit à une ablation géante d’un cancer de la peau

Par Louise Bevan
13 janvier 2020 Mis à jour: 13 janvier 2020

Un père de deux enfants de Perth, en Australie, a pris la décision de faire examiner sa peau après le décès d’un ami proche d’un cancer de la peau. C’est une décision qui lui a sauvé la vie.

Par la suite, Ryan Glossop, 37 ans, a perdu une grande partie de sa peau dans le cou et le dos afin d’éliminer un mélanome mortel. Après s’être remis de l’opération et se tournant vers l’avenir, le père lance maintenant un avertissement aux amateurs de soleil de partout.

En novembre 2018, un petit grain de beauté à l’arrière du cou de Ryan a été diagnostiqué cancéreux. Après deux opérations, Ryan n’avait toujours pas reçu le feu vert.

« Chaque fois que son marqueur revenait [anormal] et qu’on me disait qu’il fallait en enlever d’autres, je me sentais mal », a déclaré Fallon, la femme de Ryan, à Fox News. « Je ne peux pas vraiment expliquer ce sentiment, mais c’est quelque chose que je ne voudrais jamais revivre. »

Fallon a pris Facebook le 3 octobre 2019 pour raconter l’épreuve de sa famille. « Les limites [du mélanome] de Ryan ne cessaient de reculer. On a alors découvert qu’il s’agissait d’une affection cutanée appelée naevus spilus (une lésion cutanée brun clair) », a-t-elle expliqué. « C’est très rare qu’elle se transforme en mélanome, mais dans son cas, elle l’a fait. »

« Le fait est qu’avec n’importe quel cancer de la peau, poursuit Fallon, non seulement ils enlèvent la zone touchée de la peau, mais ils prennent aussi une limite autour d’elle. »

En mai dernier, la dernière intervention chirurgicale de Ryan a consisté en l’ablation d’une énorme section de peau de 7,5 cm de large et 38 cm de long sur son dos. « Une grande partie de la peau de son cou et de son dos devait être prélevée », a expliqué Fallon. « Ryan a ensuite eu une greffe de peau. On lui a enlevé de la peau des deux jambes pour recouvrir des parties du cou et du dos. »

« Au début, c’était effrayant de passer par là », se souvient Ryan lui-même, s’adressant au site d’information Yahoo News Australia. « Mais une fois qu’ils ont dit : ‘Si on peut faire cette greffe de peau, on pense que tu seras sain et sauf’, je me suis dit que j’aurais des cicatrices assez importantes. »

Après quarante biopsies et quatre interventions chirurgicales depuis son diagnostic initial, Ryan porte des cicatrices, mais le mélanome est enfin une chose du passé.

Ryan se rappelle avoir remarqué une augmentation du nombre de taches de rousseur et de taches de soleil sur sa peau au début de la trentaine. « Ce n’est que lorsque j’ai commencé à travailler dans l’industrie minière que le concept des contrôles cutanés a été souvent évoqué », dit-il. C’est arrivé à point nommé.

Le mari et père espère maintenant que son expérience encouragera les autres à dépasser les idées fausses sur le mélanome. À ce titre, il a choisi de partager sur les médias sociaux les photos quelque peu explicites de sa dernière procédure de retrait de peau. Toutes les taches solaires suspectes ne s’enlèvent pas facilement.

Selon le Daily Mail, les Glossop ont tenu compte de leurs propres avertissements en demandant à leurs enfants, âgés de 8 et 5 ans, de passer un dépistage préventif des anomalies cutanées potentielles.

« Toute cette expérience a été extrêmement difficile pour nous tous, a dit Fallon, mais s’il y a quelque chose de positif à en tirer, c’est que nous voulons maintenant aider à sensibiliser davantage les gens sur le cancer de la peau. »

Qu’est-ce qu’un mélanome ?

Le mélanome peut survenir lorsque les cellules de la peau sont endommagées par l’exposition aux rayons ultraviolets (UV) qui sont présents dans les rayons du soleil et dans la lumière utilisée sur les lits de bronzage.

Le cancer de la peau est le type de cancer le plus courant aux États-Unis selon l’American Academy of Dermatology. Plus d’un million de résidents des États-Unis vivent avec un mélanome.

Tenez compte de l’acronyme ABCDE lorsque vous vérifiez les grains de beauté et les taches solaires. Surveillez l’asymétrie, la bordure, la couleur, le diamètre et l’évolution. La cartographie corporelle peut également être un moyen efficace de surveiller les croissances anormales.

Le conseil de Ryan Glossop, survivant du cancer, est succinct : faites-vous examiner ; cela pourrait vous sauver la vie.

RECOMMANDÉ