Un père afro-américain emmène sa fille rencontrer la police et lui apprend que « l’amour et la compassion ne laissent aucune place à la haine »

Par Michael Wing
22 août 2020
Mis à jour: 22 août 2020

Nous vivons vraiment dans un monde fou. Mais c’est encore plus fou pour nos enfants.

Les adultes affrontent la folie de cette vie chaque jour. Nantis des leçons que la vie leur a inculquées (respect des autres, règle d’or), souvent au prix de nombreuses chutes et épreuves douloureuses leur laissant le nez dans la poussière, ils se sont pourtant relevés et ont continué à avancer sur le droit chemin dans leur vie, sans jamais abandonner. C’est grâce à cela que beaucoup d’entre nous ont réussi à aller aussi loin. De nos jours, les enfants, confrontés à cette même folie, ont sans doute bien plus de mal à résister que les adultes.

Des prédateurs rôdent partout : en ligne, dans nos écoles, dans la rue ; et les influences toxiques et dévastatrices de la vie abondent. Des adultes mal intentionnés, comme des loups déguisés en agneaux, ont corrompu la morale de notre société en instillant des tendances et des idées néfastes pour les enfants : normalisation de la pédophilie et idéologies activistes cherchant à recruter des enfants dans des mouvements (politiques) radicaux à un âge de plus en plus précoce. Et puis il y a toutes les choses que les enfants voient en ligne et dans les actualités : les émeutes, la brutalité policière, la haine, la discrimination, et bien d’autres choses encore.

Mais le prochain grand défi repose sur les épaules des parents.

Un mémorial et une peinture murale qui rendent hommage à George Floyd au magasin du coin Scott Food Mart dans le troisième quartier de Houston, où M. Floyd a grandi le 8 juin 2020, à Houston, au Texas. (Joe Raedle / Getty Images)

Ce sont les parents qui doivent apporter leur soutien, leur sagesse et leur amour pour que ces enfants soient en mesure de forger, par le biais de leurs douloureux échecs, leur PROPRE armure et de se battre pour la cause du bien dans un monde rempli de méchanceté. Les bons parents qui aiment leurs enfants et veulent leur apprendre à être de bonnes personnes ont toujours été la « majorité silencieuse » tout au long de l’histoire, et ont permis à la civilisation d’arriver là où nous sommes – même si vous ne le pensez peut-être pas en regardant les nouvelles de ce qui se passe de nos jours dans le monde.

Donnell Goss et sa fille Luna sont un bon exemple de cette vérité sous-jacente.

Donnell, est professeur de fitness et a sa propre enseigne à Denver ; avec sa fille de 6 ans, ils ont fait un selfie avec un groupe d’officiers du shérif local qu’ils ont rencontrés par hasard en se rendant à un cours de fitness, qui est devenu viral sur Facebook. Donnell est afro-américain, et sa fille, Luna, qui est métissée, se sentait anxieuse et confuse face à tout le chaos qui règne dans le monde en ce moment : les émeutes, la discrimination raciale, la haine et ce qui est arrivé à George Floyd.

Donnell a décidé de donner à sa fille une leçon importante sur la façon d’affronter cela : non pas avec la haine, mais avec l’amour.

La fille de Donnell, Luna (avec l’aimable autorisation de Donnell Goss)

« Luna a mentionné le meurtre de George Floyd et s’est demandée pourquoi les policiers ont fait ce qu’ils ont fait », a déclaré Donnell au journal Epoch Times. « J’ai dû lui expliquer que, tout comme il y a des bonnes et des mauvaises pommes, il y a des bons et des mauvais officiers de police, et c’est quelque chose que nous ne pouvons pas contrôler. Nous POUVONS contrôler la façon dont nous nous conduisons tout au long de la vie et nous le faisons par l’amour et le respect et en n’ayant jamais peur des choses que nous ne comprenons pas. »

C’est à ce moment-là qu’ils ont garé leur voiture et qu’ils ont vu les trois policiers qui se tenaient sur le parking à proximité. « À cet instant, j’ai su que c’était le moment opportun de mettre à profit notre discussion et en tirer une leçon ! Je n’aurais pas pu rêver d’un meilleur moment », a déclaré le père.

Donnell a emmené Luna rencontrer les officiers.

Donnell, sa fille Luna et trois officiers du shérif (avec l’aimable autorisation de Donnell Goss)

« En tant que père, j’ai senti que c’était mon travail de démystifier cette peur en l’amenant à rencontrer des agents policiers », a dit Donnell. « C’est alors que les officiers ont commencé à nous donner des cadeaux… Des autocollants, des ours en peluche, des badges, ils ont donné tout ce qu’ils pouvaient à Luna ce jour-là sur le parking, et puis nous avons pris un selfie. »

Quel selfie réconfortant !

Tout le monde sur la photo était tout sourire, et cela nous a fait comprendre que « tout ce que vous voyez dans les médias n’est pas forcément vrai ». Donnell l’a publiée sur Facebook le 4 juin, et elle est devenue virale, récoltant 79 000 vues et des dizaines de milliers de partages à ce jour. Dans son post, le père a qualifié de transcendantale l’expérience familiale, et comment la force de la compassion s’est érigée en gagnante sur toute la journée :

« J’ai commencé à remarquer le dialogue de Luna ces derniers jours et dans son petit cerveau confus de 6 ans, elle ne savait pas si elle devait ou non aimer les policiers. Elle a commencé à se poser des questions sur ce qu’elle devait ressentir envers les agents de la police (à juste titre). »

« En tant que père, je pense que c’est mon travail de ne pas alimenter cette confusion, mais de trouver une SOLUTION à son dilemme. Comme tout se déroule dans la peur en ce moment, j’ai choisi d’amener Luna rencontrer ces 3 officiers qui ont d’ailleurs prouvé on ne peut plus clairement ma façon de penser. »

La leçon de Donnell était tellement pleine de bon sens que nous avons tendance à l’oublier parfois. Nous savons tous que « deux torts ne font jamais un bien » et que « la haine n’est jamais synonyme de haine », comme l’a sous-titré Donnell.

Il a ensuite partagé une formule pleine de sagesse qui mérite d’être rappelée : « Quand vous confrontez la haine avec l’amour et la compassion, il n’y a pas de raison pour que cette haine grandisse.« 

Donnell et sa fille Luna (avec l’aimable autorisation de Donnell Goss)

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ