Pérols : recouverte depuis 50 ans, le maire veut faire rejaillir une source d’eau potable gazeuse

Par Emmanuelle Bourdy
11 juillet 2020
Mis à jour: 11 juillet 2020

Le maire de Pérols (Hérault) veut lancer un forage afin de faire jaillir à nouveau l’eau gazeuse d’une source qui existait jadis. Située aux abords de la coopérative, cette source a été recouverte dans les années 70.

Les anciens du village se souviennent que lorsqu’ils étaient enfants, une source d’eau gazeuse se trouvait près de la cave coopérative de Pérols, rapporte France Bleu. Elle alimentait le lavoir et offrait aux villageois une eau potable légèrement gazeuse. Cela fait environ 50 ans qu’elle a été recouverte. Elle était située au niveau de l’actuel rond-point de l’avenue Marcel Pagnol.

« Tous les gens de Pérols buvaient à cette source. Les anciens venaient avec des bouteilles en verre pour la boire chez eux. Elle avait un goût ferrugineux, une eau très légèrement gazeuse, extrêmement fraîche… Mais ce sont des souvenirs d’enfant ! » se souvient Jean-Pierre Rico, le maire de la bourgade. Robert, un habitant de la commune, se souvient également de la source. « Petits, on s’amusait là près du lavoir. Ça coulait, mais c’était pas un geyser », commente-t-il.

Cette source existe depuis longtemps, elle était déjà répertoriée dans le cadastre napoléonien. Jean-Pierre Rico explique également que dans « un arrêté municipal du XIXe siècle », le maire de l’époque demandait «  à pouvoir exploiter la source au titre d’eau potable ». Cette demande n’avait pas été acceptée, sous prétexte qu’elle aurait pu concurrencer Perrier, selon les dires de certains. L’eau ne sera reconnue potable que plus tard.

Pour le maire actuel, cette source fait partie du patrimoine. Il aimerait savoir si elle est potable et quelles sont ses propriétés. Pour ce faire, un forage est nécessaire. Il est prévu en octobre, la nappe phréatique étant située entre 80 mètres et 100 mètres de profondeur. Mais il y a un problème majeur, cette eau traverse trois autres nappes.

« Une nappe de surface qui se situe entre deux et trois mètres de profondeur, polluée et impropre à la consommation. Une autre qu’on appelle le biseau salé, soit l’eau de mer qui peut venir se mélanger. Plus une troisième qui continue dans les grès, c’est les sables de Montpellier. C’est la difficulté pour faire un bon forage, il faut éviter de toucher ces autres nappes pour éviter toute infiltration », explique Olivier Dusotoit, géologue missionné par la Ville pour étudier le sous-sol.

Il précise encore que « c’est le même contexte géologique que pour Perrier. Ce sont des roches très profondes, qui sont fracturées et cette fracturation permet de faire remonter l’eau qui est plus en profondeur ».

Outre ce problème de nappe phréatique, pour l’heure, il faut que la commune obtienne les autorisations d’exploiter cette source. Car le maire a des projets. « On peut imaginer une exploitation en eau potable gazeuse, ou alors réaliser des produits thermaux ou autres », précise-t-il.

Mais le maire se contente pour le moment du fait que cette source va jaillir à nouveau. En effet, les travaux de réaménagement prévus vont faire disparaître le rond-point de l’avenue Marcel Pagnol, au profit d’une place arborée. Une fontaine alimentée par l’eau de source y sera également installée, précise encore France Bleu.

Le saviez-vous  ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ